Rachelle Pitre

Protéger les Canadiens contre le cancer de la peau

Jusqu’à l’annonce du diagnostic, elle ne savait pas du tout que le bronzage sans soleil augmentait le risque de cancer.

Avant, Rachelle Pitre pensait qu’être bronzée, c’était génial. À l’adolescence, elle a commencé à fréquenter les salons de bronzage et a été une habituée de ceux-ci pendant une dizaine d’années. Jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’elle était atteinte d’un cancer de la peau.

Cette Québécoise a dû subir de multiples interventions chirurgicales très douloureuses pour qu’on lui retire ses nombreuses tumeurs. Rachelle a eu de la chance : à 31 ans, elle fait partie de ceux qui ont vaincu le cancer. Elle a dû changer radicalement plusieurs de ses habitudes de vie et doit notamment éviter de s’exposer au soleil.

Jusqu’à l’annonce du diagnostic, elle ne savait pas du tout que le bronzage sans soleil augmentait le risque de cancer. Aujourd’hui, elle joint sa voix à celle de la Société canadienne du cancer pour mettre la population en garde contre les dangers du bronzage. Ses efforts ont été récompensés : le Québec a adopté récemment une nouvelle loi interdisant la vente de services de bronzage aux jeunes.

Grâce au travail de sensibilisation de la Société au pays, plusieurs provinces ont adopté des lois semblables au cours des dernières années. Nous continuerons de nous battre pour mettre tous les jeunes Canadiens à l’abri des risques du bronzage sans soleil.