Fiche d’information médias no 1 : Points saillants des statistiques 2014 sur le cancer de la peau

28 mai 2014

Toronto -

Dans les Statistiques canadiennes sur le cancer 2014, publiées aujourd’hui même par la Société canadienne du cancer en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada et Statistique Canada, on met de l’avant le cancer de la peau.

Les faits en bref

  • Le cancer de la peau est le cancer le plus fréquent au Canada; en 2014, environ 6500 nouveaux cas de mélanome et quelque 76 100 cancers de la peau autres que le mélanome (CPAM) seront diagnostiqués.
  • On prévoit qu’il y aura, en 2014, quelque 1050 décès causés par un mélanome et 440 décès causés par un CPAM.
  • Les nouveaux cas de mélanome et de CPAM réunis seront presque aussi nombreux que les nouveaux cas des quatre principaux cancers réunis (poumon, sein, prostate et colorectal).
  • Un Canadien sur 59 sera atteint d’un mélanome pendant sa vie et 1 sur 240 mourra de cette maladie.
  • Une Canadienne sur 73 sera atteinte d’un mélanome pendant sa vie et 1 sur 395 mourra de cette maladie.
  • Le cancer de la peau est l’un des cancers qui progressent le plus rapidement au Canada.

Types de cancer de la peau

Le mélanome est le plus mortel des deux grands types de cancer de la peau, soit le mélanome et le CPAM.

  • Le CPAM est beaucoup plus fréquent que le mélanome. Il existe deux sous-types de CPAM : le carcinome spinocellulaire (CSC) et le carcinome basocellulaire (CBC).
  • Le CSC a tendance à être plus agressif que le CBC. Il est plus susceptible de se propager aux tissus graisseux situés sous la peau, aux ganglions lymphatiques ou à des parties du corps éloignées.
  • Le CBC a l’habitude d’évoluer lentement. Il est très rare que le CBC se propage aux ganglions lymphatiques voisins ou à des parties du corps éloignées. Cependant, si le CBC n’est pas traité, il peut s’étendre dans les régions voisines et se propager aux os ou sous la peau.

Incidence : mélanome

  • En 2010, le taux d’incidence du mélanome était de 14,7 pour 100 000 chez les hommes et de 11,9 pour 100 000 chez les femmes.
  • L’incidence du mélanome a augmenté de manière appréciable chez les hommes et les femmes au cours des 25 dernières années.

    • Chez les hommes, le taux d’incidence normalisé selon l’âge (TINA) a progressé de 2 % par année en moyenne entre 1986 et 2010, passant de 9 à 15 cas pour 100 000.
    • Chez les femmes, le TINA du mélanome a progressé de 1,5 % par année en moyenne pendant la même période, passant de 8 à 12 cas pour 100 000; notons cependant que la progression annuelle s’est accélérée au cours des huit dernières années pour atteindre 2,6 %.
  • L’incidence du mélanome augmente de manière exponentielle avec l’âge. Ainsi, ce cancer est très rare avant l’âge de 15 ans – moins de 1 cas pour 100 000 – et le pic d’incidence survient chez les hommes de 85 à 90 ans, soit environ 85 cas pour 100 000.

Incidence : cancer de la peau autre que le mélanome

  • Le cancer de la peau autre que le mélanome (CPAM) représente au moins 30 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer au Canada. Environ 80 % des CPAM sont des CBC et environ 20 %, des CSC.
  • Le risque à vie de CPAM est évalué à 13 % (environ 1 sur 8) pour le CBC et à 5 % (1 sur 20) pour le CSC.
  • La majorité (62 %) des cas de CSC touchent des hommes, tandis que les cas de CBC sont répartis à peu près également entre les hommes et les femmes.

Survie : mélanome et cancer de la peau autre que le mélanome

  • Dans le cas du mélanome, le taux de survie relative à cinq ans s’établit à 85 % chez les hommes et à 92 % chez les femmes.
  • Le taux de survie relative à cinq ans se situe à 95 % pour le CSC et à 101 % pour le CBC (c’est-à-dire que le taux de survie est plus élevé que dans la population générale de même âge et de même sexe).

Décès : mélanome

  • Un (1) homme sur 240 et une (1) femme sur 395 mourront d’un mélanome.
  • En 2009, le taux de mortalité associé au mélanome au Canada était de 3,2 pour 100 000 chez les hommes et de 1,6 pour 100 000 chez les femmes.
  • Le taux de mortalité associé au mélanome a augmenté de manière considérable chez les hommes et les femmes au cours des 25 dernières années :
    • Chez les hommes, le taux de mortalité normalisé selon l’âge (TMNA) a progressé de 1,2 % par année entre 1986 et 2009, passant de 2,3 à 3,2 pour 100 000.
    • Chez les femmes, il s’est accru de 0,4 % par année en moyenne pendant la même période, passant de 1,3 à 1,6 pour 100 000.
  • Un peu comme dans le cas de l’incidence, la hausse du taux de mortalité associé au mélanome est plus marquée chez les personnes âgées que chez les jeunes Canadiens :
    • La progression la plus marquée du TMNA de 1986 à 2009 a été notée chez les hommes et les femmes de 75 ans ou plus, soit 3,4 % et 1,9 % par année respectivement. Au cours de cette même période, le TMNA associé au mélanome ne s’est pas accru chez les hommes et les femmes de 15 à 64 ans. En fait, le TMNA a considérablement diminué, soit de 2,4 % par année, chez les hommes et les femmes de 30 à 44 ans.

Prévalence

  • Le 1er janvier 2009, on évaluait à 39 495 le nombre de Canadiens ayant reçu un diagnostic de cancer de la peau au cours des 10 années précédentes et encore en vie à ce moment.

Facteurs de risque du cancer de la peau

  • Le principal facteur de risque de cancer de la peau est la surexposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil ou des appareils de bronzage artificiel, responsable d’une proportion des cas pouvant atteindre 90 % en Amérique du Nord.
  • Le risque de mélanome est plus élevé (au‑delà de deux fois plus) chez les personnes au teint clair – surtout celles dont la peau brûle facilement et bronze difficilement – aux cheveux roux ou porteuses de grains de beauté multiples ou atypiques.
  • Les personnes qui attrapent cinq coups de soleil ou plus au cours d’une décennie de leur vie, quelle qu’elle soit, seront exposées à un risque de mélanome au‑delà de deux fois plus élevé.
  • Les antécédents familiaux de mélanome ou la survenue d’un mélanome chez un parent du premier degré multiplient par deux à quatre le risque de mélanome.
  • Enfin, le risque de mélanome est plus grand chez les personnes ayant déjà souffert d’un mélanome ou d’un cancer de la peau autre que le mélanome.

Tendances dans le monde

  • Dans le monde, le mélanome représente 4 % de l’ensemble des cancers de la peau, mais 80 % des décès par cancer de la peau et 1 à 2 % de l’ensemble des décès par cancer lui sont imputables.
  • Selon des estimations mondiales, on a dénombré en 2012 plus de 230 000 nouveaux cas de mélanome et quelque 55 000 décès en découlant.

-30-

Glossaire

La survie relative à cinq ans est la proportion de patients en vie cinq ans après le diagnostic, après redressement pour tenir compte des décès attendus chez les personnes du même âge dans la population générale. La survie relative constitue l’indicateur le plus fréquent de la survie des patients atteints de cancer dans une population.

Le taux normalisé en fonction de la répartition par âge de la population correspond au nombre de personnes par tranche de 100 000 qui reçoivent un diagnostic de cancer ou meurent d’un cancer. La normalisation selon l’âge permet la comparaison de taux d’une année à l’autre, car elle rend compte de la variation de l’âge de la population au fil du temps.

La prévalence est le nohttp://sc.cancer.ca/sitecore/shell/Controls/Rich%20Text%20Editor/EditorPage.aspx?da=core&id=%7bF8A065E5-7019-4BC5-9896-3D52189F2629%7d&ed=FIELD1979289860&vs&la=fr-CA&fld=%7b42B7115F-BCB4-40E1-83A3-35763DF4A160%7d&so&di=0&hdl=H1979289922&us=sitecore%5cmgriffith&mo&pe=0#mbre de cas de cancer nouveaux ou préexistants ou de personnes atteintes du cancer au sein d’une population donnée qui sont en vie à une date précise (date de référence).

CPAM : cancer de la peau autre que le mélanome

CSC :carcinome spinocellulaire

CBC : carcinome basocellulaire

TMNA : taux de mortalité normalisé selon l’âge

Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, dont la mission est l’éradication du cancer et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et à nos bénévoles, la Société est l’organisme qui a le plus d’impact, sur le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Forts des progrès réalisés, nous travaillons avec les Canadiens afin de changer le cancer pour toujours. Pour plus d’information, visitez cancer.ca ou appelez sans frais notre Service bilingue d’information sur le cancer au 1 888 939‑3333 (ATS 1 866 786‑3934).

Renseignements :

Rosie Hales

Spécialiste des communications

Société canadienne du cancer

bureau national

Téléphone : 416 934-5338