Vous êtes ici:

Hoquet

Le hoquet est un spasme non intentionnel du diaphragme suivi de la fermeture rapide des cordes vocales. C’est la fermeture des cordes vocales qui produit le bruit du hoquet. Le diaphragme est le muscle principal de la respiration.

Causes

On ne connaît pas la cause exacte du hoquet. Celui-ci peut être provoqué par l’irritation des nerfs qui contrôlent les muscles participant à la respiration, dont le diaphragme. Le hoquet affecte plus souvent les hommes que les femmes.

Les déclencheurs courants du hoquet sont les suivants :

  • ballonnements d’estomac – après avoir trop mangé ou avoir bu des boissons gazéifiées;
  • reflux gastrique;
  • consommation d’alcool;
  • consommation d’aliments épicés – des piments rouges, par exemple;
  • tabagisme;
  • avaler de l’air;
  • changement émotionnel soudain (p. ex. : surexcitation ou anxiété).

Les personnes atteintes de cancer peuvent avoir le hoquet pour d’autres raisons, telles que :

  • cancer de l’œsophage;
  • tumeurs au cerveau;
  • infection générale (affectant tout le corps);
  • cancer du pancréas;
  • tumeurs au médiastin;
  • chirurgie;
  • médicaments;
  • déséquilibre des électrolytes.

Symptômes

Les symptômes du hoquet sont décrits selon leur durée :

  • le hoquet aigu dure jusqu’à 2 jours;
  • le hoquet persistant dure plus de 2 jours;
  • le hoquet chronique dure plus de 1 mois.

Le hoquet est habituellement aigu et cesse de lui-même en quelques minutes ou quelques heures.

Les personnes atteintes de cancer avancé ont une probabilité supérieure à la moyenne d’avoir un hoquet persistant ou chronique. Jusqu’à 10 % environ des personnes atteintes de cancer avancé peuvent avoir ces types de hoquet de longue durée.

Le hoquet persistant ou chronique peut avoir des effets négatifs sur vos activités de tous les jours. Il peut interférer avec votre capacité de parler, de manger, de boire et de dormir. Il peut aussi affecter votre humeur et accentuer votre douleur.

Si votre hoquet s’aggrave ou ne disparaît pas, mentionnez-le à votre médecin ou à votre équipe de soins sans attendre au prochain rendez-vous fixé.

Diagnostic

Si vous avez un hoquet persistant ou chronique, votre médecin essaiera d’en trouver la cause. Il pourrait vous poser des questions sur vos antécédents médicaux et procéder à un examen physique. Il est habituellement difficile de trouver la cause exacte du hoquet. Si votre hoquet dure longtemps sans cause évidente, vous aurez peut-être à passer les examens suivants :

Traitement du hoquet

Hoquet aigu

Pour aider à soulager un hoquet aigu, vous pouvez essayer les méthodes suivantes :

  • respirez profondément et retenez votre souffle;
  • inspirez et expirez profondément dans un sac en papier;
  • mangez un peu de pain sec, de sucre granulé ou de glace concassée;
  • tirez doucement sur votre langue;
  • stimulez votre réflexe nauséeux (collez votre doigt à l’arrière de votre gorge).

Hoquet persistant et chronique

Le hoquet persistant ou chronique peut être difficile à traiter. Votre équipe de soins pourrait vous suggérer les traitements qui suivent.

Votre médecin pourrait vous prescrire des médicaments, par exemple :

  • le baclofène (Lioresal);
  • la chlorpromazine;
  • le métoclopramide (Metonia);
  • la gabapentine (Neurontin);
  • les inhibiteurs de la pompe à protons – par exemple le lansoprazole (Prevacid) ou l’ésoméprazole (Nexium).

L’acupuncture peut être efficace pour traiter le hoquet persistant ou chronique.

Pour traiter le hoquet chronique, le médecin peut bloquer ou perturber les signaux dans les nerfs qui contrôlent le diaphragme (nerfs phréniques). Pour ce faire, il y a différents moyens de procéder :

  • injecter un anesthésique local dans le nerf;
  • implanter une électrode près du nerf (radiofréquence pulsée);
  • installer des clips sur le nerf – possiblement en permanence.

Les médecins peuvent parfois utiliser des signaux électriques pour stimuler les nerfs, comme le nerf vague, qui aide à contrôler le diaphragme, et peut-être aussi les nerfs phréniques. Il y a 2 façons de stimuler les nerfs :

  • un dispositif est placé sur la peau (stimulation transcutanée);
  • un dispositif est implanté sous la peau, dans la poitrine.

Si les autres traitements ne sont pas fructueux, le médecin pourrait sectionner les nerfs phréniques (phrénicotomie) afin de bloquer en permanence les signaux nerveux au diaphragme. Toutefois, même cette intervention ne guérit pas le hoquet chronique dans tous les cas.

diaphragme

Muscle mince situé sous les poumons et le coeur séparant la cavité thoracique de l’abdomen.

Lorsque le diaphragme se contracte, les poumons prennent de l’expansion et se remplissent d’air. Lorsqu’il se dilate, les poumons s’affaissent et poussent l’air vers l’extérieur.

médiastin

Région de la cavité thoracique située entre les poumons, le sternum et la colonne vertébrale qui contient le coeur, les gros vaisseaux sanguins, le thymus, la trachée, l’oesophage et les ganglions lymphatiques.

électrolyte

Substance présente dans le sang et d’autres liquides corporels qui est porteuse d’une charge électrique. Les électrolytes sont responsables de l’entrée des éléments nutritifs dans les cellules et de l’évacuation des déchets hors des cellules afin de maintenir l’équilibre des liquides dans le corps et de permettre aux muscles de fonctionner adéquatement.

Le calcium, le chlorure, le potassium et le sodium sont des exemples d’électrolytes.

anesthésique local

Médicament permettant de soulager la douleur ressentie sur une petite région du corps. On peut l’administrer par injection ou par frottement d’une crème sur la région.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.