Cancer de l’estomac

Vous êtes ici:

Risques de cancer de l'estomac

Certains comportements, substances ou états peuvent affecter votre risque, ou probabilité, d’avoir le cancer. Il y a des choses qui font augmenter votre risque alors que d’autres le font diminuer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux risques. Mais le cancer apparaît parfois chez des personnes qui ne présentent aucun risque.

L’infection à Helicobacter pylori est le plus important risque de cancer de l’estomac.

Plus d’hommes que de femmes sont atteints du cancer de l’estomac. Le risque augmente avec l’âge; c’est après 50 ans qu’il est le plus élevé. Certaines études établissent un lien entre un faible statut socioéconomique et une hausse du taux de cancer de l’estomac.

Le cancer de l’estomac est plus fréquent au Japon, en Chine, en Amérique du Sud et en Europe de l’Est. Il n’est pas aussi présent en Amérique du Nord. Au Canada, le nombre de nouveaux cas de cancer de l’estomac diagnostiqués chaque année diminue depuis les années 80.

Les états précancéreux de l’estomac comprennent la dysplasie épithéliale gastrique et l’adénome gastrique. Ces états ne sont pas cancéreux, mais il arrive qu’ils se transforment en cancer de l’estomac s’ils ne sont pas traités. Certaines des choses qui font augmenter le risque de cancer de l’estomac peuvent aussi causer ces états précancéreux. Apprenez-en davantage sur les états précancéreux de l’estomac.

Certaines personnes atteintes de troubles génétiques particuliers présentent un risque plus élevé que la moyenne d’avoir un cancer de l’estomac. Discutez de votre risque avec votre médecin. Si vous êtes atteint d’un trouble génétique qui fait augmenter votre risque d’avoir un cancer de l’estomac, vous pourriez devoir consulter votre médecin plus souvent pour vérifier la présence d’un cancer de l’estomac. Votre médecin vous indiquera quels examens passer et à quelle fréquence.

Les éléments qui suivent peuvent accroître ou réduire votre risque de cancer de l’estomac. Vous pouvez faire certaines choses pour réduire votre risque et aider à vous protéger du cancer.

Certaines infections

Fumer du tabac

Antécédents familiaux de cancer de l’estomac

Troubles génétiques

Certains troubles d’estomac

Chirurgie gastrique antérieure

Contact avec des rayonnements ionisants

Travail dans l’industrie du caoutchouc

Groupe sanguin A

Alcool

Excès de poids

Sel et aliments salés

Certaines infections

Les infections par les virus et bactéries qui suivent font augmenter le risque d’avoir un cancer de l’estomac.

L’Helicobacter pylori (H. pylori) est un type de bactérie qui cause des ulcères d’estomac et une inflammation du revêtement de l'estomac (gastrite). Bien que le H. pylori puisse faire augmenter le risque, ce ne sont pas toutes les personnes atteintes d'une infection à H. pylori qui auront un cancer de l'estomac. Le H. pylori peut agir avec d'autres facteurs pour accroître le risque de cancer de l'estomac. L'âge auquel une personne attrape cette infection peut également affecter le risque d’apparition du cancer de l'estomac.

Apprenez-en davantage sur l’Helicobacter pylori (H. pylori) et sur les façons de réduire votre risque d’infection à H. pylori.

Le virus d'Epstein-Barr (VEB) est un type de virus de l’herpès qui cause la mononucléose (mono, ou maladie du baiser). L'infection au VEB pourrait accroître le risque d’apparition d’un lymphome non hodgkinien dans l'estomac, un type rare de cancer de l'estomac. Elle pourrait également faire augmenter le risque d'adénocarcinome, le type le plus fréquent de cancer de l'estomac.

Apprenez-en davantage sur le virus d’Epstein-Barr (VEB).

Fumer du tabac

Fumer du tabac accroît votre risque de cancer de l'estomac.

Le tabac sous toutes ses formes – cigarettes, cigares et pipes – accroît votre risque.

Plus vous fumez et plus vous fumez longtemps, plus votre risque est élevé. Après que vous avez cessé de fumer, le risque d’avoir un cancer de l’estomac diminue avec le temps.

Apprenez-en davantage sur les façons de vivre sans fumée.

Antécédents familiaux de cancer de l’estomac

Si l’un de vos parents au premier degré a déjà eu un cancer de l’estomac, vous risquez davantage d’en être atteint. Cette hausse du risque peut être attribuable à des troubles héréditaires. Elle peut aussi être causée par des facteurs de risque communs à d’autres membres de la famille comme l'alimentation, le tabagisme et les infections à H. pylori.

Apprenez-en davantage sur le risque de cancer familial.

Troubles génétiques

Un trouble génétique est une maladie causée par un changement (mutation) dans un ou plusieurs gènes. Le fait d’être atteint de certains troubles génétiques accroît le risque de cancer de l'estomac.

Le cancer gastrique diffus héréditaire (CGDH) accroît le risque d’avoir la forme diffuse de l’adénocarcinome (cancer de l'estomac). Ce type de cancer est caractérisé par la propagation dans tout le revêtement de l'estomac des cellules cancéreuses qui ne forment pas de tumeur dans une région. Le cancer de l’estomac associé au CGDH apparaît habituellement avant l’âge de 40 ans. Le médecin peut suspecter un CGDH lorsque le cancer de l'estomac a affecté plusieurs membres d'une même famille.

La polypose adénomateuse familiale (PAF) est un trouble héréditaire qui entraîne la formation de centaines ou de milliers de polypes, principalement sur le revêtement du côlon et du rectum.

Les personnes atteintes d’une PAF ont un plus grand risque d’avoir un cancer colorectal et un cancer de l’intestin grêle. La PAF fait aussi augmenter le risque des cancers de l’estomac, de la glande surrénale et de la grande thyroïde.

Le syndrome de Lynch est un trouble héréditaire qui entraîne la formation d’un grand nombre de polypes sur le revêtement du colon et du rectum, mais en quantité moindre que dans le cas de la polypose adénomateuse familiale (PAF). Le syndrome de Lynch est aussi appelé cancer colorectal héréditaire sans polypose (HNPCC).

On distingue 2 types de syndrome de Lynch. Le type A accroît le risque de cancer colorectal, tandis que le type B accroît le risque de plusieurs cancers, dont le cancer colorectal et d’autres cancers de l’appareil digestif, de même que les cancers de l’ovaire et de l’utérus chez les femmes.

Le syndrome de Peutz-Jeghers est un trouble héréditaire qui provoque la formation de taches foncées sur la bouche et les doigts, ainsi que de polypes dans le gros intestin et l’intestin grêle.

Le syndrome de Peutz-Jeghers fait augmenter le risque de cancer colorectal, des cancers de l'intestin grêle, de l’estomac, du pancréas et du sein ainsi que d’autres types de cancer.

Le syndrome de polypose juvénile engendre la formation de polypes dans le tube digestif, dont l’estomac, avant l’âge de 20 ans.

Le syndrome de Li-Fraumeni est un trouble héréditaire associé à un risque accru d’avoir certains types de cancer, dont le cancer du sein, les tumeurs cérébrales, la leucémie aiguë, le sarcome des tissus mous, l’ostéosarcome et le corticosurrénalome.

Les personnes atteintes du syndrome de Li-Fraumeni ont tendance à développer plusieurs types de cancer avant l’âge de 45 ans.

Le gène 1 du cancer du sein (BRCA1) et le gène 2 du cancer du sein (BRCA2) aident normalement à maîtriser la croissance des cellules cancéreuses. Des modifications dans ces gènes (pouvant être héritées de l’un ou l’autre des parents) font augmenter le risque de cancer du sein et de l’ovaire.

Apprenez-en davantage sur les gènes et le cancer.

Certains troubles d'estomac

Les troubles non cancéreux de l'estomac qui suivent font augmenter le risque de cancer de l'estomac.

La gastrite atrophique chronique est caractérisée par l’inflammation du revêtement de l'estomac. Elle est habituellement causée par une infection à H. pylori. Elle peut aussi apparaître si le système immunitaire attaque les tissus sains du revêtement de l’estomac par erreur, ce qu’on appelle gastrite atrophique auto-immune.

La métaplasie intestinale est caractérisée par le remplacement des cellules de l'estomac par des cellules qui tapissent normalement l'intestin. Elle peut être causée par une infection à H. pylori, un trouble héréditaire, l'alimentation ou d’autres facteurs.

La maladie de Ménétrier est une maladie rare caractérisée par le développement exagéré des cellules du revêtement de l'estomac, ce qui crée de grands plis dans le revêtement.

L'anémie pernicieuse est un type d’anémie (nombre de globules rouges inférieur à la normale) qui apparaît quand le tube digestif est incapable d'absorber la vitamine B12. Le corps a besoin de la vitamine B12 pour fabriquer les globules rouges. Il est possible que des polypes se forment dans l’estomac des personnes atteintes d’anémie pernicieuse.

Chirurgie gastrique antérieure

La chirurgie pratiquée pour enlever une partie de l’estomac est appelée gastrectomie partielle. On peut y avoir recours pour traiter des ulcères à l’estomac. Les personnes qui ont subi une chirurgie à l’estomac risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de l'estomac. Ce peut être parce que la bile présente dans l’intestin grêle remonte dans la partie restante de l'estomac et cause de l’inflammation. On ne sait pas vraiment si cela est attribuable à une infection à H. pylori, une diminution de la quantité d'acide produite par l’estomac ou autre chose.

Une chirurgie pratiquée pour traiter des ulcères dans la première partie de l’intestin grêle, soit le duodénum, ne semble pas accroître le risque de cancer de l’estomac.

Contact avec des rayonnements ionisants

Les personnes qui ont été en contact avec des rayonnements ionisants au Japon à la suite de l'explosion d’une bombe atomique pendant la Seconde Guerre mondiale risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de l'estomac, en particulier si elles étaient enfants lors d’un tel contact. Des études ont démontré que les personnes exposées aux rayonnements émis lors d'accidents nucléaires ou à des retombées nucléaires risquent également plus d’être atteintes d’un cancer de l'estomac.

Certaines études laissent entendre que les personnes traitées avec certaines formes de radiothérapie risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de l’estomac. On parle entre autres d’un radio-isotope pour traiter un cancer de la glande thyroïde ou d'une radiothérapie externe administrée pour une maladie de Hodgkin. Le risque d'être atteint d'un cancer de l'estomac après une radiothérapie dépend de nombreux facteurs. Chez un très petit nombre de personnes seulement, un cancer apparaît à cause de la radiothérapie. Les bienfaits du traitement du cancer l'emportent souvent largement sur le risque d'être atteint d'un cancer de l'estomac plus tard.

Travail dans l'industrie du caoutchouc

Les personnes qui fabriquent et qui transforment le caoutchouc risquent davantage d’être atteintes d’un cancer de l'estomac parce qu’elles sont en contact avec des produits chimiques causant le cancer fréquemment utilisés dans l’industrie du caoutchouc.

Apprenez-en davantage sur les façons de travailler en toute sécurité.

Groupe sanguin A

Les personnes dont le groupe sanguin est A risquent davantage d'être atteintes d'un cancer de l'estomac, mais on n’en connaît pas la raison.

Alcool

Boire de l’alcool accroît votre risque de cancer de l’estomac. Plus vous buvez, et plus votre risque augmente. Des études ont révélé que le risque augmente lorsqu’on boit plus de 3 verres par jour.

Apprenez-en davantage sur les façons de limiter la consommation d’alcool.

Excès de poids

L’embonpoint augmente le risque de cancer de l’estomac.

Apprenez-en davantage sur les façons de maintenir un poids santé.

Sel et aliments salés

Des données révèlent que la consommation de sel et d’aliments salés fait augmenter le risque de cancer de l’estomac. Il existe aussi un lien entre la consommation de sel et la métaplasie intestinale.

Les chercheurs ne sont pas certains si le sel fait à lui seul augmenter le risque de cancer de l’estomac ou s’il accroît ce risque lorsqu’il est associé à d’autres facteurs de risque comme le H. pylori.

Des études établissent aussi un lien entre le manque de réfrigération des aliments et une hausse du risque de cancer de l’estomac. C’est probablement parce que les personnes qui n’ont pas accès à la réfrigération ont souvent recours au sel pour conserver leurs aliments.

Limitez votre consommation de sel et d’aliments salés. Limitez aussi la quantité de sel que vous utilisez dans vos recettes et salez moins vos aliments à table. Apprenez-en davantage sur les façons de consommer moins de sel.

Risques possibles

On a établi un certain lien entre les éléments qui suivent et le cancer de l’estomac, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des risques. On doit faire plus de recherches.

  • Légumes et fruits
  • Viandes fumées, traitées ou transformées
  • Viandes grillées ou cuites au barbecue
  • Reflux gastro-œsophagien pathologique (RGOP)
  • Contact avec du plomb en milieu de travail
  • Amiante

Aucun lien avec le cancer de l’estomac

Des preuves importantes ne révèlent aucun lien entre le cancer de l’estomac et les inhibiteurs de la pompe à protons (médicaments qui abaissent le taux d’acidité gastrique) ou la poussière de bois.

Comprendre votre risque de cancer

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins. Sachez comment on peut prévenir le cancer et ce que vous pouvez faire pour réduire votre risque.

parent au premier degré

Mère, père, frère, sœur ou enfant d’une personne.

Aussi appelé PPD.

héréditaire

Transmis des parents à leur enfant par l’information contenue dans les gènes.

polype

Petite masse qui se développe sur une muqueuse comme celle qui tapisse le côlon, la vessie, l’utérus (matrice), les cordes vocales ou les voies nasales.

La plupart des polypes ne sont pas cancéreux, mais certains peuvent le devenir.

héréditaire

Transmis des parents à leur enfant par l’information contenue dans les gènes.

gastro-intestinal (GI)

Terme qui désigne tout ce qui a rapport aux organes digestifs.

Le tractus gastro-intestinal (GI), ou tube digestif, comprend la bouche, le pharynx (gorge), l’œsophage, l’estomac, l’intestin grêle et le gros intestin.

mutations des gènes BRCA

Les gènes BRCA1 et BRCA2 sont des gènes suppresseurs de tumeurs. Les changements subis par les gènes sont appelés mutations. Les mutations des gènes BRCA sont transmises par le père ou la mère, ou bien les deux parents, et elles font augmenter le risque de cancer.

Les femmes qui présentent des mutations des gènes BRCA risquent davantage d’être atteintes des cancers du sein et de l’ovaire. Les hommes porteurs de mutations des gènes BRCA risquent également davantage d’être atteints du cancer du sein et leur risque d’avoir un cancer de la prostate peut être plus élevé. Il est possible que le risque d’apparition d’autres cancers – comme le cancer de l’estomac ou du pancréas – soit également plus élevé en présence de mutations des gènes BRCA.

rayonnement ionisant

Type de rayonnement de haute énergie qui peut supprimer des particules d’un atome ou d’une molécule, provoquant ainsi la formation d’ions chargés. Ces ions chargés peuvent modifier l’ADN des cellules et, par conséquent, endommager ou détruire les cellules. Cela risque de faire augmenter le risque de cancer.

Le rayonnement ionisant est présent dans l’atmosphère. Il peut aussi provenir de tests ou de traitements médicaux, comme les rayons X ou la radiothérapie.

radio-isotope

Substance ou élément qui émet des radiations.

On peut employer les radio-isotopes lors des examens d’imagerie et pour le traitement du cancer. Lorsqu'un radio-isotope est mélangé à un médicament, on parle alors de produit radiopharmaceutique.

Cette substance est aussi appelée isotope radioactif.

radiothérapie externe

Type de radiothérapie lors duquel on utilise un appareil situé à l’extérieur du corps pour diriger un faisceau de radiation à travers la peau vers une partie spécifique du corps, habituellement une tumeur.

embonpoint

Surplus de graisse corporelle qui peut être nocif pour la santé. L’embonpoint accroît le risque d’apparition de cancer de la vésicule biliaire, du rein, de l’utérus, de l’œsophage, du cancer colorectal et d’autres cancers.

On considère généralement qu’un indice de masse corporelle (IMC) situé entre 25 et 29,9 correspond à de l’embonpoint.

indice de masse corporelle (IMC)

Mesure basée sur le rapport entre le poids corporel et la taille.

L’IMC sert à déterminer un poids insuffisant, l’embonpoint, l’obésité ou un poids normal.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Eleanor Rudd Nos efforts n’ont rien de comparable à ce que les femmes vivent lorsqu’on leur dit : “vous avez le cancer”.

Plus de détails

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus