Vous êtes ici:
A-|A|A+

« Ça nous apporte de l’espoir » – Un homme en rémission d’un cancer du sang raconte comment la médecine de précision sauve des vies comme la sienne

Chaque jour, la recherche sur le cancer nous aide à mieux comprendre les causes de cette maladie, son évolution ainsi que les façons de la prévenir, de la traiter efficacement et d’améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont ou qui en ont été atteintes.

Grâce à la recherche, plus de Canadiens survivent au cancer que jamais. Selon le rapport Statistiques canadiennes sur le cancer 2019, 63 % des Canadiens atteints de cancer survivent au moins cinq ans après avoir reçu leur diagnostic, alors que cette proportion n’était que de 55 % au début des années 1990. Notamment, on a observé une amélioration de la survie entre le début des années 1990 et maintenant pour presque tous les cancers parmi les 23 types qui ont été étudiés dans ce rapport, la plus grande amélioration étant associée aux cancers du sang.

Les progrès de la recherche dans le domaine de la médecine de précision, une stratégie de traitement s’appuyant sur des renseignements propres aux gènes, au mode de vie ou à l’environnement d’une personne pour prévenir, diagnostiquer et traiter le cancer le plus efficacement possible, ont entraîné de nombreuses réussites chez les Canadiens touchés par le cancer, en particulier chez ceux atteints d’un cancer du sang, comme David.

L’histoire de David

Un père pose avec son fils adolescent et sa fille.

Père de deux enfants et menant un mode de vie actif, David était étonné lorsqu’il a commencé à éprouver des ballonnements, des nausées et de la fatigue.

Son médecin de famille croyait que ces symptômes pouvaient être liés à l’alimentation ou au stress, mais, comme ils s’aggravaient et devenaient plus fréquents, David avait l’impression qu’ils indiquaient quelque chose de plus alarmant et il a demandé de passer une échographie.

« À ce moment, je savais que j’avais le cancer, mais je ne savais pas quel type », confie David.

L’échographie a révélé une tumeur de la taille d’un pamplemousse sur sa rate et une autre sur sa colonne vertébrale. Les pires craintes de Martin s’étaient confirmées : à 46 ans, il a reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien de stade 4B.

Après son diagnostic, David a subi 26 séances de chimiothérapie et 20 séances de radiothérapie. L’année suivante, il était certain qu’il était en rémission complète. Malheureusement, le cancer est réapparu et il était encore plus agressif.

« J’étais anéanti », déclare David.

Une course contre la montre

Alors qu’il faisait une deuxième fois face au cancer, les médecins de David l’ont informé qu’il lui restait seulement trois semaines à vivre, à moins qu’il ne reçoive une greffe de cellules souches.

Ce type de médecine de précision est employé lorsque les cellules souches ou la moelle osseuse ont été endommagées ou détruites par le cancer ou par les fortes doses de chimiothérapie ou de radiothérapie administrées pour traiter la maladie. Lors d’une greffe de cellules souches, des cellules souches saines sont transférées dans l’organisme pour aider la moelle osseuse à fonctionner normalement et à produire de nouvelles cellules sanguines saines.

David avait besoin d’un donneur, mais en trouver un compatible peut être long et ardu. La plupart des donneurs compatibles sont des membres de la famille biologique. Cependant, David a été adopté et il en savait peu sur sa famille biologique. Puisque le temps filait, David a subi une greffe de cellules souches utilisant les cellules de sa propre moelle osseuse afin de gagner du temps pendant qu’on cherchait un donneur compatible.

Au bout de trois mois, on a fini par en trouver un. David a subi une seconde greffe utilisant les cellules souches de ce donneur et celle-ci a réussi. Depuis, il est en rémission.

« Lorsqu’on vous dit qu’il ne vous reste que trois semaines à vivre, c’est une course contre la montre, explique David. S’il était plus rapide de trouver un donneur compatible de cellules souches, je n’aurais pas eu à subir deux greffes. Une seule greffe de cellules souches est déjà difficile à supporter pour le corps, mais je suis reconnaissant d’avoir eu la chance de trouver un donneur compatible avant qu’il ne soit trop tard. »

La médecine de précision sauve des vies

La médecine de précision apporte une nouvelle dimension complètement différente au traitement du cancer. Bien qu’on y ait actuellement recours pour traiter de nombreux types de cancer, elle est particulièrement efficace contre les cancers du sang, ayant permis une amélioration considérable de la survie associée à ceux-ci.

« La médecine de précision comme la greffe de cellules souches est maintenant une option pour ceux pour qui tous les autres traitements classiques ont échoué. Ça nous apporte de l’espoir, déclare David. Grâce à la greffe de cellules souches que j’ai reçue, je pourrai voir mes enfants grandir. »


Au cours des 15 dernières années, la Société canadienne du cancer a investi presque 28 millions de dollars dans la recherche sur la médecine de précision. Avec d’autres investissements, nous pourrions aider encore plus de Canadiens touchés par le cancer comme David à vivre longtemps et en bonne santé.

Chaque jour, nous nous rapprochons d’un monde où aucun Canadien, aucune Canadienne n’aura à craindre le cancer. Toutefois, comme on prévoit que près d’un Canadien sur deux recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie, il reste du travail à faire. Montrez votre soutien et aidez davantage de Canadiens à survivre à leur diagnostic de cancer et à s’épanouir longtemps après la maladie. Ensemble, nous pouvons agir contre le cancer.

Donnez pour soutenir la recherche sur le cancer

A-|A|A+

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Le cancer touche tous les Canadiens

Icône - 1 sur 2

On prévoit que près de 1 Canadien sur 2 recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie.

Apprenez-en plus