Cancer du larynx

Vous êtes ici:

Suivi après un traitement du cancer du larynx

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer. Les spécialistes du cancer (chirurgien, radio-oncologue et oncologue médical), le médecin de famille, le dentiste et l’orthophoniste se partagent souvent cette responsabilité pour le cancer du larynx. Votre équipe de soins discutera avec vous afin de décider quel suivi répond à vos besoins.

N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler tout nouveau symptôme et tout symptôme qui ne disparaît pas. Avisez votre équipe de soins si vous avez :

  • une augmentation de l’enrouement ou d’autres changements de la voix;
  • un mal de gorge;
  • de la difficulté à avaler ou à respirer;
  • une masse dans le cou.

Le risque de réapparition (récidive) du cancer du larynx est le plus élevé au cours des quelques premières années qui suivent le traitement; vous aurez donc besoin d’un suivi étroit pendant cette période.

Planification des visites de suivi

Les visites de suivi pour le cancer du larynx sont habituellement ainsi prévues :

  • toutes les 4 à 8 semaines pendant les 2 premières années
  • tous les 3 mois pendant la 3e année
  • tous les 6 mois pendant les 4e et 5e années
  • une fois par année par la suite

Déroulement des visites de suivi

Lors d’une visite de suivi, votre équipe de soins vous pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et votre degré d’adaptation. On pourrait aussi vous poser des questions sur votre consommation de tabac et d’alcool. Votre consommation de tabac et d’alcool peut affecter l’efficacité de votre traitement. Elle peut aussi affecter votre risque de récidive du cancer ou d’apparition d’un autre cancer.

Il est possible que votre médecin fasse un examen physique de la tête et du cou au cours duquel il pourrait :

  • palper le cou pour vérifier s’il y a une masse, de l’enflure ou des ganglions lymphatiques enflés;
  • palper l’intérieur de la bouche, dont les joues et les lèvres, pour vérifier s’il y a une masse ou de l’enflure;
  • palper le plancher de la bouche et la base de la langue;
  • examiner le plafond de la bouche et le fond de la gorge;
  • examiner le nez et les oreilles.

Des examens sont souvent prescrits dans le cadre du suivi. Vous pourriez avoir :

  • une laryngoscopie pour regarder le larynx et faire une biopsie s’il y a une région qui ne semble pas normale;
  • une biopsie pour vérifier si le cancer est réapparu;
  • des examens d’imagerie, comme une TDM, une IRM ou une TEP, pour vérifier si le cancer s’est propagé;
  • des analyses sanguines pour vérifier la fonction de la glande thyroïde tous les 6 à 12 mois;
  • une radiographie pulmonaire pour savoir si le cancer s'est propagé aux poumons;
  • des examens de la phonation et de la déglutition pour évaluer la rééducation;
  • des examens dentaires pour vérifier la présence de caries.

Si le cancer est réapparu, votre équipe de soins et vous discuterez ensemble afin d’élaborer un plan de traitement et de soins.

Questions à poser sur le suivi

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le suivi à votre équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr John Dick Une compréhension nouvelle des cellules sanguines

Plus de details

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus