Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Antisudorifiques, désodorisants et cancer du sein

Depuis quelques années, on fait état, notamment dans des courriels et des sites Web, du risque de cancer du sein associé à l'utilisation d'antisudorifiques. On y prétend à tort que :

  • l'utilisation des antisudorifiques est la principale cause du cancer du sein; 
  • les antisudorifiques bloquent la transpiration et empêchent ainsi l'organisme d'éliminer des toxines; 
  • presque tous les cancers du sein se retrouvent dans le quadrant supérieur et externe du sein, exactement où les ganglions lymphatiques sont situés; 
  • les hommes ont moins de chances d'être atteints d'un cancer du sein, car l'antisudorifique reste en grande partie dans les poils et n'est donc pas en contact direct avec la peau. 

De nombreuses études rigoureuses sur les facteurs de risque du cancer du sein montrent que l'utilisation des antisudorifiques ne compte pas au nombre de ces facteurs. Les auteurs d'une étude publiée dans le Journal of National Cancer Institute en octobre 2002 en sont venus à la conclusion que l'utilisation d'un antisudorifique ou d'un désodorisant, ou l'application d'un produit immédiatement après le rasage ou dans l'heure qui suit, n'augmentait aucunement le risque de cancer du sein.

Par ailleurs, les antisudorifiques bloquent effectivement la transpiration, mais le but premier de cette dernière est de refroidir l'organisme, pas de le débarrasser de ses toxines. Les ganglions présents dans les aisselles éliminent certaines toxines de l'organisme certes, mais le foie et les reins jouent un rôle d'élimination plus important, si bien que beaucoup plus de produits toxiques sont éliminés par leur entremise que par la transpiration.

Il est vrai qu'environ la moitié des cancers du sein se retrouvent dans le quadrant supérieur et externe, mais cela n'a rien à voir avec les ganglions lymphatiques : c'est plutôt parce que le tissu mammaire est situé en bonne partie à cet endroit. Les quadrants du sein ne sont pas égaux, et la position du mamelon n'est pas vraiment centrale; une quantité importante de tissu mammaire se prolonge jusque sous le bras.

Comme des facteurs hormonaux sont en cause dans le cancer du sein, on retrouve environ 1 % seulement des cancers du sein chez l'homme. Il n'existe aucune preuve scientifique démontrant que les antisudorifiques ou les désodorisants causent le cancer du sein chez la femme ou chez l'homme ni même en augmentent les risques.

Parabens
Il y a de cela plusieurs années, une étude publiée dans le Journal of Applied Toxicology révélait la présence de substances appelées « parabens » dans 20 tumeurs du sein chez l'humain. Les parabens sont des agents de conservation utilisés dans de nombreux produits cosmétiques, y compris les antisudorifiques. Les chercheurs expliquaient que les parabens avaient des effets analogues à ceux des œstrogènes, qui peuvent accélérer la croissance des tumeurs cancéreuses du sein.

Cette étude n’a pas permis d’établir de lien direct entre l'utilisation d'antisudorifiques et de désodorisants et le cancer du sein. Ce sont des résultats intéressants, mais il reste que cette étude était de faible envergure. On devra mener d'autres études pour élucider la question.

Plus d'informations sur cancer.ca
Facteurs de risque du cancer du sein

A-|A|A+

Histoires

photo of Dan Je me sens honoré d’avoir fait partie de la vie de ces gens... honoré d’avoir été là pour eux, de les avoir écoutés et de leur avoir donné espoir.

Lisez l’histoire de Dan

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus