Lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Immunothérapie du lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Il arrive qu’on administre une immunothérapie pour traiter certains types de lymphome non hodgkinien (LNH) chez l’enfant (infantile) qui ne répondent pas à d’autres traitements ou qui réapparaissent après le traitement. L’immunothérapie aide à renforcer ou à rétablir la capacité du système immunitaire de combattre le cancer. On l’appelle parfois thérapie biologique.

Votre enfant peut recevoir une immunothérapie pour :

  • détruire les cellules du lymphome ou en ralentir la croissance;
  • renforcer son système immunitaire;
  • réduire le risque de réapparition (récidive) du cancer.

L’équipe de soins prendra en considération les besoins personnels de votre enfant pour choisir les médicaments, les doses et le mode d’administration de l’immunothérapie. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

Inhibiteurs du point de contrôle immunitaire

Le système immunitaire s’empêche habituellement d’attaquer les cellules normales en ayant recours à des protéines spécifiques appelées points de contrôle, qui sont fabriquées par certaines cellules du système immunitaire. Les cellules du lymphome se servent parfois de ces points de contrôle pour éviter d’être attaquées par le système immunitaire.

Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire sont des médicaments qui bloquent les protéines spécifiques des points de contrôle, permettant ainsi aux cellules immunitaires (cellules T) d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses. Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire sont des anticorps monoclonaux qui trouvent un antigène spécifique sur une cellule cancéreuse et qui s’y fixent.

Le pembrolizumab (Keytruda) est un inhibiteur du point de contrôle immunitaire qu’on peut administrer pour traiter le lymphome médiastinal primitif à cellules B infantile qui est réfractaire (n’a pas répondu au traitement) ou qui a récidivé (est réapparu après le traitement).

Thérapie par lymphocytes T à CAR

La thérapie par lymphocytes T à CAR est un type d’immunothérapie qu’on peut administrer pour traiter certains types de LNH chez l’enfant. On prélève des millions de lymphocytes T chez un enfant atteint de cancer. En laboratoire, on les modifie de façon à ce qu’ils soient dotés de récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) à leur surface. Ces récepteurs reconnaissent un antigène (protéine) spécifique exprimé à la surface des cellules du lymphome. On réinjecte les lymphocytes T à l’enfant afin qu’ils se multiplient puis attaquent et détruisent les cellules du lymphome. On peut avoir recours à la thérapie par lymphocytes T à CAR dirigés contre le CD19 pour traiter la récidive de lymphome diffus à grandes cellules B ou la récidive de lymphome de Burkitt dans le cadre d’un essai clinique.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LNH infantile, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Les effets secondaires de l’immunothérapie dépendent surtout du type de médicament immunothérapeutique ou de l’association de médicaments, de la dose, du mode d’administration et de l’état de santé global de votre enfant. Le pembrolizumab peut causer ces effets secondaires :

Signaler les effets secondaires

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à l’immunothérapie. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant l’immunothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

L’équipe de soins est là pour vous. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

D’autres effets secondaires peuvent apparaître des mois ou des années à la suite du traitement d’un LNH chez l’enfant. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs des traitements du LNH chez l’enfant.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur l’immunothérapie

Apprenez-en davantage sur l’immunothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur l’immunothérapie à l’équipe de soins.

cellule T

Type de lymphocyte (globule blanc) qui aide à réguler la réaction immunitaire (réaction du système immunitaire en présence de substances étrangères dans le corps), à combattre les infections et à détruire les cellules anormales, y compris les cellules cancéreuses.

La cellule T est aussi appelée lymphocyte T.

anticorps monoclonal

Substance qui a la capacité de reconnaître une molécule cible particulière (antigène) d’une cellule cancéreuse et de s’y fixer.

Les anticorps monoclonaux peuvent nuire à la fonction cellulaire ou peuvent servir à transporter des médicaments, des toxines ou des matières radioactives directement vers une tumeur.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus