Cancers du bassinet du rein et de l'uretère

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du bassinet du rein et du cancer de l’uretère

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Le tabagisme est le plus important facteur de risque du cancer du bassinet du rein et du cancer de l’uretère. Mais il arrive que le cancer du bassinet du rein ou le cancer de l’uretère apparaisse chez des personnes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

Le cancer du bassinet du rein et le cancer de l’uretère affectent plus l’homme que la femme. Ils se manifestent rarement chez les personnes âgées de moins de 65 ans.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

La recherche démontre qu’il n’existe aucun lien entre le café et l’alcool et un risque plus élevé de cancer du bassinet du rein ou de l’uretère. Cependant, il est important de ne pas oublier que, selon des preuves solides, la consommation d’alcool accroît le risque d’apparition de plusieurs autres cancers.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du bassinet du rein et de cancer de l’uretère.

Tabagisme

Le tabagisme est le plus important facteur de risque du cancer du bassinet du rein et du cancer de l'uretère. Plus vous fumez longtemps et plus vous fumez de cigarettes, plus votre risque est élevé.

Acides aristolochiques

Les acides aristolochiques sont présents naturellement dans plusieurs types de plantes. On peut avoir recours à ces plantes en médecine traditionnelle chinoise pour traiter l’arthrite et d’autres maladies causées par une inflammation.

Les personnes qui prennent des produits à base de plantes médicinales contenant des acides aristolochiques risquent davantage d’avoir un cancer du bassinet du rein ou de l’uretère, ainsi que des dommages aux reins.

Néphropathie endémique des Balkans

La néphropathie endémique des Balkans (NEB) est une maladie grave du rein qui survient seulement chez des habitants de groupes de villages ruraux situés dans la région des Balkans de l’Europe de l’Est, dont la Serbie, la Croatie, la Bulgarie, la Roumanie, la Macédoine et la Bosnie-Herzégovine. Les personnes atteintes de NEB risquent davantage d’avoir un cancer du bassinet du rein ou de l’uretère. Des chercheurs ont constaté que les graines de mauvaises herbes contenant des acides aristolochiques sont présentes dans des aliments cultivés et consommés dans cette région. Mais ce ne sont pas toutes les personnes qui y vivent qui développent la NEB après avoir été exposées à des aliments contenant des acides aristolochiques. Les chercheurs croient qu’une susceptibilité héréditaire, ou génétique, rendrait certaines personnes plus à risque d’être atteintes de NEB si elles consomment des aliments contenant des acides aristolochiques.

Infections rénales ou calculs rénaux chroniques

Les calculs rénaux sont des cristaux de minéraux présents dans l’urine qui se sont collés les uns aux autres pour former de petits dépôts durs. Les personnes qui ont beaucoup de calculs rénaux ou d’infections rénales risquent davantage d’être atteintes d’un carcinome épidermoïde, qui apparaît rarement dans le bassinet du rein ou l’uretère.

Phénacétine

La phénacétine est un type d’analgésique. Les médicaments qui contiennent de la phénacétine ont été bannis au début des années 80, alors ils ne sont plus susceptibles d’être un facteur de risque important. Mais les personnes qui ont pris 3 comprimés ou plus de phénacétine par jour pendant un certain nombre d’années risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du bassinet du rein ou de l’uretère.

Facteurs de risque possibles

Les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du carcinome urothélial de la vessie, qui ressemble aux carcinomes urothéliaux du bassinet du rein et de l’uretère. Puisque ces cancers sont semblables, les chercheurs pensent que les facteurs de risque qui suivent peuvent également faire augmenter le risque de cancer du bassinet du rein et de cancer de l’uretère. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans l’apparition des cancers du bassinet du rein et de l’uretère.

Arsenic

La présence d’arsenic dans l’eau potable est un facteur de risque connu du cancer de la vessie. Il pourrait aussi accroître le risque de cancers du bassinet du rein et de l’uretère.

Expositions professionnelles

Plusieurs expositions professionnelles qui font augmenter le risque de cancer de la vessie pourraient également accroître le risque de cancers du bassinet du rein et de l’uretère. On parle entre autres de certains produits chimiques appelés amines aromatiques. Les personnes qui travaillent dans les industries suivantes sont les plus exposées aux amines aromatiques :

  • peinture
  • production de caoutchouc
  • textiles et colorants
  • production d’aluminium et autres métaux

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dre Christine Friedenreich Prévenir le cancer par l’activité physique

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus