Analyse bibliométrique des subventions de recherche

L’évaluation du programme de subventions de recherche comprend deux analyses bibliométriques. Cinq indicateurs bibliométriques de la performance scientifique ont été mesurés : le nombre d’articles, la moyenne des citations relatives (MCR), le nombre d’articles dans les 5 % d’articles les plus cités, la moyenne des facteurs d’impact relatifs (MFIR) et l’indice de spécialisation (IS). Ces études ont généré tout un éventail de renseignements sur la production scientifique et sur l’impact du programme de subventions de recherche. La SCC a mis à profit ces renseignements lors des décisions concernant l’avenir du programme. 

Phase I

La première analyse a quantifié les données scientifiques produites par les chercheurs ayant bénéficié d’une subvention de recherche de l’Institut national du cancer du Canada (INCC) entre 1994 et 2006 (comprend les subventions accordées par la Société canadienne du cancer et la Fondation Terry Fox). La productivité des chercheurs ayant bénéficié d’une subvention de l’INCC a également été comparée à celle des chercheurs canadiens en général et à celles des chercheurs subventionnés par le National Cancer Institute (NCI) des États‑Unis.

Points saillants
  • Les chercheurs subventionnés par l’INCC sont à l’origine de près de la moitié des articles canadiens parus dans les revues médicales traitant du cancer.
  • Les articles publiés par les chercheurs subventionnés par l’INCC ont eu un impact scientifique plus important que ceux publiés par les autres chercheurs canadiens.
  • Les chercheurs subventionnés par l’INCC ont produit, en moyenne, pratiquement autant d’articles par an que les chercheurs subventionnés par le NCI, bien qu’ils aient bénéficié de subventions d’un montant environ cinq fois moindre par chercheur.
  • Les chercheurs subventionnés par l’INCC ont été plus productifs que ceux qui ne l’ont pas été.
  • Les articles publiés par les chercheurs subventionnés par l’INCC ont eu un impact scientifique plus important que ceux publiés par les chercheurs non subventionnés par l’INCC.

Phase II

La seconde analyse a quantifié la production scientifique des chercheurs ayant bénéficié de subventions de recherche individuelles (accordées par la Société canadienne du cancer uniquement) entre 1994 et 2006, alors qu’ils recevaient des fonds et qu’ils n’en recevaient pas, pour la comparer ensuite à celle des chercheurs canadiens en général. L’analyse a également établi une comparaison entre un groupe de chercheurs ayant bénéficié de subventions de recherche individuelles et un autre groupe ayant bénéficié de subventions de recherche collectives (accordées par la Société canadienne du cancer et la Fondation Terry Fox).

Points saillants
  • Les articles publiés par les chercheurs subventionnés par la Société canadienne du cancer ont eu un impact scientifique plus important que les articles publiés par les autres chercheurs canadiens.
  • Les articles publiés par les chercheurs subventionnés par la Société canadienne du cancer ont eu un impact scientifique plus important lorsque ceux‑ci bénéficiaient des subventions de la Société canadienne du cancer que lorsqu’ils n’en bénéficiaient pas.
  • Les chercheurs subventionnés par la Société canadienne du cancer sont à l’origine de 33 % des articles canadiens parus dans le domaine de la recherche sur le cancer.
  • Les chercheurs subventionnés par la Société canadienne du cancer ont été plus productifs lorsqu’ils bénéficiaient des subventions de la Société que lorsqu’ils n’en bénéficiaient pas.
  • Les chercheurs qui ont bénéficié de subventions de recherche collectives ont été plus productifs et les articles qu’ils ont publiés ont eu un impact scientifique plus important que ceux des chercheurs ayant bénéficié de subventions de recherche individuelles.

Dernière modification le: 22 septembre 2017