Subventions d’équipe pour la recherche sur la survie au cancer de la SCC et des IRSC

Veuillez consulter la section admissibilité, exigences et obligations avant de créer votre demande.

Dates limites

Lancement du programme : début-milieu du mois de mars 2019
Date limite d’inscription : 29 mai 2019
Date limite de dépôt des demandes intégrales : 10 septembre 2019
Annonce des résultats : novembre 2019
Date prévue de début du financement : 1er décembre 2019

On peut se procurer les guides de présentation des demandes à la page EGrAMS documentation for applicants

Partenaires pour le lancement du programme

La Société canadienne du cancer (SCC) et l’Institut du cancer des Instituts de recherche en santé du Canada (IC-IRSC) se sont tous deux engagés à verser un total de 5 millions de dollars sur cinq ans afin de financer ce programme de Subventions d’équipe pour la recherche sur la survie au cancer.

Pour de plus amples renseignements sur l’IC-IRSC, veuillez consulter la section « Description des partenaires » ci-dessous.

Contexte

Au Canada, environ les deux tiers des personnes atteintes d’un cancer vivent au moins cinq ans après le diagnostic, bien que les taux de survie varient considérablement selon le type ou le site de cancer. Ainsi, plus de 1 million de Canadiens sont touchés par le cancer à l’heure actuelle, et ce nombre va vraisemblablement grimper en flèche dans les vingt prochaines années.

La survie au cancer est un domaine complexe qui, à ce jour, a été moins bien étudié que les autres phases de soins. Les traitements ont beaucoup de conséquences médicales et non médicales, qui dépendent de l’âge, du sexe, du genre, de l’origine ethnique, du type ou site de cancer et du type de traitement. Une fois la phase de traitement actif terminée, certains survivants du cancer s’épanouissent et connaissent peu d’effets indésirables tandis que d’autres sont aux prises avec toutes sortes d’effets physiologiques, psychologiques et psychosociaux, souvent débilitants, qui peuvent persister pendant des années. Les effets à long terme comprennent la fatigue, des neuropathies, des déficits cognitifs, des troubles sexuels, l’anxiété, la dépression, des problèmes socioéconomiques et des questions d’ordre spirituel, alors que les effets tardifs comprennent des troubles musculosquelettiques, une dysfonction ou une défaillance d’organes importants, une récidive et des deuxièmes cancers. À ces effets s’ajoutent, dans bien des cas, un accès inadéquat aux renseignements et au soutien fournis en temps opportun, de même qu’une qualité inégale et inconstante dans les modèles de soins. Il existe d’énormes disparités au Canada en matière de soins et de résultats pour les survivants, et il est urgent d’y accorder de l’attention si nous voulons offrir les meilleurs soins possibles à tous les Canadiens et réduire le fardeau global du cancer.

Dans la dernière année, deux publications clés ont mis en évidence les lacunes actuelles dans la recherche sur la survie. La première est le Cadre pancanadien de recherche sur la survie au cancer, commandé par l’Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer (ACRC), et la deuxième est Living with and Beyond Cancer: Research Priority Setting Partnership du National Cancer Research Institute du Royaume-Uni. Les deux publications sont le fruit d’une enquête approfondie menée auprès de survivants, d’aidants, de familles, de professionnels de la santé de première ligne, de chercheurs et de décideurs, avec le soutien de comités consultatifs d’experts. Malgré des méthodologies différentes, les lacunes relevées dans la recherche concordent en grande partie et les deux rapports soulignent la nécessité d’une science de mise en œuvre et d’une approche de recherche participative, où les survivants, les aidants et les utilisateurs potentiels des connaissances s’engagent à titre de membres actifs à part entière des équipes de recherche.

Les principales recommandations peuvent être regroupées en quatre grands thèmes :

  • Assurer une participation continue et utile de survivants du cancer et de leurs proches/amis aidants tout au long du processus de recherche.
  • Harmoniser les appels de demande de financement aux besoins existants et à l’impact potentiel.
  • Créer des possibilités de transposer la recherche en pratiques et en politiques.
  • Développer et maintenir en place l’infrastructure et le savoir-faire nécessaires à l’avancement de la recherche.

Le programme de Subventions d’équipe pour la recherche sur la survie au cancer de la SCC et des IRSC répondra aux recommandations énoncées ci-dessus tout en visant à combler les principales lacunes dans la recherche (voir Orientations scientifiques du programme).

Description du programme

Le programme de Subventions d’équipe pour la recherche sur la survie au cancer de la SCC et des IRSC a pour but d’améliorer les résultats sur la santé pour les survivants du cancer de tout âge (enfants, adolescents, jeunes adultes et adultes), à partir du diagnostic de cancer jusqu’au moment du décès ou de l’instauration de soins de fin de vie. Ce programme ne porte pas sur l’amélioration des soins de fin de vie.

Cette occasion de financement se veut un moyen de soutenir la recherche sur de nouvelles interventions susceptibles d’atténuer les problèmes vécus tout au long de l’expérience de survie, de même que l’évaluation et la validation d’interventions existantes en vue de leur application potentielle en tant que meilleures pratiques.
L’objectif du programme se réalisera avec l’aide d’un réseau d’équipes multidisciplinaires, chacune étant dirigée par un chercheur principal désigné et au moins deux cochercheurs principaux et/ou codemandeurs, dont l’un qui doit en être à ses cinq premières années de carrière comme chercheur indépendant, issus d’au moins trois différentes régions du Canada (provinces de l’Atlantique [Nouvelle‑Écosse, Nouveau‑Brunswick, Terre‑Neuve‑et‑Labrador et Île‑du‑Prince‑Édouard], centre du Canada [Ontario et Québec], Prairies [Manitoba, Saskatchewan et Alberta], Côte Ouest [Colombie-Britannique] et Territoires [Territoires du Nord-Ouest, Nunavut et Yukon]).

Ensemble, les équipes retenues devront générer de nouvelles connaissances pertinentes puis élaborer et évaluer des stratégies et interventions pratiques, dans des situations réelles, qui vont prévenir ou réduire les séquelles d’un diagnostic de cancer et améliorer les résultats subséquents sur la santé pour les survivants du cancer.

Par ailleurs, chaque équipe devra se doter d’un plan bien conçu pour intégrer les éléments suivants à son projet :
  • Démarches de science de mise en œuvre qui facilitent l’élaboration de stratégies visant à surmonter les obstacles à l’adoption, à l’adaptation, à l’intégration, à l’élargissement et/ou à la pérennité des interventions fondées sur des données probantes. Les stratégies permettant d’intégrer des interventions fondées sur des données probantes dans des contextes bien précis sont fortement encouragées.
  • Modèle de recherche qui incarne les valeurs de recherche participative communautaire, où les survivants et leurs proches/amis aidants sont engagés dans tout le processus de recherche, de la formulation des questions de recherche initiales à la diffusion et à l’application des résultats de recherche.
  • Pour chaque équipe, présence (équilibre) de chercheurs à tous les stades d’une carrière en recherche (début, milieu et fin) et de professeurs (adjoints, agrégés et titulaires), diversité et plan intégré pour le mentorat et la pérennité.

L’objectif du programme sera atteint par la tenue régulière d’événements/activités de réseautage devant soutenir et renforcer les capacités de chaque équipe de catalyser l’engagement des survivants/aidants et la mobilisation des connaissances.

Orientations scientifiques du programme

Dans le cadre de ce concours, un survivant du cancer est défini comme étant toute personne qui est ou a été touchée par le cancer, y compris les membres de la famille, les amis et les aidants qui font également partie de l’expérience de survie.

Les domaines de recherche admissibles comprennent, sans s’y limiter :

  • Les stratégies et interventions utilisées pendant un traitement actif pour prévenir ou réduire l’apparition des effets secondaires tardifs et à long terme associés aux traitements anticancéreux.
  • Les stratégies et interventions pour atténuer les répercussions sur la santé physique, psychologique, psychosociale et mentale des personnes touchées par le cancer, qu’il s’agisse de survivants ou d’aidants.
  • Les stratégies de surveillance et les interventions pour réduire le risque de récidive;
  • Les stratégies et interventions pour réduire les répercussions économiques et fonctionnelles d’un diagnostic de cancer, y compris les incidences économiques sur les aidants et le système de soins de santé.
  • L’élaboration et l’évaluation de meilleurs modèles de soins après un diagnostic de cancer, comprenant des soins de transition.
  • Les stratégies et interventions pour réduire les inégalités au pays et répondre aux besoins non comblés de populations particulières telles que les populations autochtones, la communauté LGBTQ, les minorités culturelles et linguistiques, les citadins pauvres ou les habitants des régions rurales ou éloignées.

Les demandes de subventions pour des projets de recherche sur la survie chez les enfants, les adolescents et/ou les jeunes adultes sont encouragées.

Fonds disponibles

Les équipes peuvent demander jusqu’à 500 000 $ par année pour un maximum de 2,5 millions de dollars sur une période de cinq ans. Les subventions ne seront pas renouvelables. Le budget total alloué à ce concours étant de 10 millions de dollars, au moins quatre équipes pourraient recevoir un financement dans le cadre de ce concours. L’engagement d’autres partenaires pourrait accroître ce nombre.

Le financement sera fourni afin de couvrir les coûts directs de la recherche, dont les fournitures, les salaires et le matériel associés aux travaux envisagés. Les demandes pour le matériel ne pourront pas dépasser 10 % du budget demandé. Les coûts indirects ne sont pas admissibles. * Veuillez noter que des fonds de déplacement doivent être prévus au budget de chaque année pour les équipes, aux fins de réseautage.

Comité d’examen par les pairs

Un comité multidisciplinaire d’examen par les pairs sera constitué pour ce concours. Il réunira des experts scientifiques, en plus de représentants bien placés pour faire connaître les points de vue des personnes atteintes, des survivants et des aidants.

L’inscription obligatoire des résumés guidera les exigences pour la composition du comité.

Inscription des résumés

Une limite d’une demande par chercheur principal désigné ou cochercheur principal a été fixée pour ce concours. Cette restriction ne s’applique pas aux codemandeurs ni aux collaborateurs. Au moins un chercheur principal désigné ou cochercheur principal ou codemandeurs doit être un chercheur en début de carrière (doit en être à ses cinq premières années de carrière comme chercheur indépendant). Le chercheur principal désigné, cochercheurs principaux et/ou codemandeurs, issus d’au moins trois différentes régions du Canada (provinces de l’Atlantique [Nouvelle‑Écosse, Nouveau‑Brunswick, Terre‑Neuve‑et‑Labrador et Île‑du‑Prince‑Édouard], centre du Canada [Ontario et Québec], Prairies [Manitoba, Saskatchewan et Alberta], Côte Ouest [Colombie-Britannique] et Territoires [Territoires du Nord-Ouest, Nunavut et Yukon]).

L’inscription est obligatoire et devra contenir les renseignements sur les demandeurs (chercheurs principaux, codemandeurs, auteurs additionnels, survivants/aidants qui participent à la recherche), le résumé public, le résumé scientifique, les mots clés, une déclaration sur l’impact, les examinateurs suggérés et l’information pour le suivi de la recherche.

Un examen de la pertinence des résumés inscrits sera effectué pour assurer l’alignement sur la description et les orientations scientifiques du programme.

Tout changement majeur apporté au projet proposé ou à l’équipe de demandeurs après la date limite d’inscription des résumés doit être communiqué à la SCC (research@cancer.ca) dès qu’il est connu. Les changements substantiels qui modifient grandement les objectifs et buts généraux de la proposition faisant l’objet du résumé inscrit ne sont pas permis.

Demande intégrale

La proposition ne doit pas excéder 10 pages de texte à simple interligne et 5 pages de figures, de tableaux ou de diagrammes accompagnés de leur légende. Il existe des directives spécifiques pour la présentation d’une demande en ligne.

Les éléments suivants sont requis dans la demande intégrale :

  1. Un résumé public de la proposition de recherche qui démontre comment les survivants/aidants membres de l’équipe prendront part au projet.
  2. Un résumé scientifique qui énonce clairement les buts de la proposition dans son ensemble, notamment tous les travaux antérieurs menés dans le domaine par des membres de l’équipe, le ou les plans expérimentaux, les méthodes et les plans d’analyse.
  3. Une proposition décrivant en détail les travaux à exécuter (dont les buts, les travaux antérieurs, le plan expérimental, les méthodes et l’analyse) et le nom du ou des membres de l’équipe de recherche qui en seront responsables. Les plans pour la science de mise en œuvre, les approches communautaires et l’engagement de nouveaux chercheurs doivent être intégrés à la proposition. Le rôle de chaque membre de l’équipe, y compris celui des survivants/aidants qui participent à la recherche, doit être clairement défini.
  4. La pertinence de la proposition par rapport à la survie au cancer, notamment l’impact qu’auront les résultats sur des problèmes particuliers associés à la survie au cancer. Un plan d’évaluation de l’impact du programme doit être décrit.
  5. Une description détaillée de tous les produits attendus à la suite du financement de ce projet (s’il y a lieu).
  6. Une stratégie détaillée de transfert et de mobilisation des connaissances, qui pourrait comprendre des collaborations et des partenariats avec d’autres établissements de recherche, réseaux et/ou groupes communautaires, comme il convient.
  7. Un budget détaillé et une justification pour les fournitures, les dépenses, le personnel et le matériel nécessaires pour le projet de recherche proposé. Le nombre de personnes requises pour l’exécution des travaux et une description de leur expérience et/ou degré de scolarité doivent y être précisés. Veuillez noter que des fonds de déplacement doivent être prévus au budget de chaque année pour les équipes, aux fins de réseautage.

Critères d’examen

Le comité d’examen préparera des critiques écrites individuelles. Chaque demande sera évaluée comme un tout, et ses éléments distincts ne seront pas évalués séparément. Les équipes doivent démontrer qu’il y a une cohésion et une synergie claires entre les différents aspects de la subvention, travaillant à l’atteinte d’un objectif commun qui correspond à l’objectif du programme de financement. Les critères d’examen des demandes seront les suivants, sans toutefois s’y limiter :
  • la faisabilité du projet proposé et sa pertinence par rapport à la survie au cancer;
  • la possibilité d’interventions pratiques qui, dans des situations réelles, auront un impact direct sur les résultats pour la santé chez les personnes touchées par un diagnostic de cancer;
  • le contexte et les fondements scientifiques du projet de recherche proposé;
  • les qualifications et l’expérience des chercheurs qui dirigent l’équipe et des chercheurs qui participent aux travaux de celle-ci;
  • une preuve de collaboration entre des chercheurs en chef venant d’au moins trois régions géographiques du Canada et l’équipe dans son ensemble;
  • l’équilibre global des membres de l’équipe et la présence d’un plan intégré pour le mentorat et la pérennité;
  • la capacité de science de mise en œuvre/mobilisation des connaissances en tant que partie intégrante de l’équipe;
  • la participation et l’engagement en bonne et due forme des survivants et de leurs proches/amis aidants tout au long du processus de recherche;
  • le caractère approprié des méthodes pour les orientations de la recherche;
  • le caractère approprié de la durée du projet et du montant d’argent demandé;
  • l’intégration appropriée du sexe comme variable biologique et/ou du genre comme déterminant social de la santé, s’il y a lieu;
  • la prise en compte et l’inclusion appropriée d’autres déterminants de la santé tels que le revenu, la scolarité, l’accès aux services de santé et la culture, selon le cas.
Les demandeurs doivent penser à lire la page Admissibilité, exigences et obligations pour obtenir les détails sur les rapports scientifiques, la communication de l’information financière, la reconnaissance des bailleurs de fonds et les politiques de la Société canadienne du cancer.

Description des partenaires

L’Institut du cancer (IC) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) a pour mandat d’appuyer la recherche visant à réduire le fardeau du cancer pour les personnes et les familles par des stratégies de prévention, le dépistage, le diagnostic, des traitements efficaces, des systèmes de soutien psychosocial et des soins palliatifs. Les demandes qui s’attaquent aux disparités en santé ou aux inégalités dans les services aux survivants, un domaine qui fait partie des priorités de recherche stratégiques de l'IC-IRSC, sont particulièrement encouragées.

Multiples demandes ou sources de financement

Il ne doit y avoir aucun chevauchement important (plus de 50 %) entre une demande (y compris celles qui en sont à l’étape du résumé ou de la Lettre de préavis du processus de soumission) en cours dans n’importe quel programme de recherche de la Société canadienne du cancer à la date limite de ce concours. Les demandes en double seront refusées. Il incombe au candidat d’indiquer s’il y a ou non chevauchement. 

Nous rappelons aux candidats de consulter la section admissibilité, exigences et obligations pour en savoir plus sur la présentation de rapports scientifiques et financiers, sur les remerciements aux bailleurs de fonds, sur les politiques de libre accès de la Société canadienne du cancer et sur le financement relatif au tabac.

Dernière modification le: 18 juin 2019