Sarah Metcalfe

Sauver des vies par le financement de la recherche

Sarah Metcalfe tenant un luminaire
Il est primordial que la Société canadienne du cancer offre du soutien et finance la recherche.

Sarah Metcalfe, 58 ans, a été frappée par le cancer plus souvent qu’à son tour.

Huit membres de sa famille ont eu le cancer avant que Sarah ne reçoive elle aussi un diagnostic de cancer du sein en 2011. « Pas encore », a été sa réaction chaque fois. Le cancer a atteint non seulement ses tantes, ses oncles et son père, mais également son époux, qui a eu le cancer des os au début de la trentaine. Peu après que Sarah a reçu son diagnostic de cancer du sein, un sarcome des tissus mous a été trouvé chez sa mère.

« Les cas de cancer qui sont survenus dans notre famille n’étaient pas reliés; ils n’étaient pas héréditaires, affirme Sarah. J’ai été aux prises avec le cancer pour la première fois lorsque j’étais jeune et que ma tante est décédée du cancer du sein. Mais la bonne nouvelle, c’est que 45 ans plus tard, je constate que d’énormes progrès ont été réalisés dans la lutte contre cette maladie. »

Après avoir elle-même été diagnostiquée, Sarah a été invitée à participer au Tour des survivants du Relais pour la vie. Depuis lors, elle y prend part à titre de bénévole et de participante.

« Un bénévole m’a dit que j’étais devenue une survivante à partir du moment où mon cancer a été diagnostiqué, confie Sarah. Cette année-là, j’ai marché sans cheveux avec mon mari à mes côtés. Cette expérience m’a profondément touchée. Il est tellement difficile de composer avec cette maladie; il est primordial que la Société canadienne du cancer offre du soutien et finance la recherche. »

×