Vous êtes ici:
A-|A|A+

Questions à poser sur le dépistage du cancer de la prostate

Avant de parler à votre médecin, commencez d’abord par recueillir un maximum d’information sur vos antécédents familiaux de cancer de la prostate. Il est utile de savoir si votre père, frère ou fils a déjà eu un cancer de la prostate. Si oui, quel âge avaient-ils lorsque la maladie a été diagnostiquée?

Questions à poser à votre médecin

  • Quel est mon risque de développer un cancer de la prostate?
  • Puis-je faire quelque chose pour réduire ce risque?
  • Quels tests devrais-je passer, s’il y a lieu?
  • À quelle fréquence devrais-je passer ces tests?
  • Quels seraient pour moi les avantages d’une analyse de l’APS et d’un toucher rectal?
  • Quels seraient pour moi les risques d’une analyse de l’APS et d’un toucher rectal?
  • Si mes résultats sont normaux, que se passe-t-il ensuite?
  • Si mes résultats ne sont pas normaux, que se passe-t-il ensuite?
  • Dois-je payer pour ces tests? Si oui, combien?

Questions à vous poser à vous-même

Votre médecin est là pour vous fournir toute l’information nécessaire, mais vous seul êtes en mesure de décider pour vous-même. Vous voudrez peut-être réfléchir à ces questions :

  • Que choisirais-je de faire si mon taux d’APS s’avérait élevé?
  • Que ferais-je si des tests plus poussés révélaient la présence d’un cancer de la prostate de stade précoce?
  • Serais-je à l’aise si je me savais atteint d’un cancer de la prostate qui ne nécessite pas de traitement actif (chirurgie, médicaments, radiothérapie) immédiatement? Cela provoquerait-il un stress trop important?

Découvrez des articles connexes

Devrais-je passer un test de dépistage du cancer de la prostate?

Ce que vous devez savoir à propos des deux tests de dépistage du cancer de la prostate

Quels sont les avantages et les limites du test de dépistage du cancer de la prostate?

Poursuivez votre lecture

A-|A|A+