Cancer de la vulve

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le cancer de la vulve

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On peut administrer une radiothérapie pour traiter le cancer de la vulve. Votre équipe de soins prendra en considération vos besoins personnels pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On associe souvent la radiothérapie à la chimiothérapie pour traiter le cancer de la vulve. C’est une chimioradiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une radiothérapie ou une chimioradiothérapie :

  • pour détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie afin de réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer (radiothérapie adjuvante);
  • avant la chirurgie, avec ou sans chimiothérapie, pour réduire la taille de la tumeur (radiothérapie néoadjuvante);
  • comme traitement principal des femmes qui ne peuvent pas avoir de chirurgie ou de chimiothérapie à cause de problèmes de santé;
  • pour soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer de la vulve qui est avancé (radiothérapie palliative).

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations vers la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure.

Pour un cancer de la vulve précoce qui ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques de l’aine, on peut proposer une radiothérapie après la chirurgie si le tissu enlevé avec la tumeur (marge chirurgicale) mesurait moins de 8 mm de largeur ou si la tumeur a envahi le tissu sous-jacent en profondeur.

Pour un cancer de la vulve avancé qui s’est propagé au bassin et à d’autres organes, on peut proposer une radiothérapie avant la chirurgie. On pourrait l’associer à une chimiothérapie. Le but est de réduire la taille de la tumeur afin de pratiquer une chirurgie moins étendue, permettant ainsi d’éviter une déformation et une perte de fonction de la vulve.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de la vulve, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque femme les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région ou des organes spécifiques traités, de la dose totale, de l’administration d’une chimiothérapie et du mode d’administration. Les effets secondaires peuvent être plus importants quand on associe la chimiothérapie à la radiothérapie. Voici certains effets secondaires fréquents de la radiothérapie pour le cancer de la vulve :

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

cystite

Inflammation de la vessie. Les symptômes incluent un besoin fréquent d’uriner, une sensation de brûlure lors de la miction et une perte de contrôle de la vessie.

Lorsque la cystite est grave, la muqueuse qui tapisse l’intérieur de la vessie peut saigner (cystite hémorragique) et il peut y avoir présence de sang dans l’urine.

La cystite peut être un effet secondaire de certains traitements du cancer, y compris de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus