Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Radon

Incolore, inodore et insipide, le radon est un gaz présent naturellement dans l’environnement. Le radon se répand dans l’air au cours du processus de désintégration naturelle de l’uranium qui se trouve dans la pierre et le sol. Une fois relâché, le radon se fragmente en particules radioactives qui peuvent se fixer à la poussière et aux autres particules présentes dans l’air que nous respirons. C’est également une forme répandue d’exposition au rayonnement.

  • Sources d’exposition au radon

    Nous sommes exposés au radon lorsque nous respirons de l’air contaminé. Plusieurs modes d’exposition à du radon présent dans l’air sont possibles :

    • L’air intérieur peut être contaminé lorsque le radon présent dans le sol et la pierre autour de la maison s’infiltre à l’intérieur et s’accumule dans des espaces fermés et mal ventilés. 
    • L’air dans les mines d’uranium et les autres mines souterraines contient naturellement des concentrations élevées de radon qui peuvent demeurer élevées en l’absence d’une ventilation adéquate. La Commission canadienne de sûreté nucléaire de même que les autorités provinciales en matière d’exploitation minière régissent les concentrations de radon acceptables dans ces mines. Le risque d’exposition au radon peut également être élevé pour d’autres travailleurs en milieu souterrain, comme le métro ou les tunnels.
    • L’air extérieur aussi contient du radon. Les concentrations de radon en plein air sont habituellement très faibles (entre 5 et 15 Bq/m³) puisque le radon est constamment dilué par l’air frais. À l’extérieur, le radon ne peut s’accumuler à des concentrations suffisamment élevées pour menacer la santé.
    • Rarement, on peut aussi retrouver du radon dans l’eau. Le problème peut se poser lorsque l’eau provient d’une source souterraine, par exemple un puits privé ou communautaire. Le radon qui y est présent s’échappe dans l’air au cours de l’utilisation normale de l’eau, par exemple pendant la douche ou durant la cuisson des aliments. Il importe de préciser que la plupart des collectivités tirent leur eau de réservoirs ou d’autres récipients ouverts, où les concentrations de radon sont très faibles.
  • Radon et cancer

    Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classe le radon parmi les causes connues de cancer. Plus de détails sur la classification des substances carcinogènes.

    L’exposition au radon augmente votre risque de cancer du poumon. Le risque dépend du degré et de la durée de l’exposition, et du fait que vous fumiez ou non. Le cancer du poumon peut apparaître après des années d’exposition au radon. D’après des estimations de Santé Canada, qu’environ 16 % des décès par cancer du poumon sont liés à l’exposition au radon dans les habitations. L’exposition au radon est la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs; au Canada, on estime plus de 3 00 le nombre de décès par cancer du poumon associé au radon, chaque année. Si vous fumez et que vous êtes exposé au radon, vous courez encore plus de risques de développer un cancer du poumon.

  • Notre recommendation

    La concentration de radon doit être abaissée autant qu’elle peut raisonnablement l’être. L’âge de votre maison n’est pas un bon indicateur de la quantité probable de radon à l’intérieur. Le seul moyen de savoir quelle est la concentration de radon dans votre maison, c’est de la mesurer.

    La Société canadienne du cancer recommande aux Canadiens de faire mesurer la concentration de radon dans leur maison et, si elle est élevée, d’agir pour la diminuer.

    Pour mesurer la concentration de radon dans votre maison, vous pouvez acheter une trousse d’analyse dans certaines quincailleries, ou en ligne auprès de plusieurs organismes qui s’emploient à réduire l’exposition au radon. Vous pouvez aussi demander à un professionnel certifié d’effectuer l’analyse pour vous. Apprenez-en plus sur les façons de mesurer la concentration de radon dans votre maison.

    La concentration de radon à laquelle des correctifs s’imposent est de 200 Bq/m3 dans la ligne directrice de Santé Canada, mais diffère d’un pays ou d’un organisme à l’autre. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande une limite de 100 à 300 Bq/m3, et les États-Unis fixent la limite à 148 Bq/m3.

    Si la concentration de radon chez vous dépasse 200 Bq/m3, vous devriez travailler avec un professionnel certifié du PNCR-C pour la réduire. Toutefois, même si elle est inférieure à 200 Bq/m3, rien ne vous empêche de prendre des moyens pour l’abaisser encore plus dans votre maison.

La Société canadienne du cancer considère que tous les Ontariens ont le droit de savoir s’ils sont exposés à des substances carcinogènes afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées en ce qui concerne leur santé. Nous recommandons que le gouvernement de l’Ontario adopte les lignes directrices du Code national du bâtiment concernant la réduction du radon dans le Code du bâtiment de l’Ontario et qu’il présente un programme d’éducation publique sur le radon. Apprenez-en davantage sur cette recommandation et passez à l’action à takeaction.cancer.ca

A-|A|A+

Histoires

Je suis reconnaissante de la chance que nous avons eue, et je veux que toutes les familles aient la même. C’est pour cette raison que la Société canadienne du cancer figure dans mon testament.

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus