Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:
A-|A|A+

Nos réussites

La Société canadienne du cancer encourage les différents paliers de gouvernement au Canada à adopter des politiques publiques en vue de prévenir le cancer et de venir en aide aux personnes touchées par la maladie. Voyez ci-dessous quelques exemples récents de nos réussites en matière de défense de l’intérêt public.

  • Soutien aux proches aidants du Canada

    Les proches aidants constituent l’épine dorsale de notre système de santé; en 2009 seulement, la valeur des soins qu’ils ont prodigués est estimée à plus de 25 milliards de dollars. La plupart sont des femmes et disposent d’un revenu annuel inférieur à 45 000 $. Les proches aidants se retrouvent souvent en position de vulnérabilité sur les plans financier, physique et émotionnel.

    La Société canadienne du cancer plaide en faveur d’un meilleur soutien pour les aidants depuis plus de dix ans et réclame l’adoption d’une stratégie nationale pour les aidants.

    Nos initiatives ciblées de défense de l’intérêt public auprès des dirigeants politiques ont connu un succès notable, comme en témoignent ces mesures adoptées par le gouvernement fédéral :

    • Janvier 2009sanction de la Loi sur l’équité pour les travailleurs indépendants, permettant aux travailleurs autonomes de recevoir des prestations de compassion s’ils versent des cotisations en vertu du programme d’assurance-emploi
    • Février 2012 – annonce du crédit d’impôt pour proches aidants, permettant aux aidants de bénéficier d’une déduction au moment de faire leur déclaration de revenus
    • Août 2012mise en application d’une nouvelle prestation de l’assurance-emploi pour les parents d’enfants de moins de 18 ans gravement malades, permettant aux aidants de recevoir un revenu pendant une période maximale de 35 semaines
    • Avril 2015 – annonce de l’amélioration des prestations de compassion de l’assurance-emploi qui permettront aux personnes admissibles de recevoir jusqu’à 26 semaines de prestations, une hausse par rapport aux 6 semaines actuelles  
    Suite des choses

    Nous allons maintenir nos efforts en vue de réduire le plus possible le fardeau financier des Canadiens touchés par le cancer et d’assurer à tous l’accès aux soins dont ils ont besoin, à l’endroit opportun et de la part des personnes les mieux habilitées à les prodiguer – et cela inclut des soins palliatifs de qualité.

  • Amiante

    Toutes les formes d’amiante causent le cancer. La Société canadienne du cancer demande depuis longtemps à tous les paliers de gouvernement au Canada d’adopter une stratégie globale couvrant tous les aspects du dossier de l’amiante.

    Nous avons fait pression pour que le dossier de l’amiante devienne un enjeu de la campagne électorale provinciale qui s’est déroulée au Québec à l’été 2012; trois des quatre principaux partis ont d’ailleurs promis de s’opposer à l’industrie de l’amiante s’ils étaient élus.

    En septembre 2012, le gouvernement québécois nouvellement élu a annulé une garantie de prêt qui avait été consentie à l’industrie de l’amiante. En réaction à ce geste, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il ne s’opposerait plus à l’inscription du chrysotile sur la liste des substances dangereuses en vertu de la Convention de Rotterdam.

    Suite des choses

    La Société demande instamment au gouvernement fédéral d’adopter une stratégie globale couvrant tous les aspects de la problématique de l’amiante et comportant les mesures suivantes :

    • établir immédiatement un calendrier ferme pour l’élimination progressive de l’usage et de l’exportation de l’amiante
    • mettre sur pied un système national de surveillance afin de suivre de près l’état de santé des personnes déjà exposées à l’amiante
    • créer un registre public des immeubles contenant de l’amiante
    • fournir un soutien à la transition des communautés touchées
    • ajouter le chrysotile à la liste des substances soumises au mécanisme de consentement préalable en connaissance de cause de la Convention de Rotterdam
  • Lutte antitabac

    La Société canadienne du cancer est en première ligne de la lutte au tabagisme depuis plusieurs dizaines d’années. Nous avons fait campagne pour qu’il soit interdit de fumer dans les endroits publics et sur les lieux de travail dans tout le pays. De plus, au cours des dernières années, nous sommes intervenus auprès du gouvernement fédéral pour assurer la protection du public notamment par :

    • L’inscription de mises en garde illustrées sur les paquets de cigarettes : En 2000, le Canada a été le premier pays au monde à imposer des mises en garde illustrées sur les paquets de cigarettes, mesure qui est entrée en vigueur en 2001. Aujourd’hui, près de 50 pays/territoires ont suivi l’exemple canadien. Les illustrations montrent les effets du cancer et du tabagisme, notammentau moyen de photos couleur de tumeurs pulmonaires et de bouches déformées par la maladie.

      En janvier 2002, la Société a publié une étude démontrant l’efficacité des mises en garde graphiques.

      En septembre 2011, les mises en garde allaient augmenter de taille de manière à occuper 75 % des faces avant et arrière du paquet et comporter à l’avenir le numéro sans frais d’une ligne téléphonique à l’intention des fumeurs désirant obtenir de l’aide pour renoncer au tabac. Dans plusieurs provinces, ce service est fourni par la Téléassistance pour fumeurs de la Société (ligne j’Arrête au Québec).

    • L’interdiction des produits de tabac aromatisés : En juin 2008, à la suite d’une enquête selon laquelle un grand nombre d’adolescents se laissaient tenter par les cigarillos, la Société a réclamé l’interdiction des produits de tabac aromatisés et a rencontré des représentants du gouvernement afin de les convaincre de faire obstacle à cette dangereuse tactique de marketing.

      En octobre 2009, le gouvernement fédéral a adopté des mesures législatives rendant illégale la vente de cigarettes, de cigares et de feuilles d’enveloppe aromatisés au Canada.

  • Oakville, région de Peel et Mississauga adoptent les premiers règlements sur le bronzage artificiel en Ontario

    La ville d’Oakville, la région de Peel et la ville de Mississauga ont réussi à adopter les premiers règlements sur le bronzage artificiel en Ontario. L’Ontario traîne derrière d’autres provinces quant à l’adoption de règlements provinciaux sur le bronzage artificiel et ces règlements servent à protéger les jeunes de moins de 18 ans contre l’utilisation et l’accès aux appareils de bronzage artificiel. 

    Pourquoi ceci est-il important?
    L’industrie du bronzage artificiel a démontré à maintes reprises qu’on ne peut pas lui faire confiance pour s’auto-régulariser. Le respect volontaire des lignes directrices et le consentement parental ne fonctionnent pas alors ceci est une étape importante de la lutte contre le cancer. Ces règlements envoient un message clair au gouvernement de l’Ontario qu’une loi provinciale est nécessaire afin de régulariser l’industrie et pour que les jeunes de partout en Ontario obtiennent le même niveau de protection. 

    Merci!
    Les bénévoles et le personnel de la  Société travaillent pour faire adopter cette loi sur le bronzage artificiel depuis plusieurs années et tout ce travail a un impact grâce à la mise en œuvre de ces règlements en Ontario. Merci de votre travail continu sur cette question.

    Plus d’information sur le bronzage artificiel
    Saviez-vous que les personnes qui commencent à utiliser de l’équipement de bronzage artificiel avant 35 ans augmentent de 87 % leur risque de développer un mélanome? Plusieurs pays ont reconnu les dangers du bronzage artificiel et ont adopté des lois pour protéger la santé de leurs citoyens. La Société canadienne du cancer lance un appel pour obtenir une loi qui empêche les jeunes de moins de 18 ans d’utiliser de l’équipement de bronzage artificiel.

     
  • Ottawa établit une norme d’excellence quant aux règlements urbains d’environnements extérieurs sans fumée

    Dès le 1 avril 2012, Ottawa aura le règlement sur le tabagisme le plus stricte en Ontario. Le règlement d’Ottawa comprend : plages, parcs et terrains de sports. Ottawa est aussi la deuxième ville en Ontario à inclure les terrasses des restaurants et des bars et la première à désigner un sentier pédestre complètement sans fumée. 

    Pourquoi ceci est-il important?
    Ottawa a établi une norme d’excellence pour une liste croissante de municipalités qui protègent le public contre les dangers de la fumée secondaire en adoptant des règlements pour les environnements extérieurs sans fumée. Le règlement d’Ottawa est le plus stricte de tous les règlements sur le tabagisme de toutes les villes ontariennes.

    Merci!
    Les bénévoles et le personnel de la Société ont fait des environnements extérieurs sans fumée une priorité lors des élections municipales en 2010. Votre travail continu contribue à la mise en œuvre des règlements sans fumée en Ontario.

  • Nouveaux règlements pour environnements extérieurs sans fumée dans cinq municipalités

    Les règlements pour des environnements extérieurs sans fumée deviennent la nouvelle norme. Depuis les élections municipales de 2010, le nombre de municipalités ayant des règlements pour des environnements extérieurs sans fumée est passé de 30 à presque 70 dans la province. En 2012, East Gwillimbury, Georgina, Vaughan, Oakville et Lakeshore ont adopté des nouveaux règlements pour des environnements extérieurs sans fumée.

    Mars 2012 – East Gwillimbury interdit le tabagisme dans les parcs et les terrains de jeu
    Avril 2012 – Georgina interdit le tabagisme dans les parcs, les plages et les sentiers
    Mai 2012 – Vaughan interdit le tabagisme dans les édifices municipaux et les installations récréatives
    Juillet 2012 – Oakville interdit le tabagisme dans les terrains de jeux et les installations récréatives
    Octobre 2012 – Lakeshore interdit le tabagisme dans les parcs, les terrains de jeux et les terrains de sports

    Pourquoi ceci est-il important?
    Avec Ottawa, ces cinq municipalités ont joint une liste croissante de municipalités qui protègent le public contre les dangers de la fumée secondaire en créant des environnements extérieurs sans fumée. Le fait de créer des environnements extérieurs sans fumée protège non seulement les gens, surtout les enfants, contre l’exposition à la fumée secondaire, mais il aide aussi à dénormaliser le tabagisme. Les enfants qui ne voient pas le comportement des adultes qui fument comme normal sont moins susceptibles de commencer à fumer. 

    Merci!
    Les bénévoles et le personnel de la Société ont fait des environnements extérieurs sans fumée une priorité lors des élections municipales en 2010. Votre travail continu contribue à la mise en œuvre des règlements sans fumée en Ontario.

    Plus d’information sur la lutte contre le tabagisme
    Le tabagisme continue à être la principale cause évitable de décès et de maladie en Ontario. Il est responsable de 30 % de tous les décès par cancer et de 85 % des décès par cancer du poumon.

A-|A|A+

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus