Lymphome hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du lymphome hodgkinien chez l'enfant

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est le traitement principal du lymphome hodgkinien (LH) chez l'enfant (infantile). L’équipe de soins prendra en considération le type de LH, le stade du cancer, la taille de la tumeur (volume), la catégorie de risque ainsi que les besoins personnels de votre enfant pour choisir les agents chimiothérapeutiques, les doses et les modes d’administration. Votre enfant pourrait aussi recevoir d’autres traitements.

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments circulent dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps. Les agents chimiothérapeutiques peuvent être administrés par la bouche (voie orale) ou par une aiguille insérée dans une veine (voie intraveineuse). Si votre enfant a besoin d’une chimiothérapie intense, il est possible qu’on ait recours à un dispositif particulier appelé cathéter veineux central afin que l’administration se fasse sans danger. On l’installe habituellement au cours d’une chirurgie pratiquée au début de la chimiothérapie et on le laisse en place jusqu’à ce que le traitement soit fini.

Évaluation de la réponse

Il est important d’évaluer la réponse à la chimiothérapie avant que le traitement débute puis à la fin du traitement afin d’établir un pronostic et de planifier le traitement. On a recours à des examens d’imagerie comme la TDM, l’IRM et la TEP pour évaluer la réponse de la tumeur, c’est-à-dire si sa taille a diminué.

On fait une évaluation intermédiaire de la réponse après les premiers cycles de chimiothérapie. Les résultats aident à planifier la puissance (intensité) des autres cycles de chimiothérapie dans le but d’atténuer les effets tardifs tout en maintenant l’efficacité du traitement.

On peut se servir des résultats finals de l’évaluation de la réponse à la chimiothérapie pour décider si une radiothérapie est nécessaire. On fait habituellement cette évaluation finale au moins 3 semaines après la chimiothérapie.

Agents chimiothérapeutiques administrés pour le LH chez l’enfant

Les agents chimiothérapeutiques employés pour traiter le LH chez l’enfant sont entre autres ceux-ci :

  • cyclophosphamide (Procytox)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • vincristine (Oncovin)
  • bléomycine (Blenoxane)
  • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
  • dacarbazine
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • vinblastine
  • prednisone
  • dexaméthasone (Decadron, Dexasone)
  • méthotrexate
  • cytarabine (Cytosar)
  • cisplatine

On associe habituellement ces agents chimiothérapeutiques pour traiter le LH chez l’enfant. Quand différents médicaments sont administrés ensemble, ils sont plus efficaces que si on en administrait qu’un seul.

Associations chimiothérapeutiques souvent administrées pour traiter le LH chez l’enfant
Protocole chimiothérapeutiqueAgents chimiothérapeutiques

COPP

cyclophosphamide, vincristine, prednisone et chlorhydrate de procarbazine

COPDAC

cyclophosphamide, vincristine, prednisone et dacarbazine

ABVD

doxorubicine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine

OPPA

vincristine, prednisone, chlorhydrate de procarbazine et doxorubicine

COPP/ABV

cyclophosphamide, vincristine, chlorhydrate de procarbazine et prednisone avec doxorubicine, bléomycine et vinblastine

OEPA

vincristine, étoposide, prednisone et doxorubicine

VAMP

vincristine, doxorubicine, méthotrexate et prednisone

DBVE

doxorubicine, bléomycine, vincristine et étoposide

DECA

dexaméthasone, étoposide, cisplatine et cytarabine

ABVE-PC

doxorubicine, bléomycine, vincristine et étoposide avec prednisone et cyclophosphamide

BEACOPP

bléomycine, étoposide, doxorubicine, cyclophosphamide, vincristine, prednisone et chlorhydrate de procarbazine

VBVP

vinblastine, bléomycine, étoposide et prednisone

CPV

cyclophosphamide, vinblastine et prednisolone

AV-PC

doxorubicine, vincristine, prednisone, cyclophosphamide

Si le LH chez l’enfant ne répond pas aux médicaments administrés précédemment ou s’il réapparaît (récidive), on peut avoir recours à d’autres médicaments dont ceux-ci :

  • ifosfamide (Ifex)
  • vinorelbine (Navelbine)
  • gemcitabine (Gemzar)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ)
  • étoposide
  • dexaméthasone
  • cisplatine
  • cytarabine

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LH chez l’enfant, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment. Certains en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires parce qu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant la chimiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Il est difficile de dire exactement quels effets secondaires un enfant éprouvera, combien de temps ils dureront et quand l'enfant sera rétabli. Le corps d’un enfant semble mieux tolérer la chimiothérapie que celui d’un adulte. En effet, les effets secondaires sont habituellement moins importants chez les enfants et ils s’en rétablissent souvent plus rapidement.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout du type de médicament ou de médicaments, de la dose, de la façon de les administrer et de l’état de santé global de votre enfant. Voici certains effets secondaires courants des agents chimiothérapeutiques administrés pour le LH infantile :

D’autres effets secondaires peuvent apparaître des mois ou des années à la suite du traitement du LH infantile. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs des traitements du LH chez l’enfant.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider votre enfant à les soulager.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la chimiothérapie à l’équipe de soins.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Lillian Sung Améliorer les soins de soutien pour les enfants atteints de cancer

Plus de details

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus