Réduire la menace de la COVID-19 pour les personnes atteintes de cancer

15 juillet 2020

Grâce au financement de la Société canadienne du cancer (SCC), le Groupe canadien des essais sur le cancer (GCEC) dirige le premier essai clinique au monde visant à tester un traitement immunostimulant pour prévenir les cas graves de COVID-19, particulièrement chez les personnes atteintes de cancer.

« Nous savons que le système immunitaire des personnes atteintes de cancer est affaibli, à la fois par leur maladie et par les traitements qu’ils reçoivent. Cela les expose à un risque beaucoup plus élevé de complications graves dues à la COVID-19, explique le Dr Chris O’Callaghan (en haut de la photo), chercheur principal du GCEC qui assure la surveillance de l’essai clinique. L’éloignement physique n’est pas possible pour ces personnes, puisqu’elles doivent régulièrement se rendre à l’hôpital pour recevoir un traitement contre le cancer d’une importance capitale. »

L’essai vise à déterminer si un traitement immunostimulant, appelé IMM-101, peut réduire la gravité des symptômes de la COVID-19 chez les personnes qui suivent activement un traitement contre le cancer. Antérieurement, les chercheurs étudiaient IMM-101 comme traitement contre le cancer et les résultats se sont révélés prometteurs pour ce qui est d’aider le système immunitaire à attaquer les cellules cancéreuses. Dirigés par la Dre Rebecca Auer (en bas de la photo), les chercheurs de l’Hôpital d’Ottawa ont eu l’idée de vérifier si le traitement pouvait servir à une autre fin, soit celle d’aider le système immunitaire des personnes atteintes de cancer à combattre les infections à coronavirus. Ils ont travaillé avec le Dr Chris O’Callaghan et le GCEC pour mettre au point et en œuvre l’essai clinique dans huit centres de cancérologie au Canada.

« Grâce à la rapidité d'esprit et d'innovation des Drs Auer et O’Callaghan et au soutien des donateurs de la SCC, nous sommes maintenant en mesure de mener le premier essai clinique au monde pour prévenir les infections graves de COVID-19 chez les personnes atteintes de cancer et les aider à vivre en santé plus longtemps », affirme Andrea Seale, chef de la direction de la SCC.

Si les résultats de l’essai sont concluants, IMM-101 pourrait aider à protéger les personnes atteintes de cancer contre d’autres infections respiratoires graves, comme la grippe.

Seule la SCC permet de mettre en place un réseau d’aide national et de financer des projets de recherche novateurs comme cet essai clinique prometteur afin de faire une réelle différence pour les personnes touchées par le cancer pendant la pandémie de COVID-19. Vous pouvez aider en faisant un don à notre Fonds d’urgence de la COVID-19 à cancer.ca/covid.