Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Corticostéroïdes et anticonvulsivants (antiépileptiques)

Les corticostéroïdes et les anticonvulsivants (antiépileptiques) sont souvent employés pour traiter les personnes atteintes d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière. Ils ne traitent pas la tumeur, mais ils aident à atténuer les symptômes causés par la tumeur et son traitement.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes, comme la dexaméthasone (Decadron, Dexasone), permettent de réduire l’hypertension intracrânienne et de contrôler l’enflure du cerveau (œdème cérébral) ou de la région entourant la moelle épinière (œdème médullaire). L’enflure est causée par la tumeur qui grossit et qui exerce une pression sur certaines régions du cerveau ou de la moelle épinière. Il est possible que du tissu normal enfle également en réaction à la chirurgie ou à la radiothérapie.

Les corticostéroïdes peuvent aussi aider à traiter des symptômes comme les maux de tête ou d’autres douleurs ainsi que les nausées ou les vomissements. On emploie la plus faible dose qui soit efficace avant de la réduire graduellement jusqu’à ce que le traitement soit fini. On n’administre aucun corticostéroïde après le traitement.

Les effets secondaires des corticostéroïdes sont entre autres ceux-ci :

  • hausse du risque d’infection
  • troubles digestifs comme la nausée et les brûlures d’estomac
  • hausse du taux de sucre sanguin
  • plus grand appétit et gain de poids
  • changements d’humeur, agitation, excitation ou nervosité

Anticonvulsivants

Les anticonvulsivants (antiépileptiques) servent à empêcher les crises d’épilepsie, qui sont fréquentes chez les personnes atteintes d’une tumeur au cerveau et qui peuvent se produire avant le diagnostic et au cours de la maladie. On administre un anticonvulsivant, comme le phénytoïne (Dilantin), aux personnes atteintes d’une tumeur au cerveau qui ont déjà fait une crise d’épilepsie. On ne donne habituellement pas d’anticonvulsivant pour prévenir les crises d’épilepsie chez les personnes qui n’en ont jamais fait.

On vérifie régulièrement par analyse sanguine le taux d’anticonvulsivant. Pour être sécuritaire et efficace, le taux du médicament doit se situer entre certaines valeurs.

Les effets secondaires des anticonvulsivants sont entre autres ceux-ci :

  • étourdissements
  • somnolence
  • éruption cutanée ou démangeaisons
  • gencives enflées, douloureuses et qui saignent
  • nausées ou vomissements

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à ces médicaments. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Jessie Lee-McIsaac Prévenir le cancer par des politiques de vie saine en milieu scolaire

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus