Vous êtes ici:

Composer avec l’anxiété et le stress

Il est normal d’être anxieux ou stressé lorsqu’on a le cancer.

L’anxiété est un sentiment d’inquiétude ou de malaise, qu’on ressent lorsqu’on a peur que quelque chose de fâcheux se produise. S’il est normal d’être anxieux quand on a le cancer, il peut arriver que cette anxiété finisse par prendre toute la place. Dans ce cas, la situation peut constituer un problème médical qui doit être diagnostiqué et traité.

Le stress est une réaction à une menace ou une difficulté quelconque. Un certain niveau de stress est souhaitable, car cela peut nous aider à accomplir des choses ou à résoudre des problèmes. C’est le stress qui permet au corps de se mobiliser pour fuir un danger ou le combattre. Malheureusement, il n’est pas toujours possible d’échapper aux problèmes; il nous faut apprendre à y faire face. À force de subir trop de stress dans notre vie quotidienne ou de ne pas s’attaquer à la source de ce stress, on risque de développer des problèmes de santé à long terme.

Réduire l’anxiété et le stress

Les moyens que vous avez utilisés dans le passé pour gérer la pression pourraient ne pas être aussi efficaces cette fois. Sachez que vous pouvez faire une multitude de choses pour mieux gérer la situation. Prenez la peine de vous arrêter et pensez à ce qui peut vous détendre.

Votre équipe de soins pourra vous aider en vous donnant des conseils pour apaiser l’anxiété, en vous suggérant des cours de gestion du stress ou en vous dirigeant vers un thérapeute ou un programme de soutien. Le recours à des médicaments est parfois indiqué pour traiter l’anxiété.

Agir pour diminuer votre niveau de stress ne peut qu’être bon pour votre moral et vous aider à trouver la force émotionnelle pour traverser les moments difficiles.

Techniques corps-esprit

Il existe plusieurs approches corps-esprit permettant de calmer les pensées, de régénérer le corps et d’atténuer le stress, l’anxiété et la fatigue. Souvent, les hôpitaux et les centres de cancérologie organisent des séances permettant de s’y initier. Vous pouvez aussi pratiquer ces techniques chez vous à l’aide de livres, de CD ou de sites Web. Toutes partent du même principe : se concentrer sur le moment présent plutôt que sur le regret du passé ou la crainte de l’avenir.

Les exercices de relaxation impliquent habituellement la respiration lente et la décontraction musculaire.

La méditation exige de concentrer la pensée sur une seule chose, par exemple la respiration. Il existe plusieurs formes de méditation, pouvant se pratiquer en position assise ou couchée, ou encore en marchant.

L’imagerie mentale dirigée, qui combine la respiration profonde et la méditation, consiste à imaginer un environnement paisible. Certaines personnes aiment écouter en même temps une musique douce ou des sons de la nature, tandis que d’autres préfèrent le silence.

La méditation de pleine conscience est une forme de méditation plus structurée que les thérapeutes et les médecins enseignent parfois aux patients pour les aider à retrouver leur équilibre émotif. L’idée de cette technique est de ramener l’attention sur le moment présent, sans jugement ni obligation de le changer.

Si vous avez envie d’essayer l’une ou l’autre de ces techniques, votre équipe de soins pourra vous renseigner et vous orienter.

Nous vous invitons à écouter les enregistrements que nous avons préparés pour apprendre à pratiquer la respiration profonde ainsi que 6 techniques de relaxation différentes.

Activités physiques corps-esprit

Certains types d’exercice en douceur permettent, grâce au mouvement, de connecter l’esprit au corps.

Le yoga est probablement le plus connu. Il existe des formes de yoga plus lentes et méditatives, tandis que d’autres sont plus athlétiques.

Le tai-chi, une technique chinoise très ancienne, est en quelque sorte de la « méditation en mouvement ». Les mouvements lents et continus du tai-chi favorisent la détente de l’esprit.

Consultez votre médecin avant d’entreprendre toute activité physique. Il est également important, au début, de suivre les indications d’un professeur qualifié afin d’apprendre les techniques correctement. Les hôpitaux et les centres de cancérologie organisent parfois des cours pour les personnes atteintes de cancer. Une fois que vous maîtriserez les bases, vous pourrez continuer à vous exercer à la maison avec l’aide d’un livre, d’un CD ou d’Internet.

Massothérapie

La massothérapie peut être très bienfaisante pour réduire la douleur et la raideur musculaire. C’est également un moyen de parvenir à une certaine détente et de réduire ainsi votre niveau d’anxiété et de stress. Avant d’essayer la massothérapie, parlez-en avec votre équipe de soins pour vous assurer que vous pouvez le faire sans risque. Adressez-vous à un massothérapeute certifié ayant de l’expérience auprès des personnes atteintes de cancer. Mentionnez-lui que vous avez un cancer et faites-lui part des traitements que vous recevez ou avez reçus, ainsi que de tout médicament que vous prenez.

 

Écriture et autres activités créatives

Plusieurs personnes trouvent utile de mettre leurs émotions sur papier; l’écriture leur permet non seulement d’exprimer mais aussi de mieux comprendre ce qu’elles ressentent. Leur niveau de stress diminue du même coup. Pour certains, écrire est plus facile que de parler lorsqu’il s’agit de mettre des mots sur des émotions.

Vous pouvez vous ouvrir sur de longues pages ou au contraire vous en tenir à quelques mots – tout dépend de ce que vous souhaitez exprimer. Vous pouvez noter vos pensées dans un journal intime, juste pour vous, ou les partager avec les personnes de votre choix dans des lettres, des courriels de groupe ou des publications dans les médias sociaux. Certaines personnes choisissent de partager leurs réflexions avec le monde entier sur des blogues, des sites Web personnels ou des pages publiques de médias sociaux.

Si vous n’aimez pas écrire, ou que cela vous fatigue ou vous bouleverse, essayez une autre activité faisant appel à la créativité. La photographie, le dessin ou la peinture, de même que la musique, sont autant d’excellents moyens d’extérioriser vos émotions.

 

Passe-temps et centres d’intérêt

Les personnes touchées par le cancer disent souvent que la pratique d’un loisir leur a été d’un grand secours. Adonnez-vous quotidiennement à une activité agréable qui vous apporte une détente ou qui vous stimule physiquement. Cela pourrait vous aider à évacuer le stress. C’est aussi un bon moyen de passer le temps; plusieurs disent se sentir mieux lorsqu’ils se tiennent occupés.

Vous pouvez vous réserver du temps pour une activité que vous avez toujours aimée et que vous êtes encore en mesure de pratiquer. Ou encore, essayez quelque chose d’entièrement nouveau.

Moments en famille ou entre amis

Passer du temps en compagnie de personnes que vous aimez peut aider à réduire votre niveau de stress. Ce peut être l’occasion de parler des sentiments qui vous habitent avec vos proches. Vous pouvez en profiter pour faire des choses que vous avez toujours aimé faire ensemble et même, pourquoi pas, rire un bon coup. Cela pourrait vous aider à ne pas penser au cancer, ne serait-ce que pendant un court moment.

Animaux de compagnie

Certaines personnes possèdent des animaux domestiques. Les études démontrent que la compagnie d’un chien ou d’un autre animal peut atténuer le stress et l’anxiété et contribuer au sentiment de bien-être.

Activité physique

Bien des gens se sentent mieux, ont plus d’énergie et sont moins stressés lorsqu’ils pratiquent des activités physiques comme la natation, la marche ou le vélo. Dans la mesure où votre équipe de soins est d’accord et que vous vous en sentez capable, rien ne vous empêche de demeurer actif pendant et après un traitement contre le cancer. Informez-vous auprès de votre équipe de soins avant d’entreprendre une nouvelle activité ou si vous avez des questions à propos de l’exercice physique.

Rire

Bien que le cancer n’ait rien de drôle, le rire aide certaines personnes à mieux supporter le stress et l’anxiété que peut entraîner la maladie. Rire pour chasser la tension ne signifie pas que vous prenez le cancer à la légère. Vous avez le droit de rire. Lorsqu’une personne rit, son cerveau libère des substances chimiques qui détendent les muscles et améliorent l’humeur. Alors, n’hésitez pas à revoir votre film comique préféré ou à relire cet album de bandes dessinées qui vous amusait tellement. Ou téléphonez à un ami pour lui raconter la dernière drôlerie de votre animal. Cela pourrait vous faire plus de bien que vous ne l’imaginez.

Stress post-traumatique (SPT) et trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Vous vous dites peut-être que la fin du traitement vous soulagera d’une partie de votre stress. Et c’est le cas pour de nombreuses personnes. Mais lorsque le traitement est terminé, vous vous retrouvez avec vos sentiments face à cet événement traumatisant et imprévu qui a radicalement changé votre vie et celle de votre famille. Cela peut être très difficile.

Le cancer fait parfois naître une anxiété qui ne disparaît pas; c’est ce qu’on appelle un stress post-traumatique (SPT). Vous pourriez alors :

  • éviter les endroits (par exemple les hôpitaux) ou les gens qui étaient associés au traitement de votre cancer
  • devenir nerveux ou irritable
  • avoir du mal à dormir et faire des cauchemars à propos de votre cancer ou de son traitement
  • repenser sans arrêt à votre expérience de cancer

Les symptômes commencent la plupart du temps au cours des 3 premiers mois qui suivent le diagnostic, mais parfois ils n’apparaissent que plusieurs mois ou même des années plus tard. Le SPT n’est pas un trouble; souvent, les symptômes finissent par s’atténuer ou disparaître tout seuls.

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est plus sérieux. Il s’agit d’un ensemble spécifique de symptômes éprouvés par les personnes ayant vécu des événements douloureux qui bouleversent une vie, comme un diagnostic de cancer, un désastre naturel, un crime violent, un bombardement ou une guerre. Le TSPT est un problème de santé mentale médicalement reconnu, qui s’accompagne de symptômes plus marqués que dans le cas du SPT et qui peut durer très longtemps.

Certains survivants du cancer sont à très haut risque de TSPT : ce sont les personnes qui ont déjà éprouvé des problèmes de santé mentale ou subi un traumatisme, qui vivent avec un niveau élevé de stress ou qui ont très peu de soutien de la part de leur entourage.

Si vous éprouvez des symptômes de SPT ou de TSPT, il est important d’en parler à votre équipe de soins. Il existe des traitements, dont le counseling, la médication ou une association des deux. Demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse. C'est plutôt le signe que vous faites le premier pas pour faire face à vos émotions et pour en reprendre le contrôle.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Mick Bhatia Stimuler les cellules adipeuses pour mieux traiter la leucémie

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus