Dr Steve Manske

Université de Waterloo

Steve Manske
Aider les jeunes à améliorer leur santé

On peut prévenir environ la moitié de tous les cancers en adoptant un mode de vie sain et des politiques promouvant la santé. Les politiques encourageant de saines habitudes de vie, comme éviter les produits du tabac et le bronzage artificiel, sont essentielles à la prévention du cancer, en particulier chez les jeunes.

Au Canada, les lois qui limitent les comportements malsains chez les jeunes (comme les interdictions concernant les produits du tabac aromatisés, les restrictions touchant la vente de produits du tabac et l’interdiction pour les jeunes d’utiliser les lits de bronzage) varient d’une province à l’autre. Les chercheurs doivent comprendre à quel point ces lois sont efficaces et faire savoir aux décideurs comment ils peuvent les améliorer.

Le Dr Steve Manske est chercheur principal au Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel de l’Université de Waterloo, lequel est financé par la Société canadienne du cancer. Le Dr Manske a été un partenaire de poids auprès de nos défenseurs, s’efforçant de combler l'écart entre la recherche, les politiques et la pratique dans ce domaine.

Au centre Propel, le Dr Manske contribue à des programmes de recherche portant sur la lutte antitabac et sur des modes de vie sains, exploitant des données recueillies grâce à l’initiative SHAPES (School Health Action, Planning and Evaluation System). Le système SHAPES crée des profils d’écoles en utilisant des données sur le comportement et l’attitude des étudiants à l’égard de la santé et de l’enseignement, ainsi que des renseignements sur les politiques et les programmes des écoles. Ces profils fournissent aux écoles, aux organismes de santé publique et aux collectivités les outils nécessaires pour prendre des mesures concrètes afin d’améliorer la santé des jeunes.

Aidés d’une subvention offerte par la Société en partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le Dr Manske et sa collègue, la Dre Leia Minaker, sont aussi à la tête du CRAYS (Cancer Risk Assessment in Youth Survey), une enquête portant sur l’utilisation des produits du tabac et des lits de bronzage par les étudiants du secondaire au fil du temps. L’enquête CRAYS recueille également des données sur d’autres questions de santé. Grâce à ces informations, les chercheurs devraient être en mesure d’évaluer avec précision comment les habitudes des jeunes concernant le tabac et le bronzage artificiel évoluent en réponse aux lois existantes, puis de déterminer comment mieux favoriser des comportements sains. Adopter de saines habitudes dès le jeune âge peut réduire le risque d’être atteint d’un cancer plus tard.

En 2014, le Dr Manske et ses collaborateurs ont découvert que plus de la moitié des jeunes Canadiens qui consommaient du tabac optaient pour des produits du tabac aromatisés et que plus de 30 % des jeunes qui avaient fumé au cours du moins précédent avaient consommé des cigarettes au menthol durant la même période. Dans tout le pays, les travaux de son équipe ont servi à défendre des lois visant l’interdiction des produits du tabac aromatisés, y compris ceux au menthol.

Le programme de recherche du Dr Manske illustre bien le pouvoir de la collaboration au sein de la communauté luttant contre le cancer. Ce dernier reconnaît l’importance des contributions faites par des chercheurs de l’ensemble du Canada en appui à ces projets. « Le soutien de la Société canadienne du cancer a réellement permis que de la recherche sur la prévention du cancer soit effectuée au Canada, affirme le Dr Manske. L’engagement continu de la Société envers la prévention du cancer permettra aux Canadiens de vivre des vies productives et en bonne santé. »