Cancer des os

Vous êtes ici:

Recherche sur le cancer des os

On en apprend toujours plus sur le cancer. Les chercheurs et les professionnels de la santé se servent de ce qu’ils ont appris lors des études de recherche pour élaborer de meilleures façons de détecter et de traiter le cancer. Les chercheurs tentent aussi de trouver comment améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer.

Le texte qui suit traite de différentes recherches qui se révèlent prometteuses dans le traitement du cancer des os. Nous avons inclus de l’information qui provient des sources suivantes. Chaque article comporte un numéro d’identification dont le lien mène à un bref résumé.

  • PubMed, US National Library of Medicine (PMID)
  • American Society of Clinical Oncology (ASCO)
  • Canadian Cancer Trials et ClinicalTrials.gov (NCT)

Chirurgie

Des chercheurs tentent de trouver les meilleures façons de traiter le cancer des os à l’aide de la chirurgie et d’améliorer comment on pratique la chirurgie.

La chirurgie assistée par ordinateur peut être utile à la planification et à la prise de décisions en ce qui a trait au traitement. Elle permet de guider les chirurgiens et de leur fournir une rétroaction, ce qui peut aussi améliorer la précision de la chirurgie. Une étude a révélé que la chirurgie assistée par ordinateur avait donné des résultats semblables à ceux obtenus au moyen de la radioscopie (une technique de radiographie) pour planifier la chirurgie visant à traiter un chondrosarcome de grade 1 dans des os longs (PLoS One, PMID 29771927).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la chirurgie du cancer.

Chimiothérapie

Voici des recherches importantes sur la chimiothérapie du cancer des os.

Le méthotrexate à fortedose est un des agents chimiothérapeutiques employés pour traiter l’ostéosarcome. Ce médicament est souvent administré aux enfants et aux jeunes adultes puisqu’il est évacué du corps rapidement. Les corps d’adultes plus âgés ne peuvent éliminer ce médicament aussi vite et celui-ci peut donc causer des troubles rénaux. Une étude a indiqué qu’un nouveau protocole de chimiothérapie utilisant le méthotrexate à forte dose, l’étoposide (Vepesid, VP-16) et l’ifosfamide (Ifex) était aussi efficace que la chimiothérapie standard utilisant le méthotrexate à forte dose, la doxorubicine (Adriamycin) et le cisplatine pour la chimiothérapie préopératoire chez les adultes de 25 ans et moins (European Journal of Cancer, PMID 29190507). Une autre étude a montré que les protocoles utilisés pour les personnes plus jeunes peuvent améliorer la survie chez les personnes de plus de 40 ans atteintes d’un ostéosarcome de haut grade, mais que les effets secondaires sont beaucoup plus graves chez les personnes plus âgées (Tumori, PMID 29218692).

L’association de la gemcitabine (Gemzar) au docétaxel (Taxotere) s’est avérée prometteuse dans le cadre d’un essai clinique sur le traitement du sarcome d’Ewing à risque élevé récemment diagnostiqué chez les enfants et les adultes (British Journal of Cancer, PMID 28787430).

L’irinotécan (Camptosar) et le témozolomide (Temodal)constituent un protocole de chimiothérapie de rattrapage efficace dans le cas d’un sarcome d’Ewing récidivant (ASCO, Abstract e22500).

La metformine et la chloroquine sont actuellement à l’étude dans un essai clinique de phase précoce pour le traitement du chondrosarcome de haut grade ayant des mutations au gène IDH1 ou IDH2 (BMJ Open, PMID 28601826).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur la chimiothérapie.

Immunothérapie

L'immunothérapie fait appel au système immunitaire pour aider à détruire les cellules cancéreuses. Des chercheurs étudient de nouvelles façons d’utiliser l’immunothérapie comme traitement du cancer des os, notamment les suivantes.

Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire empêchent les cellules cancéreuses d’affecter les cellules du système immunitaire de notre corps. Le système immunitaire s’empêche habituellement d’attaquer les cellules saines en ayant recours à certaines de ses cellules pour fabriquer des protéines spécifiques appelées points de contrôle. Les cellules cancéreuses se servent parfois de ces points de contrôle pour éviter d’être attaquées par le système immunitaire. Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire sont des anticorps monoclonaux qui bloquent les protéines spécifiques des points de contrôle, permettant ainsi aux cellules T (type de globule blanc) d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses. Les chercheurs sont en train d’étudier les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire suivants dans des essais cliniques de phase précoce portant sur le cancer des os avancé :

  • le nivolumab (Opdivo) pour l’ostéosarcome, le chondrosarcome ou le sarcome d’Ewing (ASCO, Abstract 11057; ClinicalTrials.gov, NCT03190174);
  • le camrélizumab et l’apatinib pour l’ostéosarcome (ASCO, Abstract 11013).

Les cellules dendritiques sont des cellules immunitaires particulières dans le corps qui aident le système immunitaire à reconnaître les cellules cancéreuses. Une étude préliminaire a révélé que le traitement par des cellules dendritiques avait engendré une réaction immunitaire chez des personnes atteintes d’un cancer des os réfractaire, mais qu’il n’avait amélioré les résultats à l’issue du traitement que chez un petit nombre de personnes seulement (Cancer, PMID 28241093).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche en immunothérapie.

Traitement ciblé

Le traitement ciblé a recours à des médicaments pour cibler des molécules spécifiques, comme des protéines, présentes à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages aux cellules normales. Voici des recherches importantes sur le traitement ciblé pour le cancer des os.

Le sorafenib (Nexavar) pourrait constituer une option thérapeutique dans le cas du chordome de stade avancé. Les résultats d’un essai clinique montrent que le sorafenib peut améliorer la survie sans évolution, mais on devra effectuer plus d’études pour savoir quel rôle ce médicament peut jouer dans le traitement de ce type de cancer des os (ASCO, Abstract 10520).

Les inhibiteurs de la tyrosine kinase bloquent une enzyme particulière (appelée tyrosine kinase) qui contribue à l’envoi de signaux dans les cellules. Lorsque cette enzyme est bloquée, les cellules cessent de croître et de se diviser. Des chercheurs étudient actuellement ces inhibiteurs de la tyrosine kinase pour le traitement du cancer des os qui ne répond pas aux autres options thérapeutiques :

  • le dasatinib (Sprycel) pour le chondrosarcome et le chordome (Cancer, PMID 27696380; PMID 26710211);
  • l’anlotinib et l’irinotécan pour le sarcome d’Ewing avancé (ASCO, Abstract 11012; ClinicalTrials.gov, NCT03416517);
  • l’apatinib et le camrélizumab pour l’ostéosarcome de haut grade non résécable (ASCO, Abstract 11013).

Les inhibiteurs de la mTOR bloquent l’action de la mTOR, une protéine qui contrôle le métabolisme et la croissance des cellules ainsi que la rapidité à laquelle elles se multiplient. Dans le cadre d’études préliminaires, des chercheurs étudient les avantages possibles de l’ajout des inhibiteurs de la mTOR qui suivent aux protocoles de traitement du cancer des os avancé :

  • l’ABI-009 (nab-sirolimus) et le nivolumab pour le chondrosarcome, l’ostéosarcome et le sarcome d’Ewing de stade avancé (ASCO, Abstract 11057; ClinitalTrials.gov, NCT03190174);
  • le sirolimus (Rapamune) et la gemcitabine pour l’ostéosarcome de stade avancé (ASCO, Abstract 10530; Annals of Oncology, PMID 29045512).

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le traitement ciblé.

Suivi

La recherche se penche sur les moyens d’améliorer la qualité de vie des survivants du cancer. Il est important que les personnes atteintes d’un cancer des os soient suivies toute leur vie, car le risque d’effets secondaires tardifs après le traitement est très élevé et demeure présent pour le reste de la vie de ces personnes (Cancer, PMID 28222219).

Pour en apprendre davantage sur la recherche sur le cancer

Les chercheurs tentent toujours d’en savoir davantage sur le cancer. L’essai clinique est une étude de recherche lors de laquelle on met à l’essai de nouvelles façons de traiter le cancer. On évalue également des manières de prévenir le cancer, de le trouver ou de le gérer.

L’essai clinique permet d'obtenir des renseignements sur l'innocuité et l'efficacité de nouvelles approches afin de déterminer si elles doivent être offertes à plus grande échelle. La plupart des traitements standards du cancer ont d'abord démontré leur efficacité en essai clinique.

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le cancer et des essais cliniques.

radioscopie

Technique de radiographie permettant de visualiser le mouvement des organes ou des structures du corps ou de suivre le déplacement d'un instrument ou d'un produit de contraste dans le corps.

La radioscopie permet aux médecins de visualiser les mouvements des articulations, des organes ou de l’ensemble des systèmes et appareils du corps. Elle projette une image radiologique sur un écran, comme un film.

L’appareil servant à produire les radiographies lors de cette intervention est appelé fluoroscope.

traitement de rattrapage

Traitement administré lorsque l’état du patient atteint d’une maladie (comme un cancer) ne s’est pas amélioré à la suite des autres traitements (traitement standard).

Traitement administré pour un cancer qui est réapparu (récidive).

L’objectif du traitement de rattrapage est de soigner la maladie et d’améliorer la qualité de vie du patient. Le traitement de rattrapage peut comprendre divers traitements du cancer comme la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

anticorps monoclonal

Substance qui a la capacité de reconnaître une molécule cible particulière (antigène) d’une cellule cancéreuse et de s’y fixer.

Les anticorps monoclonaux peuvent nuire à la fonction cellulaire ou peuvent servir à transporter des médicaments, des toxines ou des matières radioactives directement vers une tumeur.

survie sans évolution

Période après le traitement au cours de laquelle une personne atteinte d’une maladie, comme le cancer, vit sans que cette maladie ne s’aggrave.

Les chercheurs peuvent évaluer la survie sans évolution lors d’essais cliniques afin de connaître le degré d’efficacité d’un traitement.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Mani Larijani Étudier en 3D une protéine qui cause le cancer

Plus de details

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus