Dr Claude Perreault

Institut de recherche en immunologie et en cancérologie

Dr Claude Perreault
Mobiliser le système immunitaire pour combattre le cancer

Si l’hypothèse du Dr Claude Perreault se vérifie, une simple injection pourrait un jour guérir plusieurs types de cancer.

Le Dr Perreault tente de voir comment les lymphocytes T, des cellules de l’organisme qui combattent les infections, pourraient être utilisés pour s’attaquer au cancer (de la même manière qu’ils s’attaquent aux virus comme celui de la grippe).

« Notre idée consiste à traiter les cellules cancéreuses comme s’il s’agissait de cellules infectées », explique le Dr Perreault, chercheur à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie et professeur de médecine à l’Université de Montréal.

Il a été clairement démontré que des lymphocytes T prélevés chez un donneur en santé et injectés à des patients atteints de leucémie peuvent détruire les cellules cancéreuses. De fait, ces injections combattent plus efficacement le cancer que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Le principal problème est que les lymphocytes T du donneur s’en prennent également aux cellules saines – d’où une issue souvent fatale.

Grâce à une subvention de la Société canadienne du cancer, le Dr Perreault a été le premier à réussir à contourner ce problème et à prouver que l’injection de lymphocytes T pouvait détruire les cellules leucémiques tout en épargnant les cellules saines chez la souris.

Cette découverte a suscité un intérêt à l’échelle internationale. Depuis, le Dr Perreault a démontré que sa technique est également efficace pour les tumeurs solides de la peau et du côlon.

« Ce qui nous a mis sur la bonne voie, c’est l’injection de lymphocytes T, qui considèrent les cellules cancéreuses comme des étrangères et par conséquent les rejettent. En fait, le cancer est causé par des mutations génétiques et la survie des cellules cancéreuses est tributaire de ces mutations. Mais heureusement, ces mutations impliquent la production de molécules exogènes auxquelles les lymphocytes T sont sensibles. »

Grâce aux fonds accordés par la Société, l’équipe du Dr Perreault a pu mettre au point une toute nouvelle méthode pour déceler les molécules exogènes induites par une mutation sur les cellules cancéreuses. Cette technique leur a permis de découvrir récemment, chez les souris, d’innombrables molécules de cancer pouvant être détectées par les lymphocytes T. Le Dr Perreault croit que ces molécules constituent le talon d’Achille des cellules cancéreuses – non seulement chez les souris, mais aussi chez les humains. « Les systèmes immunitaires d’une souris et d’un humain sont pratiquement identiques, ce qui me permet d’être très optimiste. »

Le Dr Perreault met actuellement en application une nouvelle approche pour identifier les molécules qui attirent les propriétés anticancéreuses des lymphocytes T. Les résultats obtenus pourraient permettre à un plus grand nombre de personnes atteintes de cancer de tirer profit de l’immunothérapie, en particulier dans les cas où la maladie résiste aux traitements plus classiques, comme la chimiothérapie. Cette recherche a été citée parmi les dix projets les plus prometteurs que la Société a subventionnés en 2014.

« Depuis plusieurs années, la Société canadienne du cancer joue un rôle déterminant par son appui aux travaux scientifiques de mon groupe, déclare le Dr Perreault. Par-dessus tout, nos contacts répétés avec les employés, bénévoles et chercheurs de la Société constituent une source intarissable de motivation et d’inspiration. »

×