Neuroblastome

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du neuroblastome

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive que le neuroblastome apparaisse chez des enfants qui ne présentent aucun des facteurs de risques décrits ci-dessous.

Le neuroblastome est la tumeur solide qui se manifeste le plus fréquemment à l’extérieur du cerveau chez l’enfant. Il représente de 8 à 10 % de tous les cancers chez l’enfant.

Environ 80 % des neuroblastomes apparaissent chez des enfants de moins de 5 ans, avec un âge moyen de 2,5 ans au moment du diagnostic. C'est le cancer le plus courant chez les bébés de moins de 1 an. Le neuroblastome est très rare chez les enfants de plus de 10 ans. Il affecte un peu plus les garçons que les filles.

Les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du neuroblastome. Ces facteurs de risque ne sont pas modifiables, ce qui signifie que vous ne pouvez pas les changer. D’ici à ce qu’on en sache davantage sur ces facteurs de risque, il n’y a pas de façon spécifique de réduire votre risque.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque

Antécédents familiaux

Certains troubles génétiques

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter le risque de neuroblastome.

Antécédents familiaux

Environ 1 à 2 % des enfants qui reçoivent un diagnostic de neuroblastome ont des antécédents familiaux de la maladie. Le risque de ce cancer semble être le plus élevé chez les frères et les sœurs ou un jumeau identique d’enfants qui ont déjà la maladie. La plupart des enfants ayant des antécédents familiaux de neuroblastome présentent des mutations du gène de la kinase du lymphome anaplasique (ALK).

Certains troubles génétiques

Les enfants atteints des troubles génétiques suivants ont un risque plus élevé d’être atteints d’un neuroblastome. Discutez du risque de votre enfant avec son médecin. Si votre enfant est atteint d’un trouble génétique qui fait augmenter son risque d’avoir un neuroblastome, il pourrait devoir consulter son médecin plus souvent pour vérifier la présence de la maladie. Le médecin vous indiquera quels examens votre enfant devrait passer et à quelle fréquence.

La maladie de Hirschsprung est une affection caractérisée par l’absence de nerfs dans certaines parties de l’intestin, ce qui entraîne un dysfonctionnement du gros intestin et un blocage possible.

Le syndrome de l’hypoventilation centrale congénitale est aussi appelé hypoventilation alvéolaire primitive. C’est un trouble rare qui affecte la respiration. Les personnes atteintes de ce trouble ont une respiration superficielle, en particulier quand elles dorment.

La neurofibromatose de type 1 (maladie de von Recklinghausen) affecte le développement et la croissance des cellules nerveuses et entraîne l’apparition de tumeurs dans les nerfs et la peau. Les enfants atteints de neurofibromatose de type 1 présentent un risque plus élevé d’avoir certains cancers, y compris le neuroblastome.

Le syndrome de Beckwith-Wiedemann affecte la croissance de différentes parties du corps. Les enfants atteints de ce syndrome sont beaucoup plus gros que la normale à la naissance. Durant leur enfance, ils grandissent et prennent du poids à un rythme inhabituel. Les enfants atteints du syndrome de Beckwith-Wiedemann présentent un risque plus élevé d’avoir certains cancers, y compris le neuroblastome.

Le syndrome de Li-Fraumeni accroît grandement le risque d’apparition de plusieurs types de cancer chez l’enfant, dont le neuroblastome.

Le syndrome de Costello affecte de nombreuses parties du corps. Les enfants atteints du syndrome de Costello ont souvent un retard de croissance, une déficience intellectuelle, un aspect facial caractéristique, des replis supplémentaires de peau flasque et des articulations anormalement flexibles. Ces enfants risquent davantage d’avoir certains types de cancer, dont le neuroblastome.

Questions à poser à votre équipe de soins

Posez des questions sur les risques à l’équipe de soins de votre enfant.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Alison Allan Le rôle des os dans la propagation du cancer du sein

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus