Cancer de l'hypopharynx

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer de l’hypopharynx

On a parfois recours à la chirurgie pour traiter le cancer de l’hypopharynx. Le type de chirurgie que vous aurez dépend surtout de la taille et de l’emplacement de la tumeur ainsi que du stade du cancer. Quand votre équipe de soins planifie la chirurgie, elle prend aussi en considération d’autres facteurs comme votre âge et votre état de santé global.

On peut pratiquer une chirurgie pour différentes raisons. Vous pouvez avoir une chirurgie pour :

  • enlever complètement la tumeur tout en vous permettant de parler, d’avaler et de respirer le plus normalement possible;
  • enlever les ganglions lymphatiques du cou (ganglions lymphatiques cervicaux) afin de traiter ou de prévenir la propagation du cancer;
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale) avant d’administrer d’autres traitements;
  • reconstruire des parties de l’hypopharynx;
  • mettre en place une sonde d’alimentation (gastrotomie);
  • mettre en place un tube respiratoire (trachéostomie).

La plupart des personnes passent un examen dentaire complet avant la chirurgie d’un cancer de l’hypopharynx.

On a recours aux types de chirurgie qui suivent pour traiter le cancer de l’hypopharynx. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements avant ou après la chirurgie. Il arrive que le chirurgien doive pratiquer plus d’un type de chirurgie pour atteindre le cancer et en enlever la plus grande partie possible.

Laryngopharyngectomie

La laryngopharyngectomie est une intervention chirurgicale qui associe la laryngectomie à la pharyngectomie. Lors de la laryngectomie, on enlève le larynx (organe de la parole) en partie ou en totalité. Lors de la pharyngectomie, on enlève le pharynx (gorge) en partie ou en totalité. Au cours de la chirurgie, on peut aussi enlever une partie de l’œsophage, ce qu’on appelle œsophagectomie. L’œsophage est le tube qui part du pharynx et se rend jusqu’à l’estomac.

Selon l’emplacement et la taille de la tumeur et jusqu’où le cancer s’est propagé (métastases), vous pouvez subir une laryngopharyngectomie partielle ou totale comme traitement du cancer de l’hypopharynx.

On a recours à la laryngopharyngectomie partielle pour conserver le plus possible la fonction normale du larynx. On enlève la partie du larynx qui est affectée par le cancer ainsi que les parois du pharynx. On fait rarement une laryngopharyngectomie partielle pour traiter le cancer de l’hypopharynx puisqu’on le détecte habituellement à un stade avancé.

Après une laryngopharyngectomie partielle, on vous propose une rééducation de la parole et de la déglutition. Même si on enlève vos cordes vocales lors de la chirurgie, d’autres parties du larynx peuvent servir à parler.

Le type de laryngopharyngectomie partielle que vous aurez dépend d’où la tumeur a pris naissance dans l’hypopharynx et de la partie du larynx qui est envahie par la tumeur.

Lors de la laryngopharyngectomie totale, on enlève tout le larynx ainsi que les structures qui le soutiennent et les parois du pharynx. On peut également enlever la glande tyroïde en partie ou en totalité.

On peut faire une laryngopharyngectomie totale si :

  • la tumeur empêche les cordes vocales de bouger;
  • le cancer s’est propagé au cartilage du larynx ou de la glande thyroïde, à la glande thyroïde, à la base de la langue ou à d’autres tissus mous du cou.

On fait parfois une laryngopharyngectomie subtotale au lieu d’une laryngopharyngectomie totale. On laisse donc certaines structures en place et on fait une dérivation permanente qui permet de parler grâce à l’air pulmonaire.

Puisqu’on enlève tout le larynx lors de la laryngopharyngectomie totale, les personnes qui subissent cette chirurgie devront apprendre de nouvelles façons de parler et de respirer. On leur proposera aussi une rééducation de la déglutition.

Lors de la laryngopharyngectomie totale avec œsophagectomie, on enlève tout le larynx, les parois du pharynx et la partie supérieure de l’œsophage, appelée œsophage cervical. On y a recours quand la tumeur s’est propagée à la partie supérieure de l’œsophage.

Curage ganglionnaire cervical

Le curage ganglionnaire cervical est une chirurgie pratiquée pour enlever des ganglions lymphatiques du cou (ganglions lymphatiques cervicaux). Dans le cas du cancer de l’hypopharynx, on fait le curage ganglionnaire lors de la laryngopharyngectomie. On peut aussi le faire après une radiothérapie s’il y a encore des cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques.

Selon les ganglions lymphatiques auxquels le cancer s’est propagé, on pourrait pratiquer l’un des types suivants de curage ganglionnaire cervical. Chaque type permet d’enlever une quantité différente de tissu.

  • Lors du curage ganglionnaire cervical sélectif, ou partiel, on enlève seulement les ganglions lymphatiques les plus près du siège de la tumeur primitive.
  • Lors du curage ganglionnaire cervical radical modifié, on enlève les ganglions lymphatiques d’un côté du cou, entre la mâchoire et la clavicule, ainsi qu’un peu de muscle et de tissu nerveux.
  • Lors du curage ganglionnaire cervical radical, on enlève presque tous les ganglions lymphatiques d’un côté du cou, ainsi que plus de muscle, de tissu nerveux et de veines. S’il faut faire un curage ganglionnaire cervical radical des deux côtés du cou, il est possible que le chirurgien effectue 2 chirurgies différentes pour prévenir les complications. Il n’enlèvera donc pas l’une des veines jugulaires ou bien il la reconstruira.

Si le cancer s’est propagé aux deux côtés du cou, on enlève les ganglions lymphatiques des deux côtés du cou. Cette chirurgie est appelée curage ganglionnaire cervical bilatéral. Les tumeurs à l’hypopharynx ont tendance à se propager aux deux côtés du cou.

Apprenez-en davantage sur le curage ganglionnaire cervical.

Gastrostomie

La gastrostomie est une chirurgie lors de laquelle on fait une ouverture dans l’estomac. On insère un tube d’alimentation mince et flexible directement dans l’estomac par cette ouverture. La sonde de gastrostomie permet aux aliments et aux liquides d’y entrer (alimentation entérale) quand il vous est trop difficile de boire ou de manger.

Vous pourriez avoir besoin d’une sonde de gastrostomie si vous allez être traité par radiothérapie ou par chirurgie pour un cancer de l’hypopharynx. Ces traitements peuvent faire enfler la gorge et faire en sorte qu’il est difficile ou douloureux de manger ou de boire. Le chirurgien peut mettre une sonde de gastrostomie en place avant une radiothérapie afin de s’assurer que vous serez adéquatement nourri pendant le traitement. La plupart du temps, la sonde de gastrostomie n’est nécessaire que pendant une courte période.

Trachéostomie

La trachéostomie est une chirurgie lors de laquelle on fait une ouverture dans le cou pour y insérer un petit tube dans la trachée afin de vous aider à respirer. Après une trachéostomie, vous respirerez par ce tube appelé canule. On peut pratiquer cette opération si vous avez de la difficulté à respirer normalement à cause de la tumeur ou d’une enflure résultant de la chirurgie.

Il est possible que le chirurgien mette temporairement en place une canule de trachéostomie pendant la chirurgie du cancer de l’hypopharynx. Cette canule vous aide à respirer pendant et après la chirurgie. On l’enlève une fois que l’enflure s’atténue et que vous pouvez respirer sans difficulté.

Si on vous fait une pharyngectomie partielle, la trachéostomie sera temporaire. Si on vous fait une pharyngectomie totale, la trachéostomie sera permanente.

Chirurgie reconstructive

La chirurgie du cancer de l’hypopharynx peut nuire à votre capacité de parler et d’avaler. Elle risque aussi d’affecter votre apparence. On peut faire une chirurgie reconstructive pour améliorer le plus possible l’apparence et la fonction de la bouche et du cou. On la fait habituellement en même temps que la chirurgie pratiquée pour enlever la tumeur à l’hypopharynx.

Lors de la greffe de peau, on enlève un morceau de peau saine d’une partie du corps appelée zone donneuse pour le mettre sur la région où on a enlevé le cancer.

Le type de greffe de peau pratiqué lors de la chirurgie reconstructive du cancer de l’hypopharynx est habituellement la greffe de demi-épaisseur. Le chirurgien se sert d’un outil spécial pour enlever la couche externe de la peau (épiderme) et une partie de la couche interne de la peau (derme) de la zone donneuse, qui est souvent la cuisse. La peau provenant de la zone donneuse est ensuite placée sur la plaie chirurgicale.

On a recours au lambeau pour réparer des plaies plus grandes. Le lambeau est un morceau de tissu qui peut comprendre du muscle, de la peau, du gras et des os. Il contient son propre apport sanguin. On coupe l’une des extrémités du tissu du corps alors que l’autre extrémité reste fixée au corps. Le lambeau est placé sur la plaie et maintenu à l’aide de points de suture.

Le lambeau libre est un morceau de tissu qu'on a complètement enlevé d'une zone donneuse pour l'appliquer sur la plaie. Le chirurgien relie ensuite les minuscules vaisseaux sanguins du lambeau aux vaisseaux de la plaie. Ce type de chirurgie est connu sous le nom de chirurgie microvasculaire.

Les avant-bras, les jambes, le dos, le thorax et l'abdomen sont des zones donneuses courantes.

Vous pourriez avoir besoin d’une reconstruction par lambeau libre provenant de l’intestin grêle si toutes les parois de l'hypopharynx ont été enlevées avec la tumeur. Le chirurgien a recours à un morceau de l'intestin grêle pour remplacer la section de l’hypopharynx qui a été enlevée.

Il est possible que le chirurgien fasse une transposition gastrique si la partie supérieure de l’œsophage a été enlevée lors de la chirurgie pratiquée pour traiter le cancer de l’hypopharynx. Le chirurgien remonte la partie restante de l’œsophage et l’estomac puis relie le pharynx à cette partie de l’œsophage.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’hypopharynx, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chirurgie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type de chirurgie et de votre état de santé global.

La chirurgie du cancer de l’hypopharynx peut causer ces effets secondaires :

  • perte de la voix
  • difficulté à parler
  • difficulté à avaler
  • faiblesse quand on lève son bras au-dessus de la tête
  • défigurement
  • carence en hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie)
  • douleur
  • infection

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chirurgie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Questions à poser sur la chirurgie

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et les effets secondaires de la chirurgie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chirurgie à votre équipe de soins.

dérivation

Conduit qui permet au sang ou à un autre liquide de s'écouler d'une partie du corps vers une autre.

Une dérivation peut être effectuée au cerveau, par exemple, par la mise en place d’un drain relié à un long cathéter pour évacuer l’excès de liquide céphalorachidien (LCR) vers la cavité péritonéale.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus