Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Phtalates

Les phtalates sont un groupe de composés chimiques qui peuvent rendre certains produits – habituellement de plastique – plus mous et plus flexibles. Ils sont parfois appelés « plastifiants », quoique bien d’autres produits chimiques portent aussi ce nom.

Les phtalates ont une foule d’applications. En voici quelques-unes : 

  • objets en polychlorure de vinyle (PVC), un type particulier de plastique utilisé dans certains produits comme des rideaux de douche;
  • dispositifs médicaux, comme les sacs et les tubulures en PVC pour perfusion intraveineuse;
  • jouets et produits destinés aux enfants;
  • cosmétiques, tels que les vernis à ongles et les parfums.
  • Sources d’exposition aux phtalates

    L’utilisation de produits contenant des phtalates peut vous exposer à ces composés. Les phtalates ne forment pas de lien chimique avec les produits en plastique qui les contiennent, de sorte qu’ils peuvent s’en échapper.

    La population canadienne est exposée à des concentrations relativement faibles de phtalates. Une intervention médicale peut exposer les gens à des quantités plus élevées de phtalates si certains tubes et autres dispositifs médicaux sont faits de plastiques PVC. Les enfants risquent d’être en contact avec des phtalates s’ils sucent des jouets de plastique qui en renferment.

  • Phtalates et cancer

    Il existe de nombreux types de phtalates, dont le phtalate de diéthylhexyle (DEHP) qui est couramment utilisé et étudié. Il est présent dans des produits en vinyle et dans de nombreux dispositifs médicaux en plastique comme des sacs et des tubulures pour perfusion intraveineuse. Le phtalate de diisononyle (DINP) est un autre phtalate souvent utilisé qui est également présent dans beaucoup de produits en vinyle comme les fils et les câbles, les revêtements de sol, les jouets et les boyaux d’arrosage.

    D’après certaines études, le DEHP est à l’origine de tumeurs du foie et de troubles de fertilité chez les rats et les souris. Plusieurs études ont aussi montré que plus les animaux étaient exposés au DINP, plus ils étaient susceptibles de développer des tumeurs. Des données scientifiques indiquent également que certains phtalates agissent comme des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire qu’ils peuvent se comporter comme certaines hormones, ou les imiter, et dérégler l’activité hormonale du corps. Cela pourrait engendrer des anomalies physiques, des problèmes de fertilité et certains types de cancers.

    Il faudra mener d’autres recherches pour déterminer si les effets des phtalates sur les humains sont les mêmes que sur les animaux. Il faut une exposition relativement importante aux phtalates, comme le DEHP et le DINP, pour entraîner ces anomalies constatées chez les animaux de laboratoire. La plupart des Canadiens ne sont pas soumis à une exposition de cette ampleur.

    Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classe le DEHP parmi les causes possibles de cancer (Groupe 2B). Aux États-Unis, selon le programme national de toxicologie (National Toxicology Program ou NTP), le DEHP est considéré comme étant vraisemblablement un agent carcinogène pour l’humain.

    En 2013, le bureau californien de l’évaluation des risques environnementaux sur la santé (California Office of Environmental Health Hazard Assessment) a ajouté le DINP à sa liste de composés chimiques reconnus comme cause de cancer. Le CIRC et le NTP n’ont pas classé le DINP comme étant un agent carcinogène.

  • Conseils pour réduire votre exposition
    Parler à son équipe de soins de santé

    Demandez à votre équipe de soins de santé s’il est possible d’utiliser des sacs et des tubulures sans phtalates (sans PVC). Cela est particulièrement important si vous devez avoir des interventions comme des transfusions sanguines ou la dialyse, si vous êtes enceinte ou si l’intervention est réalisée chez un nourrisson ou un jeune enfant. Il se pourrait que l’utilisation de dispositifs sans PVC ne soit pas toujours possible, surtout en cas d’urgence. Le recours à des produits contenant du plastique PVC pourrait alors vous sauver la vie.

    Vérifier les jouets et les produits destinés aux enfants

    Santé Canada limite actuellement les taux permis de DEHP, de phtalate de benzylbutyle (BBP) et de phtalate de dibutyle (DBP) dans les jouets et les produits des enfants. La quantité permise de phtalate de diisodécyle (DIDP) et de phtalate de di-n-octyle (DNOP) est également restreinte dans les jouets et les produits que les enfants sont susceptibles de porter à leur bouche.

    Si vous n’êtes pas certain qu’un produit contienne des phtalates, renseignez-vous auprès du fabricant.

    Vérifier ses contenants pour la nourriture

    Certains aliments peuvent contenir de petites quantités de phtalates, ceux-ci étant présents dans les plastiques utilisés pour préparer et emballer la nourriture. Essayez d’employer des contenants de verre ou des plastiques souples, comme la pellicule plastique qui est fabriquée avec du polyéthylène de faible densité (LDPE).

    Vérifier ses cosmétiques et ses produits de soins personnels

    Au Canada, tous les produits cosmétiques (produits de maquillage, fixatifs, lotions par exemple) devraient avoir une étiquette affichant leurs ingrédients. Vous pouvez savoir si vos produits contiennent des phtalates en vérifiant la liste d’ingrédients; recherchez le nom complet du phatate, soit phtalate de dibutyle ou phtalate de diéthyle par exemple.

  • Suggestions de liens pour en savoir plus sur les phtalates
    Renseignements généraux à propos des phtalates

    Apprenez-en davantage sur les sources d’exposition aux phtalates, les risques potentiels sur la santé associés à cette exposition, les moyens de limiter votre risque, de même que sur les mesures prises par le gouvernement canadien pour évaluer les dangers des phtalates et protéger la population.

    Santé Canada – Règlement sur les phtalates

    CAREX Canada – Profil carcinogène : phthalates (en anglais)

    Food and Drug Administration (É.-U.) – Avis de santé publique relativement au PVC contenant du DEHP (en anglais)

A-|A|A+

Histoires

Sandra LeBlanc C’est facile de soutenir la Société canadienne du cancer. Chacun d’entre nous est touché d’une manière ou d’une autre par le cancer.

Lisez l'histoire de Sandra

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus