Vous êtes ici:
A-|A|A+

Les substances chimiques dans les écrans solaires

Des groupes de pression prétendent que certaines substances chimiques présentes dans les écrans solaires sont nocives et pourraient accroître le risque de développer un cancer. Les études menées jusqu’à présent sur l’oxybenzone, le palmitate de rétinyle et les parabènes n’indiquent pas que ces substances peuvent être une cause de cancer, et aucune d’entre elles n’a été classée parmi les substances carcinogènes par un organisme scientifique majeur.

La Société a à cœur de fournir aux Canadiens des renseignements de première importance à propos du risque de cancer et continuera à suivre de près la recherche dans ce secteur. Nous surveillerons également les recommandations sur l’utilisation d’écrans solaires émanant d’autres organismes de réglementation qui protègent votre santé ainsi que l’environnement. La Société canadienne du cancer appuie l’utilisation de tous les produits contenant un écran solaire dont la vente est autorisée au Canada. 

Selon certaines recherches, les utilisateurs d’écrans solaires présenteraient un risque plus élevé de cancer de la peau en comparaison de gens qui n’utilisent pas d’écrans solaires. Les chercheurs sont toutefois d’avis que ce risque accru n’est pas lié à une substance chimique en particulier. Il serait plutôt dû au fait que les personnes utilisant des écrans solaires passent davantage de temps au soleil que les autres, et qu’elles n’appliqueraient pas nécessairement les produits comme il se doit. Les chercheurs sont également en train d’étudier si les personnes qui utilisent des écrans solaires ont moins de vitamine D, ce qui pourrait augmenter leur risque de cancer.

Faire preuve de bon sens sous le soleil est encore le meilleur moyen de réduire votre risque de cancer de la peau. Protégez-vous du soleil lorsque ses rayons sont les plus ardents, portez des vêtements couvrants, un chapeau et des lunettes de soleil, utilisez un écran solaire possédant un FPS de 30 ou plus et évitez le bronzage artificiel. 

  • Notre point de vue

    Après un examen approfondi de l’état actuel de la recherche, la Société canadienne du cancer est d’avis que l’oxybenzone, le palmitate de rétinyle et les parabènes n’entraînent pas de risque de cancer.

  • L’oxybenzone

    L’oxybenzone (parfois appelée benzophénone-3) est utilisée dans la préparation d’écrans solaires, car elle absorbe efficacement les rayons UVA et UVB, protégeant ainsi la peau des méfaits du soleil. Un petit nombre d’études en laboratoire ont démontré que l’oxybenzone pouvait entraîner de légères modifications cellulaires, mais aucune preuve scientifique ne permet actuellement de lier cette substance au cancer. La recherche sur l’oxybenzone est limitée, et jusqu’ici aucune étude sur des animaux ou des humains ne permet de croire qu’elle pourrait être une cause de cancer.

  • Le palmitate de rétinyle

    Le palmitate de rétinyle est une forme de vitamine A ajoutée à certains écrans solaires en raison de son rôle de revitalisant pour la peau. Un petit nombre d’études ont révélé que le palmitate de rétinyle pouvait entraîner de légères modifications cellulaires lors de traitements par des rayons UVA, mais aucune preuve scientifique ne permet de conclure que ces changements sont de nature cancéreuse.

  • Les parabènes

    Les parabènes sont des agents de conservation utilisés dans de nombreux produits cosmétiques (y compris certains écrans solaires). Quelques études indiquent que les parabènes agiraient de manière semblable à l’œstrogène, ce qui pourrait accélérer le développement de tumeurs cancéreuses du sein. Des recherches plus poussées seront nécessaires pour clarifier cette possible association.

A-|A|A+

Histoires

Dr Lillian Sung Améliorer les soins de soutien pour les enfants atteints de cancer

Plus de details

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus