Dr Sean McKenna

Université du Manitoba

Dr Sean McKenna
De nouveaux traitements pour déjouer le cancer

Les cellules cancéreuses sont hélas plutôt astucieuses. Elles ne manquent pas de moyens pour contourner nos mécanismes de défense, échapper à la détection, résister au traitement et devenir de plus en plus virulentes.

Toutefois, les modifications de la biologie moléculaire de ces cellules qui leur permettent d’agir ainsi peuvent aussi leur faire baisser la garde et les laisser sans défense face aux traitements ciblés. Le Dr Sean McKenna fait partie des chefs de file de la recherche sur les nouveaux traitements visant à déjouer le cancer.

Les enzymes sont des protéines qui participent activement aux réactions chimiques complexes permettant d’assurer de nombreuses fonctions cellulaires et corporelles. Pour comprendre ce qui vulnérabilise les cellules cancéreuses, de nombreux chercheurs étudient comment les enzymes fonctionnent à l’intérieur des cellules normales et comment leurs activités se transforment en présence du cancer. Une fois identifiés, ces points faibles pourraient constituer des cibles de choix pour de nouveaux traitements.

Après avoir terminé des études supérieures à l’Université de l’Alberta, le Dr McKenna a entrepris d’étudier une enzyme du nom de PKR en tant que chercheur postdoctoral à l’Université Stanford. Lors de ses recherches, le Dr McKenna a mis au jour plusieurs aspects du fonctionnement de PKR et a conçu des outils afin d’étudier les interactions entre les enzymes et certaines molécules, les acides nucléiques.

Fort de ces connaissances, le Dr McKenna a créé un programme de recherche indépendant à l’Université du Manitoba, où il est professeur agrégé. En 2015, il a reçu une subvention de la Société canadienne du cancer afin de trouver de nouveaux moyens de cibler une autre enzyme, la télomérase, responsable de la multiplication incontrôlée des cellules cancéreuses. Pour ce faire, il a recours à des molécules d’acide nucléique spéciales dites quadruplex, qui s’accumulent plus facilement dans les cellules cancéreuses que dans les cellules saines.

Son équipe scientifique concevra et étudiera un traitement mettant à profit des quadruplex spécifiques qui s’infiltrent dans les cellules cancéreuses et y bloquent la télomérase, ce qui a pour effet de compromettre la croissance et la survie des cellules. Cette recherche devrait avoir des répercussions importantes sur le traitement du cancer. La télomérase jouant un rôle clé dans la survie cellulaire, l’utilisation des quadruplex pourrait trouver application sur plusieurs types de cancer. Cette approche thérapeutique pourrait également être adaptée afin de cibler d’autres enzymes impliquées dans le développement du cancer.

« Les fonds provenant de la SCC ont permis à mon groupe de recherche d’amorcer des travaux en vue de comprendre comment une structure importante et unique d’acide nucléique peut être utilisée de manière à éliminer un processus au cœur même du cancer », indique le Dr McKenna.

×