Rétinoblastome

Vous êtes ici:

Stades du rétinoblastome

La stadification décrit ou classe un cancer en fonction de la quantité de cancer présente dans le corps et de son emplacement lors du diagnostic initial. C’est ce qu’on appelle souvent l’étendue du cancer. On se sert de l’information révélée par les examens pour savoir quelle est la taille de la tumeur, quelles parties de l’organe sont atteintes par le cancer, si le cancer s’est propagé à partir de son lieu d’origine et où il s’est propagé. Votre équipe de soins a recours au stade pour planifier le traitement de votre enfant et prévoir l’issue (son pronostic).

On se sert de trois systèmes de stadification pour classer le rétinoblastome :

  • Classification internationale du rétinoblastome intraoculaire
  • classification de Reese-Ellsworth
  • classification TNM

La Classification internationale du rétinoblastome intraoculaire est le système de stadification privilégié au Canada. On peut aussi avoir recours à la classification Reese-Ellsworth et à la classification TNM. La Classification internationale du rétinoblastome intraoculaire et la classification Reese-Ellsworth font référence au rétinoblastome qui ne s’est pas propagé hors de l’œil, soit le rétinoblastome intraoculaire.

Parlez au médecin de votre enfant si vous vous posez des questions sur la stadification.

Quand les médecins décrivent le stade, ils peuvent employer les mots intraoculaire, extraoculaire, régional ou distant. Intraoculaire signifie que le cancer ne se trouve qu’à l’intérieur de l’œil et qu’il ne s’est pas propagé. Extraoculaire signifie que le cancer s’est propagé hors de l’œil. Régional signifie près ou autour de l’œil. Distant signifie dans une partie du corps plus éloignée de l’œil. Si on observe le rétinoblastome dans les deux yeux, le stade de chaque tumeur est établi séparément.

Schéma de la structure du globe oculaire

Apprenez-en davantage sur la stadification du cancer.

Classification internationale du rétinoblastome intraoculaire

La Classification internationale du rétinoblastome intraoculaire est divisée en groupes qui aident à prévoir la probabilité de sauvegarder l’œil à l’aide des options de traitement actuelles.

Groupe A

La tumeur est petite (3 mm ou moins) et se trouve à l’intérieur de la rétine. Elle est loin de la fovéa (structure dans la rétine) ou du disque optique (région où le nerf optique quitte l’arrière de l’œil).

Groupe B

La tumeur mesure plus de 3 mm et se trouve dans n’importe quelle partie de la rétine.

Groupe C

Il peut y avoir de minuscules régions où le cancer s’est propagé à l’arrière de l’œil (essaimage) et une partie de la rétine peut être détachée.

Groupe D

Le cancer s’est propagé dans toute la partie arrière de l’œil, et la rétine peut être détachée en partie ou en totalité.

Groupe E

Il n’y a plus de vision dans l’œil atteint de cancer, et l’un des énoncés suivants s’applique :

  • La tumeur touche le cristallin ou a envahi la partie avant de l’œil.
  • La tumeur a fait augmenter la pression dans l’œil (glaucome).
  • On observe du sang dans la partie avant de l’œil ou l’œil saigne.
  • L’œil semble infecté, mais il ne l’est pas.

Classification de Reese-Ellsworth

La classification de Reese-Ellsworth a été élaborée dans les années 60 alors qu’il était plus fréquent de traiter le rétinoblastome par radiothérapie plutôt que par chirurgie pour enlever l’œil (énucléation). Ce système est divisé en groupes qui aident à prévoir si l’enfant pourra voir après le traitement.

Groupe 1 (très favorable)

Il est probable qu’on pourra sauver l’œil et que l’enfant sera en mesure de voir après le traitement.

Groupe 2 (favorable)

Il est possible qu’on puisse sauver l’œil et que l’enfant puisse voir après le traitement.

Groupe 3 (douteux)

On pourrait ne pas sauver l’œil.

Groupe 4 (défavorable)

Il est improbable qu’on puisse sauver l’œil.

Groupe 5 (très défavorable)

Il est très improbable qu’on puisse sauver l’œil.

TNM

La classification TNM permet d’établir le stade de nombreuses tumeurs cancéreuses solides qui forment des masses. Dans le cas du rétinoblastome, on a surtout recours à la classification TNM dans les pays où les cas sont souvent avancés et où le cancer s’est propagé hors de l’œil (rétinoblastome extraoculaire). En Amérique du Nord, on détecte habituellement le rétinoblastome avant qu’il ne se soit propagé hors de l’œil, alors on n’utilise pas très souvent la classification TNM.

La classification TNM pour le rétinoblastome comprend 4 stades. Pour les stades 1 à 4, on utilise souvent les chiffres romains I, II, III et IV. Mais dans le but de rendre le texte plus clair, nous emploierons les chiffres arabes 1, 2, 3 et 4. En général, plus le numéro du stade est élevé, plus le cancer s’est propagé.

Stade 1

La tumeur se trouve seulement dans le globe oculaire.

Stade 2

La tumeur a envahi le nerf optique ou les tissus entourant l’œil, à l’intérieur de la cavité orbitaire (orbite).

Stade 3

Le cancer s’est développé hors de l’œil ou jusqu’aux ganglions lymphatiques voisins.

Stade 4

Le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps comme au cerveau ou aux poumons (métastases à distance). On parle alors de rétinoblastome métastatique.

Récidive de rétinoblastome

La récidive d'un rétinoblastome signifie que le cancer réapparaît à la suite du traitement. S’il réapparaît à l’endroit où il a d’abord pris naissance, on parle de récidive locale. S’il réapparaît dans des tissus ou des ganglions lymphatiques situés près de l’endroit où il a d’abord pris naissance, on parle de récidive régionale. Il peut aussi réapparaître dans une autre partie du corps : on parle alors de récidive ou de métastase à distance.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Roger Zemp Une meilleure détection du cancer grâce à des ultrasons et à de fines gouttelettes

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus