Vous êtes ici:

Le deuil et le cancer

Le deuil est le sentiment qu’on ressent lorsqu’on perd quelque chose d’important ou de précieux. Certains jours, vous pourriez avoir l’impression que vous ne vous remettrez jamais de cette perte. Il se peut en effet que la tristesse ne disparaisse jamais complètement; toutefois, la plupart des gens disent que la douleur se fait moins vive à mesure que le temps passe.

Le deuil n’est pas lié uniquement au décès

La plupart des gens associent le deuil à la mort d’un être cher, mais c’est loin d’être la seule forme de deuil.

Pour les personnes qui font face au cancer, les motifs de deuil peuvent être nombreux : par exemple la perte du sentiment d’être santé et en sécurité, la perte d’une partie du corps, l’incapacité d’avoir un enfant, l’obligation de modifier les plans d’avenir ou le manque à gagner dû à une absence du travail.

Chacun vit le deuil à sa façon

Le processus de deuil est différent d’une personne à l’autre – il n’y a pas de « bonne » façon de faire. Chacun fait son deuil à sa façon et à son rythme, en apprivoisant la perte au fil du temps. Personne ne peut vous dire comment vous devriez vivre un deuil, quand vous devriez éprouver certaines émotions ou dans quel ordre.

Vous aurez peut-être envie de vous isoler un certain temps. Votre deuil est une expérience très personnelle, et vos sentiments n’ont pas à suivre un modèle quelconque sauf celui qui répond à ce que vous vivez. Votre processus de deuil dépendra des éléments suivants :

  • le caractère prévisible ou imprévisible de la perte
  • la valeur que vous accordiez à ce que vous avez perdu
  • votre personnalité
  • votre manière de composer avec la perte par le passé
  • les systèmes de soutien dans votre vie (famille, amis et communautés spirituelle, religieuse et sociale)

Symptômes physiques du deuil

Le deuil peut causer des symptômes et des réactions physiques. Vous pourriez entre autres :

  • pleurer
  • avoir de la difficulté à dormir
  • manger moins ou plus
  • être anxieux
  • vous sentir fatigué ou faible
  • éprouver des problèmes de concentration ou de mémoire

Vos émotions après le décès d’un proche

Le décès d’un proche peut engendrer certaines des émotions suivantes (ou toutes) pendant le processus de deuil :

Choc – Lorsqu’on apprend le décès d’une personne, la première chose qu’on ressent est souvent le choc de la nouvelle. Même si l’événement était prévisible, il peut quand même provoquer un état de choc, en particulier si la mort a été soudaine ou s’est produite plus tôt qu’on s’y attendait.

Tristesse, solitude et isolement – La tristesse éprouvée lors du deuil est un profond sentiment de perte. Certains sentent que la personne qui est décédée a laissé un vide ou les a abandonnés. Vous pourriez aussi avoir l’impression que personne au monde ne peut mesurer l’ampleur de votre perte.

Colère – Il n’est pas inhabituel d’être en colère après un décès. Vous pourriez être fâché parce que la personne vous a quitté, parce qu’elle aurait dû essayer d’autres traitements ou parce qu’elle n’aurait tout simplement pas dû mourir. Vous pourriez aussi être en colère contre vous-même parce que vous n’avez pas rendu souvent visite à cette personne pendant sa maladie ou que vous n’étiez pas présent lorsqu’elle est décédée. Vous en voudrez peut-être au destin ou à votre dieu de l’avoir emportée.

Soulagement – Si la personne a été très malade ou très souffrante, il se peut que vous ressentiez un certain soulagement pour elle à son décès. Si vous en preniez soin, vous pourriez aussi vous sentir libéré du stress engendré par votre rôle d’aidant.

Culpabilité – Vous vous sentirez peut-être coupable de ne pas en avoir fait assez alors que votre proche était en vie, ou regretter d’avoir dit ou ne pas avoir dit quelque chose. Le fait de se sentir soulagé du départ de la personne peut aussi entraîner une forme de culpabilité.

Deuil d’anticipation

Le deuil d'anticipation est celui qu’on éprouve lorsqu’on sait que la mort approche ou qu’on s’attend à ce qu’elle survienne. Il peut engendrer plusieurs des pensées, des impressions et des émotions qui risquent de faire surface après un décès.

Le deuil d'anticipation peut vous permettre de vous habituer petit à petit au fait qu’une personne va bientôt mourir. Il peut vous donner l’occasion de terminer quelque chose que vous vouliez régler avec cette personne, ou encore de solidifier votre relation avec elle.

Faire face au deuil

Le deuil après le décès d’un être cher peut être un long processus très douloureux. Il n’y a pas de période définie pour faire son deuil. Avec le temps et du soutien, vous commencerez à aller mieux, à accepter la perte et à vous adapter à la situation. La plupart des gens trouvent que les émotions et les symptômes physiques engendrés par le deuil commencent à s’atténuer de 6 mois à 2 ans après la mort de leur proche. En général, les personnes qui vivent pleinement un deuil constatent qu’elles peuvent être heureuses à nouveau et trouvent même qu’elles se sentent mieux – plus fortes et plus aptes – qu’auparavant.

Pour vous aider à faire face au deuil :

  • Pleurez aussi souvent que vous en avez besoin. Cela fait partie du processus de guérison.
  • Donnez-vous le droit d’éprouver de la tristesse, de la douleur, de la colère et toute autre émotion.
  • Pardonnez-vous les choses que vous auriez pu dire ou faire – ou pas.
  • Joignez-vous à un groupe de soutien ou parlez à un thérapeute spécialisé dans le processus de deuil.
  • Préparez-vous aux émotions qui risquent de surgir lors des fêtes, des anniversaires et des congés.

Pendant que vous vivez votre deuil, prenez soin de vous en mangeant bien et en étant actif.

Limitez la quantité d’alcool ou d’autres drogues que vous consommez. Ces substances peuvent provoquer d’autres problèmes émotionnels et ralentir votre processus de deuil.

S’il est important de vous permettre de vivre toutes les émotions liées à votre deuil, souvenez-vous que vous n’avez pas besoin de lui consacrer constamment vos pensées. Accordez-vous une pause pour faire quelque chose qui vous plaît, comme aller voir un film ou un concert, prendre un bain chaud, lire ou écouter de la musique.

Pendant que vous vivez votre deuil, il est possible que vous rêviez à la personne décédée, que vous en ayez une « vision » ou que vous ayez l’impression d’entendre sa voix. Ce sont là des réactions qu’il est normal d’avoir pendant qu’on s’habitue à l’absence d’une personne proche.

Au cours du processus de deuil, évitez d’entreprendre trop rapidement des changements majeurs, comme changer d’emploi, vendre la maison ou déménager dans une autre ville. Si possible, prenez un temps d’arrêt pour apprivoiser votre nouvelle situation. Pensez à vous avant d’en avoir trop sur les épaules.

Lorsque le deuil se prolonge

Certaines personnes ont vraiment beaucoup de difficulté à s’adapter à leur perte et deviennent déprimées. Le deuil « compliqué » est celui qui ne s’atténue pas ou qui s’aggrave au fil du temps.

Si vous avez de la difficulté à aller de l’avant après le décès d’un proche ou que la perte devient de plus en plus douloureuse, il est important d’avoir de l’aide. Demandez à votre médecin de famille quel traitement il peut vous proposer. Vous pourriez aussi trouver utile de parler à un professionnel en santé mentale.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Sean McKenna De nouveaux traitements pour déjouer le cancer

Plus de details

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus