Vous êtes ici:

Travail et cancer

Il se pourrait que votre manière de travailler change pendant votre traitement contre le cancer. Certaines personnes peuvent poursuivre leurs activités professionnelles pendant leur traitement, mais pas toutes. Si vous devez vous absenter du travail, la durée de votre congé dépendra de votre plan de traitement, des effets secondaires du traitement et de votre type d’occupation. La poursuite ou l’arrêt de vos activités peut affecter votre état émotionnel, et parfois de manière imprévue.

Devez-vous en parler aux personnes avec qui vous travaillez?

Non, rien ne vous y oblige. Si vous devez prendre congé, réduire vos heures de travail ou modifier vos tâches pendant le traitement ou par la suite, demandez à votre médecin un certificat attestant que votre demande est motivée par des raisons médicales. Votre patron ou votre supérieur n’a pas à en savoir davantage. Vous n’avez rien à expliquer non plus à vos collègues si vous n’en avez pas envie.

Si vous n’en parlez à personne au travail, vous protégez votre vie privée, mais cela ne va pas sans certains inconvénients. Les gens que vous côtoyez au travail se demanderont sans doute ce qui se passe si vous vous absentez souvent ou si le cancer modifie votre apparence physique. Cela peut donner lieu à des commérages et ajouter à vos inquiétudes. Par ailleurs, si personne n’est au courant, personne ne peut non plus vous aider et vous soutenir.

La décision de parler ou non vous appartient, selon ce que vous connaissez de votre milieu professionnel et des gens avec qui vous travaillez. Plusieurs personnes choisissent de parler de leur diagnostic à leurs collègues. Si vous le faites, prenez le temps de déterminer à qui vous en parlerez et quelle quantité d’information vous partagerez.

S’absenter du travail

Certaines personnes atteintes de cancer essaient de continuer à travailler pendant leur traitement; d’autres s’absentent – par choix ou non. Certains traitements peuvent entraîner seulement quelques jours d’absence, alors que d’autres nécessiteront des semaines sinon des mois de convalescence. Ne serait-ce que pour vous sécuriser, vous pouvez vous informer des options possibles (congé de maladie, vacances ou congé sans solde) auprès de votre patron ou du service des ressources humaines de votre employeur. Votre syndicat ou association d’employés, s’il y a lieu, peut aussi vous renseigner.

À certains égards, il peut être réconfortant de continuer à travailler si vous en êtes capable. Souvent, le travail est étroitement associé à l’estime de soi et à la perception de notre rôle dans la société. Le fait de travailler signifie pour certains que leur vie ne se résume pas au cancer. Vous constaterez peut-être que vos activités professionnelles vous permettent de vous changer les idées. Le contact avec les gens et le soutien des collègues peuvent aussi avoir des effets positifs.

Si vous souhaitez travailler autant que possible, faites-en part à votre équipe de soins. Le calendrier de traitement pourrait éventuellement être adapté pour en limiter les répercussions sur votre présence au travail. En cas d’effets secondaires, demandez comment les atténuer pendant les heures de travail.

Pour certains, cesser de travailler représente au contraire un soulagement. Mais ce pourrait aussi être une source de stress si votre absence entraîne des difficultés financières. Si vous aimez votre emploi, il peut être difficile d’y renoncer. Il y a des gens pour qui s’absenter du travail, même pendant une courte période, équivaut à laisser la place au cancer. Si vous vous sentez ainsi, essayez plutôt de vous dire que cette pause de la vie professionnelle vous donne la chance de vous concentrer sur votre santé.

Si vous le pouvez, gardez un lien avec vos collègues de travail durant votre absence. Ces personnes peuvent vous être d’un grand réconfort pendant votre traitement, et le fait de demeurer en contact avec elles pourrait aussi faciliter votre retour au travail.

Retourner au travail

Bien souvent, les personnes qui en sont capables retournent au travail après la fin de leur traitement contre le cancer. Plusieurs trouvent que cela les aide à reprendre une vie normale. Le rétablissement complet après un traitement peut toutefois prendre un certain temps. La reprise du travail à temps partiel d’abord peut s’avérer une bonne solution; il s’agira ensuite d’augmenter graduellement vos heures de travail.

Demandez à votre médecin à quel moment vous pourriez retourner au travail et à quoi vous attendre. Voyez ensemble quelles sont les difficultés possibles et essayez de faire en sorte que votre retour soit fructueux et sans risque.

Donnez-vous du temps pour vous réadapter. Vous aurez peut-être l’impression que vos compagnons de travail agissent différemment avec vous, alors que vous voulez simplement qu’on vous traite comme avant. Il pourra vous sembler difficile au début de renouer avec votre équipe, surtout si vous avez de nouveaux collègues ou un nouveau patron. Il se peut même que vous vous sentiez coupable d’avoir alourdi la charge de travail de vos collègues – il est normal dans ce cas de vous inquiéter de leurs attitudes ou de leurs réactions.

À votre retour, vous aurez peut-être la surprise de constater que vous n’êtes plus à l’aise dans votre milieu professionnel ou que votre travail ne vous satisfait plus. Après un traitement contre le cancer, certaines personnes finissent par changer d’emploi ou même de profession.

La discrimination est interdite par la loi

Les personnes atteintes de cancer se heurtent parfois à des obstacles lorsqu’elles essaient de continuer à travailler pendant leur traitement ou lorsqu’elles reprennent le travail après une absence. Certains employés peuvent alors être rétrogradés ou ne pas être considérés pour des promotions. Ils peuvent aussi avoir l’impression qu’on leur refuse des avantages ou avoir du mal à s’absenter pour aller à leurs rendez-vous chez le médecin. Ils peuvent parfois même être remerciés ou être refusés à l’embauche pour un nouveau poste.

Tant que vous avez les compétences requises pour l’emploi, un employeur ne peut pas vous traiter différemment des autres travailleurs sous prétexte que vous avez des antécédents de cancer. La loi oblige les employeurs à apporter des changements raisonnables, comme des modifications des heures ou des tâches, pour vous aider à accomplir votre travail après un traitement contre le cancer. Toutefois, ils ne sont pas tenus d’effectuer des changements qui coûteraient trop cher ou qui comporteraient des risques pour la santé ou la sécurité.

Et si vous ne pouvez plus travailler?

Certaines personnes constatent qu’elles sont incapables de retourner au travail, même si elles le veulent. Si vous ne pouvez plus travailler, ce peut être une situation très stressante. Il est fort probable que vous aurez quand même besoin d’un revenu régulier pour payer les comptes, l’hypothèque ou le loyer et les autres frais de subsistance.

Il est important que vous obteniez le soutien et les conseils qu’il vous faut. Renseignez-vous sur les programmes d’aide financière et les prestations gouvernementales. Vous pourriez être admissible aux prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada (RPC) si vous avez une incapacité qui vous empêche d’occuper quelque emploi régulier que ce soit. Les travailleurs sociaux rattachés à votre hôpital pourront vous en dire plus à propos des prestations disponibles.

Il serait également bon de discuter de votre situation avec un conseiller financier ou un planificateur financier. Vous avez peut-être accès aux services d’un conseiller financier à votre banque. FP Canada diffuse de l’information qui peut vous aider à trouver un planificateur financier agréé.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Paulette Hicks Un geste de bonté gratuit posé durant l’une des périodes les plus difficiles dans la vie d’une personne peut avoir beaucoup d’effet.

Plus de details

Financer des projets de recherche de calibre international

Icône – papier

Le cancer touche tous les Canadiens, mais ensemble, nous pouvons réduire le fardeau en investissant dans la recherche et la prévention. Découvrez l’impact de la recherche que nous finançons.

Apprenez-en plus