Sarcome des tissus
mous

Vous êtes ici:

Radiothérapie pour le sarcome des tissus mous

En radiothérapie, on a recours à des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On l’administre parfois pour traiter le sarcome des tissus mous. Votre équipe de soins prendra en considération vos besoins personnels pour choisir le type de radiothérapie, la dose à administrer, la façon de le faire et l’horaire à suivre. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre la radiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une radiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses présentes dans votre corps;
  • réduire la taille de la tumeur avant une chirurgie (radiothérapie préopératoire ou néoadjuvante);
  • détruire les cellules cancéreuses qui restent après la chirurgie afin de réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer (radiothérapie postopératoire ou adjuvante);
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un sarcome des tissus mous de stade avancé (radiothérapie palliative).

On a recours aux types suivants de radiothérapie pour traiter le sarcome des tissus mous.

Radiothérapie externe

Lors de la radiothérapie externe, un appareil émet des radiations à travers la peau jusqu’à la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure.

On peut administrer une radiothérapie externe avant, pendant ou après la chirurgie. On y a habituellement recours pour les sarcomes des tissus mous de stade 2 ou 3 dans le but de réduire le risque de réapparition du cancer là où il a pris naissance (récidive locale). Dans le cas d’un sarcome des tissus mous du bras ou de la jambe, la radiothérapie externe peut aider à maintenir une fonction adéquate du membre et à empêcher l’amputation. Quand il n’est pas possible de pratiquer une chirurgie, la radiothérapie externe peut être le traitement principal.

On administre habituellement la radiothérapie externe une fois par jour pendant plusieurs semaines. La durée du traitement dépend de nombreux facteurs dont la taille et l’emplacement du cancer, la dose de radiation, l’horaire suivi et votre état de santé global.

Radiothérapie conformationnelle avec modulation d'intensité

La radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI) est un type de radiothérapie externe. On a recours à un dispositif particulier pour modeler et diriger de nombreux faisceaux de rayonnement vers la tumeur de différents angles. On peut aussi modifier la force (intensité) des faisceaux, ce qui réduit la dose de radiation qui atteint les régions sensibles du cerveau, comme le nerf optique, le tronc cérébral et l’hypophyse, tout en permettant à la tumeur de recevoir une dose plus élevée.

Radiothérapie stéréotaxique corporelle

La radiothérapie stéréotaxique corporelle (RSC) émet une forte dose de radiation à ciblage précis vers les tumeurs en moins de séances. La RSC émet de nombreux faisceaux de radiation de différents angles qui se rencontrent sur la tumeur. La tumeur reçoit donc une forte dose de radiation, alors que chaque faisceau qui circule dans le tissu voisin est de faible dose. Cela réduit les effets de la radiation sur le tissu sain entourant la tumeur. On peut avoir recours à la RSC pour traiter les métastases aux poumons quand il n’y a que quelques petites tumeurs. Dans certains cas, on peut administrer une RSC pour traiter des métastases hors des poumons.

Apprenez-en davantage sur les métastases pulmonaires.

Radiothérapie interne

Pour la radiothérapie interne, on met des substances radioactives dans le corps. Il est possible d’administrer une plus forte dose de radiation qu’avec la radiothérapie externe.

La curiethérapie est un type de radiothérapie interne qu’on administre parfois pour un sarcome des tissus mous.

Curiethérapie

En curiethérapie, on se sert d’une substance radioactive appelée radio-isotope. On la place directement dans la tumeur ou très près ou bien on la met dans la région où se trouvait la tumeur avant qu’on l’enlève. La radiation détruit les cellules cancéreuses au fil du temps.

On peut administrer une curiethérapie après une chirurgie au lieu d’une radiothérapie externe. On peut aussi avoir recours à la curiethérapie pour traiter un sarcome des tissus mous qui récidive et qu’on a déjà traité par radiothérapie externe.

Quand on administre une curiethérapie pour un sarcome des tissus mous, on place la substance radioactive dans des tubes appelés cathéters ou dans des applicateurs particuliers. On met l’applicateur dans la région où se trouvait la tumeur. La curiethérapie est habituellement à haut débit de dose (HDD). Cela signifie qu’on administre une seule dose élevée de radiation pendant quelques minutes. Il arrive qu’on administre quelques séances sur une période de quelques jours ou de quelques semaines.

La curiethérapie engendre habituellement moins d’effets secondaires et de complications à long terme que la radiothérapie externe. On doit mener plus de recherches pour comparer pleinement ces traitements.

Les radio-oncologues ont besoin d’un équipement spécial pour administrer la curiethérapie, c’est pourquoi elle n’est pas offerte dans tous les centres de traitement.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du sarcome des tissus mous, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Lors des séances de radiothérapie, l’équipe de soins protège le plus possible les cellules saines qui se trouvent dans la zone de traitement. Mais il est possible que les cellules saines soient endommagées et qu’elles provoquent ainsi des effets secondaires. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la radiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la radiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent surtout de la taille de la région traitée, de la région spécifique traitée, de la dose totale et du moment ou l’on administre la radiothérapie en cours de traitement. Voici certains effets secondaires courants de la radiothérapie pour le sarcome des tissus mous :

  • fatigue
  • problèmes de peau comme la rougeur, la formation d’ampoules et la desquamation
  • force réduite du membre traité et raideur de ses articulations
  • enflure du membre traité (œdème)
  • épaississement et cicatrisation du tissu conjonctif (fibrose)
  • lenteur de la plaie à se cicatriser – surtout quand la radiothérapie est administrée avant une chirurgie
  • nausées et vomissements – plus souvent lors d’une radiothérapie à l’abdomen
  • diarrhée – plus souvent lors d’une radiothérapie à l’abdomen ou au bassin
  • difficulté à respirer – plus souvent lors d’une radiothérapie au thorax ou aux poumons

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la radiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la radiothérapie

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et les effets secondaires de la radiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la radiothérapie à votre équipe de soins.

tissu conjonctif

Type spécialisé de tissu qui entoure et soutient divers organes, structures et autres tissus du corps.

Le tissu conjonctif comprend le sang, les os, le cartilage et la graisse.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Roger Zemp Une meilleure détection du cancer grâce à des ultrasons et à de fines gouttelettes

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus