Cancer du col de l’utérus

Vous êtes ici:

Recherche sur le cancer du col de l’utérus

On en apprend toujours plus sur le cancer. Les chercheurs et les professionnels de la santé se servent de ce qu’ils ont appris lors des études de recherche pour élaborer de meilleures façons de traiter le cancer du col de l’utérus. Le texte qui suit traite de différentes recherches qui se révèlent prometteuses dans le traitement du cancer du col de l’utérus.

Nous avons inclus de l’information qui provient des sources suivantes. Chaque article comporte un numéro d’identification dont le lien mène à un bref résumé.

  • PubMed, US National Library of Medicine (PMID)
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO)
  • Canadian Cancer Trials et ClinicalTrials.gov (NCT)

Chirurgie

Des chercheurs tentent de trouver les meilleures façons de traiter le cancer du col de l’utérus à l’aide de la chirurgie et d’améliorer comment on pratique la chirurgie. Les médecins tentent de déterminer si enlever moins de tissu qu’on ne le fait lors de la chirurgie standard entraîne une issue favorable chez les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade précoce.

L’hystérectomie totale (simple) est une opération lors de laquelle on enlève le col de l’utérus et l’utérus. Elle est employée pour traiter la plupart des femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade 1A1. Chez les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade précoce autre que 1A1 (y compris tous les autres types de stade 1), on pratique habituellement une hystérectomie radicale, qui consiste à retirer le col de l’utérus, l’utérus, la partie supérieure du vagin, une partie des tissus avoisinants ainsi que les ganglions lymphatiques qui se trouvent à proximité. Des chercheurs tentent de savoir s’il serait avantageux pour ces femmes de subir plutôt une hystérectomie totale. Ils veulent vérifier si le fait de retirer moins de tissu pourrait améliorer leur qualité de vie et leur santé sexuelle tout en empêchant la récidive du cancer. Des chercheurs canadiens mènent un essai de phase 3 pour comparer la pratique d’une hystérectomie radicale à celle d’une hystérectomie totale chez des femmes atteintes d’un type de cancer du col de l’utérus faisant partie d’un sous-ensemble de stade précoce. Chez les deux groupes de femmes, on enlève aussi des ganglions lymphatiques pelviens durant l’opération. Ces chercheurs sont actuellement à la recherche de participantes et les résultats de l’essai sont attendus en 2020 (ClinicalTrials.gov, NCT01658930).

Une chirurgie consistant à enlever moins de tissu peut être une option pour les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade 1B1. Des chercheurs ont étudié un groupe de femmes âgées de moins de 45 ans et atteintes de ce type de cancer. Ils ont comparé les résultats des femmes ayant subi une intervention où moins de tissu était enlevé (hystérectomie totale, biopsie conique ou trachélectomie élargie) avec ceux des femmes chez qui on avait enlevé beaucoup de tissu (hystérectomie radicale). Ils ont constaté que les femmes chez qui on avait retiré moins de tissu ne risquaient pas plus de mourir du cancer du col de l’utérus que celles chez qui on avait retiré beaucoup de tissu (ASCO, Abstract 5525). Dans une autre étude, on a observé que le fait d’enlever moins de tissu, comparativement à une hystérectomie radicale, était associé à des taux de survie plus bas chez les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade précoce (New England Journal of Medicine, PMID 30380365).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la chirurgie du cancer.

Chimiothérapie

Voici des recherches importantes sur la chimiothérapie du cancer du col de l’utérus.

La chimiothérapie néoadjuvante est administrée avant le traitement principal d’un cancer. Des chercheurs l’étudient chez des femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade 1B2 à 3B (aussi appelé cancer du col de l’utérus localement avancé) pour savoir si ce traitement peut aider à réduire la taille de la tumeur de manière à ce qu’il soit plus facile de la retirer par chirurgie. L’administration de chimiothérapie avant la chirurgie pourrait même suffisamment réduire la taille de la tumeur pour permettre à certaines femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade 1B2 de subir une biopsie conique ou une trachélectomie élargie au lieu d’une hystérectomie. Ces options sont des exemples de chirurgies conservatrices de la fertilité puisque la femme opérée peut toujours tomber enceinte après l’intervention. Les recherches révèlent aussi que la chimiothérapie néoadjuvante pourrait réduire la nécessité de recevoir une radiothérapie après la chirurgie (ASCO, Abstract e17002; International Journal of Clinical Oncology, PMID 27380169, PMID 27342833. Une autre étude a montré que la chimiothérapie néoadjuvante suivie d’une chirurgie n’est pas plus efficace que la chimioradiothérapie pour traiter un cancer du col de l’utérus localement avancé (Journal of Clinical Oncology, PMID 29432076).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la chimiothérapie.

Immunothérapie

L’immunothérapie contribue à renforcer ou à rétablir la capacité du système immunitaire à détecter et à détruire les cellules cancéreuses. Des chercheurs tentent de déterminer si l’immunothérapie est un traitement efficace du cancer du col de l’utérus.

Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire se révèlent très prometteurs dans le traitement de nombreux types de cancer. Le système immunitaire agit habituellement de manière à s’empêcher lui-même d’attaquer les cellules saines du corps grâce à des protéines particulières, appelées points de contrôle, qui sont fabriquées par certains types de cellules immunitaires. Les cellules cancéreuses ont parfois recours à ces points de contrôle pour éviter d’être attaquées par le système immunitaire. Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire bloquent ces protéines, ce qui permet aux lymphocytes T (un type de cellule immunitaire) de reconnaître, d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses. Davantage de recherche est nécessaire pour déterminer quel rôle pourraient jouer les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire dans le traitement du cancer du col de l’utérus (Anticancer Research, PMID 29061774; Medical Oncology, PMID 28477178;Gynecologic Oncology, PMID 29666026).

Les vaccins contre le virus du papillome humain (VPH) protègent contre les infections au VPH, lesquelles sont associées au cancer du col de l’utérus ainsi qu’à d’autres types de cancer. Des chercheurs sont en train d’élaborer des vaccins pour traiter ces infections. Ces vaccins incitent le corps à engendrer une réaction immunitaire et à attaquer les cellules infectées au VPH, ce qui pourrait contribuer à détruire des cellules cancéreuses ou précancéreuses dans le col de l’utérus (Best Practice & Research: Obstetrics & Gynecology, PMID 29108943; Journal of Infectious Diseases, PMID 26518044).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur l’immunothérapie.

Pour en apprendre davantage sur la recherche sur le cancer

Les chercheurs tentent toujours d’en savoir davantage sur le cancer du col de l’utérus. L’essai clinique est une étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles façons de traiter le cancer du col de l’utérus. On évalue également des manières de prévenir le cancer, de le trouver ou de le gérer.

L’essai clinique permet d’obtenir des renseignements sur l’innocuité et l’efficacité de nouvelles approches afin de déterminer si elles doivent être offertes à plus grande échelle. La plupart des traitements standards du cancer du col de l’utérus ont d’abord démontré leur efficacité en essai clinique.

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le cancer et des essais cliniques.

cellule T

Type de lymphocyte (globule blanc) qui aide à réguler la réaction immunitaire (réaction du système immunitaire en présence de substances étrangères dans le corps), à combattre les infections et à détruire les cellules anormales, y compris les cellules cancéreuses.

La cellule T est aussi appelée lymphocyte T.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr Michael Taylor, chercheur Différents profils génétiques dans une même tumeur cérébrale

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus