Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Dépistage du cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal est un processus à la fois simple et accessible.

Évidemment, ce n’est pas l’activité la plus agréable. Mais ce test pourrait vous sauver la vie – rien de moins. C’est lorsque le cancer colorectal est détecté et soigné tôt (avant la propagation de la maladie à l’extérieur du côlon) qu’il répond le mieux au traitement.

  • Notre recommandation

    Si vous avez entre 50 et 74 ans et que vous n’êtes pas à haut risque de cancer colorectal, faites une analyse des selles tous les deux ans.

    Si vous avez 75 ans ou plus, demandez à votre médecin si une analyse des selles est indiquée dans votre cas.

    Tout porte à croire que les analyse des selles, avec un suivi approprié, contribuent à réduire de façon substantielle le taux de mortalité par cancer colorectal.

    Tout résultat positif (confirmant la présence de sang dans les selles) pourrait être suivi d’une coloscopie, d’un lavement baryté en double contraste (sorte de radiographie du gros intestin) ou d’une sigmoïdoscopie par tube souple.

    La coloscopie n’est généralement pas recommandée comme test de dépistage aux personnes qui ne sont pas à haut risque de cancer colorectal. Il n’existe pas suffisamment de preuves comme quoi la coloscopie est plus utile que les autres tests de dépistage offerts et elle présente légèrement plus de risque.

    Si vous êtes à haut risque de cancer colorectal

    Les personnes à haut risque de cancer colorectal peuvent avoir besoin de faire des analyses plus fréquemment ou à un plus jeune âge que les autres. Votre risque pourrait être plus élevé si vous avez :

    • un parent, un frère ou une sœur ou un enfant qui a déjà été atteint d’un cancer colorectal;
    • des antécédents personnels de cancer colorectal ou de polypes;
    • une maladie intestinale inflammatoire;
    • certains syndromes héréditaires;
    • des signes ou des symptômes de cancer colorectal.

    Consultez votre médecin. Si votre risque est plus élevé que la moyenne, vous aurez peut-être besoin d’un plan de dépistage personnalisé.

  • Analyse des selles

    Les polypes ainsi que les tumeurs du côlon comportent des vaisseaux sanguins qui peuvent laisser une petite quantité de sang sur les selles lorsqu’elles sont évacuées. Certains tests servent à rechercher la présence de ce sang caché (occulte), invisible à l’œil nu.

    Au Canada, deux types d'analyse des selles servent au dépistage du cancer colorectal :

    Le test de RSOS (recherche de sang occulte) au guaïac

    Ce test permet de déceler des traces de sang dans les selles par une réaction chimique qui se produit sur un carton.

    Le test immunochimique de recherche de sang occulte dans les selles (TIRSOS)

    Ce test permet de déceler des traces dans les selles au moyen d’anticorps spécifiques.

    L’un et l’autre de ces tests consistent à recueillir, à la maison, des échantillons de selles, qui seront ensuite appliqués sur des cartons ou déposés dans des contenants conçus spécialement à cette fin.

    Selon votre lieu de résidence, vous devrez apporter les échantillons ou les envoyer par la poste à un laboratoire médical. Comme certains aliments et médicaments peuvent fausser les résultats, il est important que vous suiviez les instructions fournies dans la trousse. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin si vous avez des questions.

  • Présence de sang dans les selles

    Si l'analyse indique qu’il y a des traces de sang dans vos selles, on devra investiguer davantage pour déterminer l’origine et la cause du saignement. Votre médecin pourra demander les examens suivants :

    • Coloscopie – Un tube mince et souple, muni à son extrémité d’une lumière et d’une caméra, permet de visualiser la muqueuse de tout le côlon. Voyez comment se déroule une coloscopie.
    • Sigmoïdoscopie par tube souple – Un tube lisse et pliable, muni à son extrémité d’une lumière et d’une caméra, permet de visualiser la muqueuse du rectum et de la partie terminale du côlon.
    • Lavement baryté en double contraste – Radiographie du côlon et du rectum utilisant un colorant spécial (baryum), qui permet de voir plus clairement la muqueuse du côlon.

    Si les examens révèlent une anomalie, des échantillons de tissus pourront être prélevés (biopsie) au cours de la coloscopie ou de la sigmoïdoscopie en vue d’effectuer d’autres analyses.

    Autres raisons expliquant la présence de sang dans les selles

    La présence de sang dans les selles n’est pas nécessairement due à des polypes ou à un cancer. Le sang peut venir du côlon ou d’autres parties du tube digestif, tels l’estomac ou l’anus. Le saignement peut être causé par :

    • des ulcères – lésions sur la muqueuse qui tapisse l’intérieur du tube digestif;
    • des hémorroïdes – grossissement ou enflure des veines de l’anus et du rectum;
    • une diverticulose – minuscules poches qui se forment dans des points faibles de la paroi du côlon;
    • la colite ulcéreuse ou maladie de Crohn – inflammation du côlon, aussi appelée maladie intestinale inflammatoire.
  • Avantages et risques du dépistage du cancer colorectal

    Pratiquement tout test ou intervention comporte à la fois des avantages et des risques. Ce qui compte, c’est d’en être informé afin de prendre une décision éclairée – celle qui vous convient le mieux. Aucun test de dépistage n’est absolument infaillible, mais les données scientifiques nous indiquent que l’analyse des selles contribue à réduire les taux de mortalité chez les personnes atteintes de cancer.

    Avantages
    • Taux de survie supérieurs – Dans la plupart des cas, plus le cancer est détecté rapidement, meilleures sont les chances de survie. La recherche démontre que les personnes qui font régulièrement un analyse des selles sont plus à même de survivre au cancer colorectal. Ce test consiste à vérifier la présence de sang caché dans les matières fécales. La surface des polypes de même que des tumeurs du côlon est en effet couverte de vaisseaux sanguins susceptibles de libérer une faible quantité de sang dans les selles. Le test contribue à prévenir le cancer en permettant de découvrir des polypes qui peuvent être enlevés avant de devenir cancéreux.
    • Meilleure qualité de vie – La détection précoce peut également permettre de diminuer la durée du traitement et de la convalescence.
    Risques
    • Faux résultats positifs – Il peut arriver que les résultats d’un test semblent indiquer la présence d’un cancer alors qu’il n’en est rien. De faux positifs peuvent engendrer de l’anxiété, du stress et éventuellement d’autres tests douloureux et inutiles pour infirmer les résultats initiaux (c’est-à-dire pour s’assurer que vous n’avez pas le cancer malgré ce que pouvait suggérer le test de dépistage).
    • Faux résultats négatifs – Un cancer effectivement présent peut ne pas être détecté par le test. De faux négatifs peuvent vous amener, vous ou votre médecin, à ignorer d’autres symptômes provoqués par le cancer, retardant ainsi le diagnostic et le traitement.
    • Surdiagnostic – Certains cancers ne sont pas nécessairement mortels et ne diminuent en rien la qualité de vie. D’après la recherche, toutefois, on sait que la plupart des cancers colorectaux sont dangereux et qu’il importe de détecter et de traiter la maladie aussi rapidement que possible.
    • Exposition accrue à des procédures toxiques – Il se peut qu’une coloscopie soit requise après des résultats positifs au test de recherche de sang occulte. Cette procédure comporte certains risques, par exemple des saignements ou une perforation de l’intestin.
A-|A|A+

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus