La majorité des Canadiens considèrent que les proches aidants ont besoin d’être soutenus davantage

08 février 2011

Toronto -

Toronto – Selon un sondage publié aujourd’hui par la Société canadienne du cancer (SCC), une vaste majorité de Canadiens – 88 % — affirment que l’aide ou les soins dispensés à un proche auraient un effet négatif sur leur situation financière. En outre, 57 % d’entre eux précisent qu’il s’agirait d’un impact négatif majeur.

Par ailleurs, les résultats du sondage révèlent que :

  • les femmes seraient probablement les principaux proches aidants, dont 70 % disent qu’elles assumeraient ce rôle (comparativement à 58 % des hommes). Or, les femmes sont les moins susceptibles (37 %) de pouvoir prendre un congé non rémunéré afin de s’occuper d’un membre de la famille (comparativement à 59 % des hommes);
  • quatre-vingt-quatre pour cent des Canadiens considèrent qu’un appui financier accru aux proches aidants devrait constituer un enjeu de santé prioritaire lors des prochaines élections fédérales.

« De nombreux aidants éprouvent des difficultés financières alors qu’ils épuisent leurs économies personnelles et prennent un congé non rémunéré pour s’occuper d’un membre de la famille, déclare M. Dan Demers, directeur, Questions d’intérêt public, Société canadienne du cancer. Cette réalité préoccupe les Canadiens au plus haut point, et ceux-ci s’attendent à ce que nos partis politiques fédéraux proposent des solutions. »

Il s’agit d’un enjeu qui exige des mesures immédiates, alors que la population du Canada vieillit et qu’un nombre croissant de Canadiens s’occuperont de proches atteints de cancer ou d’autres maladies graves potentiellement mortelles.

Budget fédéral

« À l’heure actuelle, le gouvernement offre une certaine assistance aux proches aidants, mais cela est nettement insuffisant, selon M. Demers. Nous exhortons le gouvernement à tenir compte des messages clairement exprimés par les Canadiens et à inclure dans le prochain budget fédéral un appui financier accru à l’intention des proches aidants. »

Élections fédérales

Dans le cadre des préparatifs en vue des prochaines élections fédérales, la SCC rappellera aux partis politiques que le soutien est un important enjeu familial et que l’appui financier aux aidants devrait faire partie de leur plateforme électorale.

« Cela montrerait aux Canadiens — surtout aux femmes, que cette question touche davantage — que les politiciens considèrent leurs préoccupations, d’affirmer M. Demers. Les Canadiens devraient songer à voter pour le parti qui s’engage à fournir un soutien accru aux proches aidants. Une société efficace et empathique assiste les familles qui s’occupent de proches malades. »

La SCC préconise une augmentation de l’assistance financière à l’intention des proches aidants au moyen de prestations de compassion accrues, qui sont gérées par le programme d’assurance-emploi fédéral. Parmi ces améliorations, figurent :

  • La durée des prestations financières : Prolonger la période de prestations des six semaines actuelles à 26 semaines, accessibles durant une période de 52 semaines.
  • Une plus grande flexibilité : Permettre aux gens de réclamer des prestations pour des semaines partielles sur une période plus longue, au lieu de blocs de semaines à la fois.
  • La révision des critères d’admissibilité : Modifier la terminologie relative aux personnes admissibles aux prestations, en substituant au « risque significatif de décès » le « besoin important d’aide en raison d’une maladie potentiellement mortelle ».
  • La modification du Code canadien du travail dans le but de protéger les emplois des aidants.

La SCC croit également que l’on devrait accorder une prestation fiscale mensuelle non imposable aux proches aidants afin de leur permettre d’assumer les coûts.

Bref aperçu des proches aidants canadiens

Les données suivantes proviennent de rapports sur les aidants et de Statistique Canada.

  • En 2009, la contribution économique des proches aidants du Canada se situait entre 25 et 26 milliards de dollars.
  • Quarante et un pour cent des proches aidants puisaient dans leurs économies personnelles pour survivre.
  • De 2002 à 2007, au Canada, le nombre de proches aidants de 45 ans et plus a augmenté de 30 % (plus de 670 000 personnes). En 2007, on comptait 2,7 millions de proches aidants de 45 ans et plus.
  • Soixante-cinq pour cent des ménages comportant un aidant font état d’un revenu combiné inférieur à 45 000 $ et 23 % déclarent gagner moins de 20 000 $.

Renseignements :

Christine Harminc

Senior Manager, Communications & Media Relations

Société canadienne du cancer, Bureau national

Téléphone : 416 934-5340