Vous êtes ici:

Dérivation urinaire

La dérivation urinaire est une chirurgie lors de laquelle on crée une nouvelle façon pour l’urine d’évacuer le corps. L’urine est le déchet liquide du corps. On fait une dérivation urinaire quand l’écoulement normal de l’urine est bloqué ou quand la vessie ne peut pas emmagasiner l’urine. La principale raison pour laquelle on fait une dérivation urinaire est que la vessie a été complètement enlevée à cause d’un cancer de la vessie.

La dérivation urinaire est aussi appelée dérivation des voies urinaires ou dérivation de la vessie.

Pourquoi on fait une dérivation urinaire

L’urine est produite par les reins et acheminée jusqu’à la vessie par 2 longs conduits appelés uretères. L’urine est poussée hors de la vessie dans l’urètre, qui l’évacue du corps. On fait une dérivation urinaire quand l’urine ne peut pas s’écouler à l’extérieur du corps comme d’habitude.

On peut faire une dérivation urinaire :

  • à cause d’un cancer de la vessie, après qu’on ait enlevé toute la vessie (cystectomie radicale);
  • après une exentération pelvienne pratiquée à cause de certains cancers qui sont avancés;
  • pour contourner un blocage (obstruction) et ainsi permettre l’écoulement d’urine;
  • parce que la vessie a été endommagée par la radiothérapie ou d’autres traitements du cancer;
  • pour des affections non cancéreuses (bénignes) comme des calculs urinaires, une prostate enflée, une anomalie congénitale, des troubles des nerfs ainsi que des tumeurs.

Types de dérivations urinaires

Il existe différents types de dérivations urinaires. Le type qu’on vous fera dépend de nombreux facteurs dont ceux-ci :

  • votre âge
  • à quel point vous pouvez bouger
  • à quel point votre intestin, votre foie et vos reins fonctionnent
  • autres problèmes médicaux que vous éprouvez
  • si vous avez déjà reçu une radiothérapie
  • la proximité du cancer de l’urètre
  • combien de temps on s’attend à ce que vous viviez (espérance de vie)

La dérivation urinaire peut être permanente ou temporaire selon la raison pour laquelle on la fait. La dérivation urinaire permanente peut être incontinente ou continente.

Dérivations urinaires incontinentes

Dans le cas de la dérivation incontinente, vous ne contrôlez pas l’évacuation de l’urine. On fait une urostomie pour que l’urine s’écoule constamment du corps par une stomie. Elle est recueillie dans un petit sac porté à l’extérieur du corps (sac, appareillage ou système de collecte pour urostomie). On a plus souvent recours à ce type de dérivation chez les personnes âgées et celles qui ne sont pas en bonne santé.

Le conduit iléal, aussi appelé dérivation en anse, est le type le plus courant de dérivation urinaire. Le chirurgien enlève un bout de l’intestin grêle (iléon) et l’utilise comme voie de passage, ou conduit, pour l’urine. On utilise plutôt parfois un bout du côlon (conduit colonique), mais ce n’est pas aussi fréquent. Le chirurgien insère les uretères dans le segment d’intestin puis y fixe chacun chirurgicalement. Une extrémité ouverte de l’intestin est fixée à un orifice (stomie) pratiqué dans la paroi de l’abdomen et la peau. L’urine passe dans les reins, les uretères puis le bout d’intestin avant d’être évacuée par la stomie. Il faut vider le sac qui recueille l’urine aux 3 à 4 heures.

Schéma du conduit iléal

Pour l’urétérostomie cutanée, le chirurgien fixe l’un des uretères ou les deux directement sur la paroi de l’abdomen. L’urine s’évacue d’une ou de deux stomies. On ne fait pas très souvent cette chirurgie puisque le risque de problèmes graves, comme l’insuffisance rénale, est plus élevé.

Dérivations urinaires continentes

Dans le cas de la dérivation continente, vous contrôlez l’évacuation de l’urine. Le chirurgien crée une poche pour contenir l’urine. Vous videz cette poche de l’urine par un tube (sonde) ou par l’uretère (comme vous le feriez normalement).

Le réservoir cutané continent (poche d’Indiana) est aussi appelé dérivation continente avec stomie cutanée cathétérisable. Le chirurgien crée une poche à l’aide de la partie droite du côlon (cæcum et côlon ascendant) et d’un bout de l’intestin grêle (extrémité terminale de l’iléon). Il existe différents types de poches, mais la poche d’Indiana est le plus courant. La poche est ensuite fixée à un orifice (stomie) pratiqué dans la paroi de l’abdomen et la peau. Vous évacuez l’urine de la poche en insérant un tube dans l’orifice aux 4 à 6 heures.

Schéma du réservoir cutané continent

Pour faire une néovessie orthotopique, le chirurgien crée une poche, qu’on appelle néovessie c’est-à-dire nouvelle vessie, habituellement à l’aide d’une partie de l’intestin grêle. (Dans certains cas, on se sert d’une partie du côlon.) Les uretères sont fixés à la poche, qui elle est ensuite reliée à l’urètre. Vous videz la poche en urinant normalement. Faire une néovessie orthotopique est un type de chirurgie plus difficile que les autres dérivations urinaires et le risque de problèmes (complications) est plus élevé. On n’y a alors généralement recours que chez les personnes plus jeunes qui n’ont pas de troubles médicaux graves.

Schéma de la néovessie orthotopique

Pour l’urétéro-sigmoïdostomie, le chirurgien relie les uretères au côlon sigmoïde (dernière partie du gros intestin). L’urine est évacuée du corps avec les selles par l’anus. On ne fait pas souvent cette chirurgie puisque de nombreux problèmes risquent d’apparaître, dont des infections rénales et le cancer du côlon.

Dérivations urinaires temporaires

Il arrive que la dérivation urinaire soit temporaire. On peut l’installer pour quelques jours ou plusieurs semaines.

Le cathétérisme vésical est un type courant de dérivation urinaire temporaire. On insère dans la vessie un tube mince et flexible appelé sonde, ou cathéter, afin que l’urine s’écoule dans un sac à l’extérieur du corps. La sonde est insérée dans la vessie par l’urètre ou une petite coupure (incision) effectuée juste sous le nombril. On a souvent recours au cathétérisme vésical après une chirurgie pratiquée dans la partie inférieure de l’abdomen pour permettre à la région de guérir.

La néphrostomie consiste à insérer un petit tube directement dans un rein à travers la peau. L’urine s’écoule dans le tube jusqu’à un sac à l’extérieur du corps. On peut faire une néphrostomie quand on enlève un calcul rénal. On peut aussi y avoir recours quand les uretères sont enflammés ou bloqués et que l’urine ne circule pas correctement.

Comment se déroule la dérivation urinaire

Le chirurgien marque habituellement l’abdomen où se trouvera la stomie afin de s’assurer qu’elle sera à un endroit pratique et confortable. Le chirurgien ou l’équipe de soins peut aussi vous expliquer le type de sac dont vous aurez besoin après l’opération. Il est possible qu’on vous donne des antibiotiques avant la chirurgie afin d’aider à prévenir les infections.

On fait la dérivation urinaire à l’hôpital, sous anesthésie générale (vous serez inconscient). On effectue habituellement une coupure dans l’abdomen pour atteindre les voies urinaires et l’intestin, ce qu’on appelle chirurgie ouverte.

Lors de la chirurgie, il est fréquent de faire d’abord une cystectomie radicale pour enlever toute la vessie. Mais cela dépend de la raison pour laquelle on effectue une dérivation urinaire. Il est possible qu’on fasse une dérivation urinaire sans enlever la vessie.

Le chirurgien se sert d’une partie de votre intestin pour faire une urostomie ou une poche interne. Les uretères sont reliés à l’intestin reconstruit (conduit ou réservoir) lors d’une intervention appelée anastomose. L’une des extrémités de l’intestin peut être ramenée sur une ouverture pratiquée à la surface de l’abdomen et le chirurgien en fixe le rebord à la peau de l’abdomen afin de créer la stomie. Le chirurgien ferme ensuite la grosse coupure à l’abdomen à l’aide de points de suture ou d’agrafes.

Après la chirurgie, vous devrez rester à l’hôpital pendant plusieurs jours. On vous administrera des antidouleurs afin que vous soyez bien. Vous recommencerez graduellement à consommer des liquides et des aliments solides.

Problèmes après la chirurgie

Il est possible que des problèmes (complications) surviennent après une dérivation urinaire. Ils peuvent se manifester peu de temps après la chirurgie (tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard). Il arrive que des problèmes apparaissent des mois ou des années à la suite de la chirurgie. Certains problèmes ne sont que temporaires et peuvent être traités, mais d’autres risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Tout problème que vous éprouvez dépend surtout du type de dérivation urinaire effectué et de votre état de santé global.

La dérivation urinaire peut causer ces problèmes :

  • infection, qui peut engendrer une fièvre ou une urine trouble ou qui sent fort
  • intestin paralysé ou moins actif (iléus paralytique)
  • intestin bloqué (occlusion intestinale)
  • fuite d’urine dans l’abdomen
  • formation de tissu cicatriciel autour des uretères
  • rétrécissement (sténose) des uretères
  • fuite de selles de l’intestin dans l’abdomen
  • accumulation de liquide dans certaines régions, comme un sérome ou un hématome
  • calculs urinaires (lithiase urinaire ou rénale)
  • remontée (reflux) de l’urine dans les reins
  • insuffisance rénale
  • inflammation de la poche ou du réservoir interne (pochite)
  • complications avec la stomie comme un renflement tout autour (hernie parastomiale) ou le rétrécissement de la stomie (sténose stomiale)
  • rupture de la néovessie

La vie avec une dérivation urinaire

Pendant votre hospitalisation, une stomothérapeute (infirmière spécialisée en soins de plaie, de stomie et de continence) vous apprendra comment vivre avec la dérivation urinaire et prendre soin de la stomie. Apprenez-en davantage sur la vie avec une stomie.

Votre équipe de soins ou votre stomothérapeute pourrait discuter avec vous des aspects suivants :

  • manger, boire et s’alimenter
  • activité physique
  • douche et bain
  • relations
  • comment nettoyer la stomie et en prendre soin
  • comment vider la poche interne (réservoir cutané continent)
  • quoi faire si des problèmes surviennent
  • quand rencontrer le chirurgien pour un suivi
  • groupes de soutien dans votre région

Considérations particulières pour les enfants

Préparer un enfant à un examen ou à une intervention peut permettre de réduire son anxiété et d’accroître sa collaboration et l’aider à acquérir des habiletés d’adaptation. La préparation comprend l’explication de ce qui va se passer pendant l’examen, dont ce qu’il verra, ressentira et entendra.

La préparation d’un enfant à une dérivation urinaire dépend de son âge et de son expérience. Apprenez-en davantage sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et aux interventions.

urostomie

Intervention chirurgicale lors de laquelle on crée une ouverture artificielle (stomie) afin de permettre l’évacuation de l’urine à travers la paroi abdominale.

Une urostomie peut être pratiquée lorsqu‘il est nécessaire d’effectuer une dérivation du trajet habituel de l’urine ou une ablation de la vessie ou de l’urètre (canal qui évacue l’urine). Un sac spécial (poche d’urostomie) est fixé à la stomie pour recueillir l'urine.

iléon

Dernière partie de l’intestin grêle qui reçoit les aliments presque entièrement digérés provenant du jéjunum et absorbe la plupart des éléments nutritifs et des graisses avant de rejeter les aliments digérés dans le gros intestin.

côlon

Partie la plus longue du gros intestin qui reçoit les aliments presque entièrement digérés venant du cæcum (premier segment du gros intestin), absorbe l’eau et les éléments nutritifs et rejette les déchets (selles, ou matières fécales) dans le rectum.

Le côlon comporte 4 parties. Le côlon ascendant part du cæcum et monte le long du côté droit de l’abdomen. Le côlon transverse traverse la partie supérieure de l’abdomen. Le côlon descendant descend le long du côté gauche de l’abdomen. Le côlon sigmoïde forme la dernière partie du côlon qui relie le côlon descendant au rectum.

Le côlon est parfois appelé gros intestin ou intestin inférieur.

stomie

Ouverture artificielle pratiquée dans le corps par chirurgie.

On peut faire une stomie pour relier un organe ou une structure à la surface du corps.

cathéter

Tube flexible utilisé pour introduire des liquides dans le corps ou en retirer.

Un cathéter intraveineux, par exemple, permet d’introduire un liquide dans le corps par une veine et un cathéter urinaire, ou sonde urinaire, sert à évacuer à l'extérieur du corps l'urine qui est dans la vessie.

anesthésique

Médicament qui cause l’anesthésie (perte partielle ou totale de sensation ou de conscience).

L’anesthésique général provoque le sommeil. L’anesthésique régional cause une perte de sensation dans une partie du corps, comme un bras ou une jambe, mais la personne reste consciente. L’anesthésique local engourdit seulement une petite région du corps.

sérome

Masse non cancéreuse (bénigne) ou enflure (oedème) causée par une accumulation de sérum (portion claire de tout liquide corporel) dans un tissu ou un organe.

hématome

Accumulation de sang à l’extérieur d’un vaisseau sanguin, sous la peau.

L’hématome peut se former dans un organe, un tissu ou un espace dans le corps. Il est généralement causé par la rupture de la paroi d’un vaisseau sanguin.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Robert Day Une nouvelle stratégie thérapeutique pour le cancer de la prostate

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus