Cancer de l’intestin grêle

Vous êtes ici:

Traitements de l’adénocarcinome de l’intestin grêle résécable

En présence d’un adénocarcinome de l’intestin grêle résécable, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Résécable signifie que le cancer peut être complètement enlevé par une chirurgie. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement principal de l’adénocarcinome de l’intestin grêle résécable. Le type de chirurgie pratiqué dépend de l’emplacement de la tumeur dans l’intestin grêle.

Lors d’une résection intestinale segmentaire, on retire une partie de l’intestin grêle. Cette opération est effectuée lorsque des tumeurs se trouvent dans la partie inférieure du duodénum (la première partie de l’intestin grêle). Elle peut aussi servir à enlever des tumeurs situées dans le jéjunum (la portion centrale de l’intestin grêle) ou l’iléon (la dernière partie de l’intestin grêle) qui ne se sont pas propagées à l’extérieur de l’intestin grêle.

L’opération de Whipple (aussi appelée pancréatoduodénectomie) consiste à enlever une partie du pancréas ainsi que le duodénum. On retire également la partie inférieure de l’estomac, la vésicule biliaire et une partie du canal cholédoque. On pratique cette intervention lorsque des tumeurs sont situées dans la partie supérieure du duodénum, près de l’estomac. On l’effectue aussi pour traiter des tumeurs situées près des canaux du pancréas et du foie.

L’hémicolectomie droite est un type de résection intestinale au cours duquel on enlève une partie de l’iléon (la dernière partie de l’intestin grêle), le cæcum (la première partie du gros intestin) et des portions du côlon (la plus longue partie du gros intestin). Cette opération sert à enlever des tumeurs situées près du côlon ou se trouvant à l’endroit où l’intestin grêle débouche sur le côlon.

Chimiothérapie

Les chercheurs tentent toujours de déterminer s’il est utile d’administrer de la chimiothérapie après une chirurgie visant à enlever un adénocarcinome de l’intestin grêle. On peut vous proposer de la chimiothérapie si on observe des cellules cancéreuses dans les bords du tissu qui a été enlevé en même temps que la tumeur lors de la chirurgie (on dit alors que les marges chirurgicales sont positives).

L’agent chimiothérapeutique le plus souvent employé pour traiter l’adénocarcinome de l’intestin grêle est le 5-fluorouracile (Adrucil, 5-FU).

Les associations de médicaments chimiothérapeutiques les plus souvent administrées dans le cas de l’adénocarcinome de l’intestin grêle sont :

  • FOLFOX – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracile et oxaliplatine (Eloxatin)
  • CAPOX – capécitabine (Xeloda) et oxaliplatine
  • 5-fluorouracile et cisplatine (Platinol AQ)

Essais cliniques

Comme ce type de cancer est très rare, très peu d’essais cliniques sur l’adénocarcinome de l’intestin grêle sont en cours et acceptent des participants au Canada. Les essais cliniques visent à trouver de meilleures méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer.

Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Paulette Hicks Un geste de bonté gratuit posé durant l’une des périodes les plus difficiles dans la vie d’une personne peut avoir beaucoup d’effet.

Plus de details

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus