Helen Storey

Un héritage pour les générations futures

Helen Storey
Grâce aux fonds qu’elle a légués pour la recherche sur le cancer de l’ovaire, Helen Storey continue de veiller au mieux-être d’autrui.

L’annonce d’un diagnostic de cancer de l’ovaire peut être difficile à prendre – en effet, ce type de cancer est souvent détecté lorsqu’il a atteint un stade avancé, réduisant les chances de survie de la patiente. Helen Storey n’a guère eu le temps de réagir à la nouvelle; moins d’une semaine après avoir appris qu’elle était atteinte, elle était sur la table d’opération.

Helen, qui était âgée de 80 ans au moment de son diagnostic en 2007, a ensuite connu une période de rémission avant que son cancer ne récidive, quatre ans plus tard.

« Même très malade, elle tenait à être aussi positive que possible et à préparer la suite des choses », évoque Mary Lou Fitzgerald, l’aînée des trois enfants d’Helen.

Lorsqu’il est devenu évident qu’aucun traitement ne pouvait plus être envisagé, Helen a fait un don de 25 000 $ à la Société canadienne du cancer pour la recherche sur le cancer de l’ovaire. Ce legs permet actuellement de financer les travaux d’un chercheur de l’Université de l’Alberta qui étudie la possibilité d’appliquer une nouvelle approche thérapeutique, seule ou en association avec la chimiothérapie traditionnelle, pour traiter le cancer de l’ovaire au stade avancé.

Une telle générosité est tout à fait à l’image de ce qu’Helen était dans la vie, au dire de ses parents et amis. Après avoir étudié auprès des Sœurs Grises afin de devenir infirmière à l’Hôpital général d’Edmonton, Helen s’est mariée avec Clifford et a fondé une famille à laquelle elle a consacré sa vie.

Helen était une personne toujours prête à rendre service et à s’occuper de ses proches. Elle s’est éteinte en juillet 2013, entourée des siens. Mais grâce aux fonds qu’elle a légués pour la recherche sur le cancer de l’ovaire, elle continue de veiller au mieux-être d’autrui.

×