Lymphome
hodgkinien

Vous êtes ici:

Suivi après le traitement du lymphome hodgkinien

Le suivi après le traitement du lymphome hodgkinien (LH) est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes. Les spécialistes du cancer (oncologues, radiothérapeutes) et votre médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité. Votre équipe de soins discute avec vous afin de décider quel suivi répond à vos besoins.

N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler tout nouveau symptôme et tout symptôme qui ne disparaît pas. Avisez votre équipe de soins si vous présentez les symptômes suivants :

  • nouvelle masse ou enflure
  • fièvre qui persiste
  • sueurs nocturnes
  • perte de poids qui se produit sans raison
  • démangeaisons
  • essoufflement
  • douleur ou malaise abdominal

Le risque de réapparition (récidive) du LH est le plus élevé au cours des 3 premières années qui suivent le traitement, donc on doit faire un suivi étroit durant cette période.

Planification des visites de suivi

Les visites de suivi pour le LH sont habituellement ainsi prévues :

  • aux 2 à 4 mois au cours de la 1re et de la 2e année qui suivent le traitement
  • aux 3 à 6 mois au cours de la 3e à la 5e année
  • au moins une fois par année après les 5 premières années

Déroulement des visites de suivi

Lors d’une visite de suivi, votre équipe de soins vous pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et votre degré d’adaptation. On peut aussi vous demander si vous éprouvez de nouveaux symptômes et si vos vaccins sont à jour.

Il est possible que votre médecin vous fasse un examen physique, dont :

  • vérifier si vous faites de la fièvre, si vous êtes essoufflé et si votre cœur bat rapidement;
  • palper votre cou, vos aisselles et vos aines à la recherche de ganglions lymphatiques enflés;
  • palper votre abdomen pour savoir si des organes sont enflés.

Des examens sont souvent prescrits dans le cadre du suivi. On pourrait demander ceux-ci :

  • formule sanguine complète (FSC) pour vérifier si le nombre de cellules sanguines est anormal
  • analyses biochimiques sanguines pour évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes
  • test pour mesurer le taux de thyréostimuline (TSH) afin de vérifier la qualité de fonctionnement de la thyroïde (si vous avez reçu une radiothérapie au cou)
  • examens d’imagerie, comme une radiographie pulmonaire, une tomodensitométrie (TDM), une imagerie par résonance magnétique (IRM), une tomographie par émission de positrons (TEP) ou une échographie, pour vérifier si la rate, le foie ou des ganglions lymphatiques sont enflés (vous n’avez besoin que de radiographies ou d’examens d’imagerie si vous éprouvez de nouveaux symptômes)
  • tests de dépistage du cancer du sein effectués régulièrement, comme la mammographie (si vous avez reçu une radiothérapie au thorax, vous devriez commencer à passer des mammographies 10 ans après la radiothérapie ou à l’âge de 40 ans, selon ce qui arrive avant)

Votre médecin peut vous prescrire une ponction et une biopsie de la moelle osseuse si les résultats de vos analyses sanguines sont anormaux ou si vous éprouvez de nouveaux symptômes.

Si votre équipe de soins découvre que le cancer est réapparu, elle discutera avec vous afin de planifier votre traitement et vos soins.

Questions à poser sur le suivi

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le suivi à votre équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.