Vous êtes ici:

La vie après avoir été un proche aidant

Tout comme vous avez dû apprendre à être un aidant, vous devrez éventuellement apprendre à ne plus l’être. Cela peut demander une certaine période d’adaptation.

 

Votre proche se remet d’un traitement contre le cancer. Le retour au train-train quotidien après le traitement réserve parfois des défis inattendus, autant pour la personne atteinte de cancer que pour son aidant. Vous êtes peut-être tous deux anxieux et inquiets à l’idée que le cancer pourrait réapparaître (récidive de la maladie). Votre relation peut aussi avoir changé; il n’est pas nécessairement facile de redevenir un partenaire de vie après avoir été un aidant. Maintenant que votre proche est en meilleure santé, vous constaterez que vous avez de moins en moins de choses à faire pour en prendre soin. Même si vous aviez hâte d’en arriver là, vous pourriez avoir l’impression de ne plus être utile.

 

Votre proche est décédé. On a beau savoir que la mort approche, on n’imagine pas à quel point le rôle d’aidant prend fin soudainement lorsque l’autre nous quitte. Vous risquez alors de vous sentir perdu et déstabilisé, en particulier si vous preniez soin de votre proche depuis longtemps. Après vous être tant dévoué, vous pourriez aussi éprouver beaucoup de soulagement – tout en vous sentant coupable d’avoir un tel sentiment.

Conseils pour aller de l’avant

Lorsqu’on cesse d’être un aidant, tout ne redevient pas « comme avant » du jour au lendemain. Certaines personnes ont de la difficulté à reprendre le cours de leur vie après avoir pris soin d’un proche. Voici quelques idées qui peuvent faciliter les choses.

Accordez-vous la priorité pendant un certain temps. Vous vous êtes peut-être privé d’avoir une vie saine ou de faire les choses qui vous plaisent. Votre rôle d’aidant étant désormais terminé, il est temps de voir à votre propre santé et de revenir à vos activités.

Préparez-vous à revenir au travail. Si vous avez pris congé du travail pour prendre soin de votre proche, le fait de revenir à votre ancienne routine peut vous aider à reprendre le fil de votre vie.

Reprenez contact avec votre entourage. Être un aidant est une tâche très prenante et il est souvent difficile de garder le contact avec tous nos parents et amis. Il vous faudra sans doute un certain effort pour rétablir les liens. Certaines personnes pourraient demeurer à l’écart, ne sachant pas trop comment vous vous sentez ou par crainte de vous déranger. Mais si vous avez envie de voir quelqu’un en particulier, contactez cette personne et organisez une rencontre.

Sortez et faites des activités. Pendant que vous vous occupiez de votre proche, vous n’avez peut-être pas eu souvent l’occasion d’aller au cinéma, de souper au restaurant ou de célébrer l’anniversaire d’un ami. À présent que vous le pouvez, n’hésitez pas à sortir et à profiter des activités que vous n’aviez pas le temps ou l’énergie de faire auparavant.

Découvrez de nouveaux loisirs. Commencez à pratiquer une nouvelle activité qui vous a toujours intéressé ou revenez à des passe-temps ou des occupations que vous avez mis de côté pendant que vous preniez soin de l’autre.

Souvenez-vous que vous avez toujours fait de votre mieux. Ne vous sentez pas coupable de ne pas avoir fait ceci ou cela, ou d’avoir commis certaines erreurs. Personne n’est parfait.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Paul Demers Le coût des cancers associés à l’amiante

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus