Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Le droit du public à l’information

La Société canadienne du cancer est d’avis qu’à titre de citoyens, de travailleurs et de consommateurs, nous avons tous le droit :

  • d’être informés des risques environnementaux et professionnels auxquels nous sommes exposés; 
  • de prendre des décisions éclairées en ce qui concerne notre santé. 

Voilà pourquoi nous souscrivons au droit du public à l’information.

  • Notre point de vue

    La Société canadienne du cancer défend le droit du public à l’information. Nous croyons plus particulièrement que si des gens sont exposés à des substances carcinogènes, ils sont en droit d’en être informés.

  • Qu’est-ce que le droit du public à l’information?

    Ce droit repose sur le principe que nous devrions tous, en tant qu'individus, avoir accès à l’information relative aux risques chimiques existant dans notre milieu. Nous avons le droit d’être informés sur:

    • les produits chimiques présents dans nos communautés; 
    • les ingrédients nocifs que contiennent les produits; 
    • les répercussions que peuvent avoir nos tâches et nos milieux de travail sur notre santé. 
    Le droit du public à l’information:
    • nous permet de prendre des décisions réfléchies et d’agir de manière éclairée quant à nos conditions de travail et de vie 
    • nous rend plus aptes à nous comporter en consommateurs et en citoyens avisés; 
    • incite les entreprises et les organisations à être proactifs, dans une perspective d’amélioration continue, par exemple: 
    • en encourageant les entreprises de fabrication à utiliser des matières plus sécuritaires en remplacement des agents carcinogènes; 
    • en amenant les industries à réduire l’utilisation, le rejet et l’émission de substances dangereuses; 
    • en favorisant des processus clairs et transparents pour l’établissement des priorités et en encourageant l’intervention. 

    Au cours des vingt dernières années, le droit du public à l’information a été au coeur de politiques environnementales fructueuses dans de nombreux pays. Aux États-Unis, par exemple, les émissions de 260 agents carcinogènes connus et d’agents toxiques pour la reproduction ont chuté de près de moitié après l’adoption de la Emergency Planning and Community Right-to-Know Act.

    Le Canada, pour sa part, tire de l’arrière. Il n’est pas facile pour les Canadiens d’obtenir de l’information sur les produits chimiques qui se trouvent dans leurs quartiers, leurs milieux de travail et leurs résidences. Il existe certes des sources d’information, comme l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) et le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT), mais ces renseignements pourraient être plus accessibles.

A-|A|A+

Histoires

Dr Robert Bristow La recherche du Dr Robert Bristow sur le cancer de la prostate pourrait servir à la personnalisation du traitement.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus