Vous êtes ici:
A-|A|A+

Aeson et l’impact de la recherche sur le cancer

 Aeson en train de recevoir ses traitements contre le cancer à l’hôpital

Six séances de chimiothérapie. Quinze séances de radiothérapie. Une greffe de cellules souches.

Pour la plupart des gens, ce plan de traitement contre le cancer peut sembler traumatisant, mais cela n’a pas été le cas pour Aeson, âgé d’un an. Avant son diagnostic de neuroblastome, c’était un enfant enjoué et énergique, et son diagnostic de cancer n’a rien changé.

« Il était enjoué et voulait s’amuser. Les infirmières se l’arrachaient », mentionne Aaron, le père d’Aeson.

L’histoire d’Aeson

En 2014, Aeson présentait des symptômes semblables à ceux de la grippe. Lorsque ses parents l’ont amené chez le médecin, ils ont découvert que ce n’était pas une grippe, mais plutôt un neuroblastome , un type de cancer infantile qui touche le système nerveux.

L’oncologue d’Aeson, Dr Rod Rassekh, a informé les parents d’Aeson que certains enfants pouvaient avoir une réaction fatale aux médicaments traditionnellement utilisés pour traiter ce type de cancer. Heureusement, le Dr Rasskeh faisait partie d'une équipe de recherche qui avait trouvé un moyen d'empêcher cela.

À l'aide d'un test génétique, les médecins ont découvert qu'Aeson avait des marqueurs génétiques qui le mettaient à haut risque de dommages cardiaques. S'il avait suivi le traitement normal prescrit, il aurait pu développer des problèmes cardiaques permanents ou même mourir. Cette découverte qui a sauvé la vie d’Aeson a également changé son parcours contre le cancer.

Aeson et sa mère

Cinq ans plus tard, Aeson est en rémission et est toujours aussi enjoué!

« Il mène une vie normale, comme tous les enfants de son âge et c’est ce que je souhaitais pour lui », déclare Aaron.

L’impact considérable de la recherche sur le cancer

La recherche sur le cancer est essentielle pour nous aider à mieux comprendre comment prévenir, détecter et traiter les personnes atteintes du cancer. C’est la raison pour laquelle nous avons investi dans une étude dirigée par les Docteurs Rassekh et Colin Ross du BC Children’s Hospital afin de pousser un peu plus loin les recherches qui ont permis à Aeson d’éviter le pire.

Avec l’aide des donateurs de la Société canadienne du cancer, les Docteurs Rassekh, Ross et leur équipe ont découvert que les résultats de l'étude sur le cancer chez les enfants pourraient également être appliqués aux adultes - démontrant l'impact considérable de cette recherche révolutionnaire pour changer davantage de vies.

Les chercheurs financés par la Société canadienne du cancer sont au cœur des projets de recherche sur le cancer les plus importants. En continuant de mieux comprendre les composantes du cancer, nous pouvons aider davantage de Canadiens comme Aeson à vivre et à prospérer au-delà de leur diagnostic de cancer.

« La recherche a sauvé la vie de mon fils », mentionne Aaron. « Sans ce test, Aeson ne serait plus avec nous aujourd’hui. »


Aujourd’hui, on estime que 84 % des enfants atteints de cancer devraient vivre au moins cinq ans après leur diagnostic! Bien que des progrès soient accomplis, il reste encore beaucoup à faire. Environ 1 000 enfants recevront un diagnostic de cancer cette année. Nous croyons qu'un enfant atteint du cancer est un enfant malade de trop et qu'aucun parent ne devrait entendre les mots «votre enfant a le cancer».

Ensemble, nous pouvons offrir du réconfort, du soutien et de l’espoir aux familles qui en ont le plus besoin. Grâce au cadeau Le Projet Nounours, vous appuierez la recherche pour détecter le cancer infantile, améliorer les traitements et limiter les effets secondaires, et soutenir ainsi les familles qui doivent surmonter cette épreuve difficile.

Joignez-vous à nous pour faire une différence pour les enfants touchés par le cancer comme Aeson.

J’offre le Projet Nounours

A-|A|A+

Histoires

Dr David Hammond Les cigarettes électroniques au Canada

Plus de details

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus