Rhabdomyosarcome

Vous êtes ici:

Effets tardifs des traitements du rhabdomyosarcome

Se rétablir d’un rhabdomyosarcome et s'adapter à sa vie après le traitement diffèrent pour chaque enfant. Le rétablissement peut dépendre du stade de la maladie, du type de traitement et de la dose administrés, de l’âge de l’enfant  lors du traitement et de bien d'autres facteurs. La fin du traitement d'un cancer peut engendrer des émotions partagées. Même si le traitement est terminé, il pourrait y avoir d'autres questions à régler, comme l'adaptation aux effets secondaires tardifs.

L’équipe de soins peut vous proposer des façons d’aider votre enfant à faire face aux effets tardifs qui suivent.

 

Troubles dentaires

Certains agents chimiothérapeutiques et la radiothérapie à la tête ou au cou sont susceptibles de causer des troubles buccaux et dentaires. Ces problèmes peuvent comprendre un risque plus élevé de caries et l’apparition de plaques blanches ou décolorées sur les dents. Ces traitements peuvent aussi affecter la racine des dents, faisant en sorte qu’elles sont plus courtes ou plus minces. Il arrive que les dents ou les racines ne se développent tout simplement pas. Les troubles buccaux et dentaires peuvent se manifester de nombreuses années après le traitement.

Apprenez-en davantage sur les troubles dentaires.

Retour au menu

Troubles de l’audition

Une radiothérapie à la tête peut causer des troubles de l’audition si l’oreille se trouve dans la zone de traitement. Des dommages auditifs risquent aussi d’affecter le développement social, affectif et intellectuel de l’enfant.

Apprenez-en davantage sur les troubles de l’audition.

Retour au menu

Troubles de l’œil

Une radiothérapie de l’œil ou de l’orbite peut causer des troubles oculaires comme la cataracte (région opaque sur ou dans le cristallin) et une mauvaise vue de cet œil.

Apprenez-en davantage sur les troubles de l’œil.

Retour au menu

Troubles musculaires et osseux

Les os et les tissus mous qui reçoivent la radiation ne se développent pas aussi bien qu’ils le feraient normalement. Une radiothérapie de la colonne vertébrale peut engendrer une réduction de la taille totale ou la courbure de la colonne (scoliose). La radiothérapie d’un membre peut faire en sorte qu’il sera plus court que l’autre ou que la mobilité d’une articulation sera réduite. La radiothérapie du thorax et de la région du cou peut engendrer l'étroitesse des épaules et du cou et un thorax peu développé. Une radiothérapie au visage peut faire en sorte que les os du visage seront moins développés.

Apprenez-en davantage sur les troubles musculaires et osseux.

Retour au menu

Troubles de l’appareil reproducteur

Une radiothérapie à la tête ou aux organes reproducteurs peut affecter les ovaires et les testicules. Certains agents chimiothérapeutiques administrés pour traiter le rhabdomyosarcome, comme la cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox) et l’ifosfamide (Ifex), peuvent aussi affecter les ovaires et les testicules. Ces médicaments peuvent causer différents troubles de l’appareil reproducteur aux enfants alors qu’ils vieillissent, dont une puberté précoce ou retardée chez les garçons et les filles. Il arrive que les enfants traités pour un rhabdomyosarcome soient stériles à l’âge adulte.

Apprenez-en davantage sur les troubles de l’appareil reproducteur de l’homme et les troubles de l’appareil reproducteur de la femme.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

Le poumon radique est le trouble pulmonaire qui est le plus souvent causé par certains agents chimiothérapeutiques comme la doxorubicine (Adriamycin) et la dactinomycine (Cosmegen, actinomycine D). Le poumon radique est une inflammation des poumons. Il peut évoluer en fibrose pulmonaire, qui est la formation de tissu cicatriciel dans les poumons.

Une radiothérapie au thorax peut aussi causer un poumon radique et une fibrose pulmonaire.

Apprenez-en davantage sur les troubles pulmonaires.

Retour au menu

Troubles cardiaques

Certains agents chimiothérapeutiques administrés pour traiter le rhabdomyosarcome, comme la doxorubicine (Adriamycin), peuvent avoir des effets tardifs sur le cœur. Ces effets tardifs sont entre autres des problèmes de fonction du muscle cardiaque, comme le dysfonctionnement du ventricule gauche ou la cardiomyopathie. Une chimiothérapie administrée pour traiter le rhabdomyosarcome peut aussi provoquer l’arythmie, c’est-à-dire l’irrégularité du rythme cardiaque.

Les filles risquent davantage d’avoir des troubles cardiaques après une chimiothérapie à base de doxorubicine. D’autres facteurs, dont ceux-ci, risquent de causer des troubles cardiaques après un traitement à base de doxorubicine :

  • dose totale, ou cumulative, de doxorubicine plus élevée
  • radiothérapie au thorax
  • radiothérapie au côté gauche de l’abdomen

Apprenez-en davantage sur les troubles cardiaques.

Retour au menu

Cancers secondaires

Les survivants au rhabdomyosarcome risquent davantage d’être atteints d’un cancer secondaire. En général, les bienfaits du traitement d’un enfant atteint de cancer surpassent largement le risque d’apparition d’un cancer secondaire causé par le traitement. On fait tout ce qu’on peut pour réduire le risque le plus possible. En établissant les plans de traitement, on essaie de réduire la dose de radiation émise ou de retarder la radiothérapie jusqu’à ce que l’enfant soit suffisamment âgé et que ses cellules saines puissent mieux tolérer les effets de la radiation. Limiter les doses ou administrer d’autres médicaments appelés agents chimioprotecteurs peut aider à prévenir ou à atténuer certains des effets toxiques de la chimiothérapie.

Le risque d’apparition d’un cancer secondaire diffère pour chaque enfant selon son diagnostic de cancer et le traitement reçu.

Certains agents chimiothérapeutiques, comme la cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox), l’ifosfamide (Ifex) et l’étoposide (Vepesid), peuvent accroître le risque de leucémie aiguë myéloblastique (LAM) et de syndrome myélodysplasique (SMD).

Les enfants traités pour un rhabdomyosarcome risquent aussi davantage d’avoir des tumeurs solides, comme une tumeur aux os ou au cerveau. Le risque varie selon les traitements reçus, mais il est surtout lié à la radiothérapie. Le risque peut être encore plus élevé si on administre une chimiothérapie avec la radiothérapie.

Apprenez-en davantage sur les cancers secondaires.

Retour au menu

Questions à poser sur les effets tardifs et les soins de soutien après le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, apprenez-en davantage sur les effets tardifs du cancer chez l’enfant et posez des questions sur les soins de soutien après le traitement à son équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Senthil Muthuswamy Des tumeurs pancréatiques expérimentales

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus