Vous êtes ici:

Être actif

Lorsqu’on vit avec le cancer, l’activité physique peut paraître secondaire; on n’est pas nécessairement porté à y accorder du temps ou on n’a juste pas envie de bouger. Et pourtant, l’effort en vaut la peine. Être actif pendant et après le traitement est bénéfique autant pour le corps que pour l’esprit, et à plus d’un titre. Pratiquée durant le traitement, l’activité physique peut :

  • aider à dormir et stimuler l’appétit
  • abaisser la tension artérielle
  • réduire le stress et l’anxiété
  • atténuer les effets secondaires comme les nausées, la douleur et la fatigue
  • améliorer l’estime de soi et la qualité de vie

La liste des bienfaits de l’exercice ne s’arrête pas là. Si vous avez perdu de la force pendant le traitement, l’activité régulière peut vous aider à la regagner et à la conserver. L’activité est également importante pour vous aider à atteindre et maintenir un poids santé, à améliorer la santé de votre cœur ainsi qu’à réduire votre risque de diabète de type 2. D’après la recherche, l’activité physique contribuerait aussi à réduire le risque de récidive du cancer et à prolonger la survie.

L’activité physique quotidienne réduit la fatigue

Bien des gens craignent que l’activité physique ne les fatigue. Or, la pratique quotidienne d’un exercice, par exemple une marche rapide, est au contraire un bon moyen de réduire la fatigue. De plus en plus de recherches scientifiques le confirment.

Essayez de consacrer au moins 30 minutes par jour à l’activité physique. Si c’est trop, faites ce que vous pouvez : un peu d’exercice vaut mieux que pas du tout. N’hésitez pas à bouger davantage, dans la mesure où vous ne vous sentez pas étourdi, n’éprouvez pas de douleurs thoraciques ou n’avez pas de palpitations cardiaques.

Consultez votre équipe de soins

Parlez à votre équipe de soins avant de commencer. On vous indiquera quel type d’exercice est sans danger pour vous et à quel rythme augmenter l’intensité de vos activités. Les exercices légers comme les courtes promenades à pas lents, les étirements et la natation sont presque toujours à conseiller au début. Si toutefois vous envisagez de reprendre des activités plus vigoureuses (comme la course à pied, la musculation ou un sport de contact), votre équipe de soins doit le savoir.

Si vous étiez physiquement actif avant ou pendant le traitement contre le cancer, vous devriez pouvoir reprendre vos activités régulières sans trop de problèmes. Si vous n’avez jamais été physiquement actif auparavant, commencez lentement et augmentez graduellement l’effort.

Prenez votre temps et soyez prudent

Il vous faudra peut-être du temps pour découvrir ce dont vous êtes capable et pour vous habituer au nouveau mode de fonctionnement de votre corps. Il se peut que votre corps ait de nouvelles limites pendant ou après le traitement, que vous devrez accepter. Les premières fois, vous ne pourrez peut-être pas aller aussi loin ou aussi vite. Vous pourriez aussi être très fatigué, surtout au début. Ne vous découragez pas en fixant des objectifs trop ambitieux. Commencez par de petits objectifs réalistes, vers lesquels vous pourrez progresser peu à peu. Même une personne qui courait des marathons doit commencer par une petite marche jusqu’au coin de la rue.

Tous les sports et toutes les activités, ou presque, peuvent être adaptés à votre condition physique. L’important est de choisir un sport ou une activité qui vous plaît. Les premiers temps, vous pourriez essayer la marche afin de développer un peu de force et d’endurance. Si vous devez rester au lit durant votre rétablissement, même de petites activités comme vous étirer ou remuer les bras et les jambes vous aideront à vous sentir mieux, à conserver votre flexibilité et à relâcher la tension musculaire et à vous sentir mieux. Plus tard, essayez de vous lever et de marcher dans la maison.

Le prochain objectif sera d’être modérément actif pendant quelque 30 minutes chaque jour ou à peu près tous les jours. L’activité physique modérée peut consister à pratiquer la marche rapide, le tai-chi ou l’aquaforme aérobique, ou encore des activités comme ramasser des feuilles, passer l’aspirateur ou faire la lessive. Vous pouvez atteindre votre objectif global de 30 minutes par jour en trois séances distinctes de 10 minutes chacune.

Lorsque vous êtes prêt, passez à des activités plus vigoureuses comme la randonnée en montagne, le bêchage dans le jardin, les arts martiaux, un sport comme le soccer ou le hockey, ou des longueurs de piscine. Si vous vous demandez quel type d’activité physique est approprié pour vous ou comment adapter ce que vous faisiez par le passé, parlez-en à votre équipe de soins. Vous pourrez peut-être suivre un programme de réadaptation ou d’exercice encadré par des physiothérapeutes ou d’autres professionnels de la santé.

Conseils pour devenir plus actif

Voici quelques idées pour vous aider à être plus actif :

  • Essayez de faire de l’exercice au moment où vous avez le plus d’énergie.
  • Garez-vous plus loin de votre bureau, du cabinet de votre médecin ou de l’épicerie pour faire quelques pas de plus dans votre journée, ou descendez de l’autobus ou du métro quelques arrêts avant le vôtre et faites le reste du trajet à pied.
  • Trouvez un endroit couvert, comme un centre commercial local, où vous pouvez marcher à l’intérieur par mauvais temps.
  • Jumelez l’exercice avec quelque chose que vous aimez faire. Par exemple, faites des flexions des bras, des accroupissements ou des redressements assis en regardant la télévision.
  • Trouvez un partenaire ou un groupe d’exercice. Vous pourrez ainsi rester motivé et recevoir un soutien amical. Peut-être qu’une personne qui a suivi son traitement en même temps que vous ou qui est membre d’un groupe de soutien local serait disposée à aller marcher avec vous.
  • Essayez la danse en ligne, la danse du ventre ou la danse aérobique latine si vous aimez la musique.
  • Si vous éprouvez de la douleur aux hanches ou aux genoux, les exercices en piscine pourraient être moins exigeants pour vos articulations.
  • Trouvez des activités que vous pouvez pratiquer en famille, comme les quilles ou des jeux vidéo interactifs impliquant des mouvements du corps.
  • Allez un peu plus loin en promenant le chien. Si vous aimez les animaux et n’en avez pas, vous pourriez devenir bénévole dans un refuge pour animaux de votre région.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Shana Kelley Une analyse sanguine ultrasensible pour détecter le cancer

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus