Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Cathéter veineux central tunnellisé

Un cathéter veineux central tunnellisé, aussi appelé cathéter externe ou voie centrale, est un long tube flexible. On insère l'une de ses extrémités dans l'oreillette droite du cœur ou tout près, tandis que l'autre ressort sur la peau du thorax. On glisse le tube en formant une sorte de tunnel sous la peau du thorax, puis on l’insère dans une grosse veine située près de la clavicule jusqu’à l'oreillette droite du cœur, ou tout près.

La personne ne ressent aucune douleur lorsqu’on injecte les agents chimiothérapeutiques, le sang transfusé ou les liquides administrés par voie intraveineuse (IV) dans la partie du cathéter qui se trouve à l'extérieur du corps. On peut également prélever du sang par l’extrémité du cathéter insérée dans l’oreillette du cœur ou tout près.

On désigne parfois les cathéters veineux centraux tunnellisés par la marque. Les 3 principaux types de cathéters veineux centraux tunnellisés sont les suivants :

  • Broviac
  • Hickman
  • Groshong

Quand avoir recours à un cathéter veineux central tunnellisé

On a recours à un cathéter veineux central tunnellisé lorsque :

  • une personne a besoin d'un accès intraveineux (IV) pour recevoir des liquides, des transfusions ou des médicaments pendant une longue période (habituellement plus de 3 mois)
  • une personne doit subir de nombreux prélèvements sanguins aux fins d'analyses de laboratoire
    • On peut faire plus de prélèvements sanguins avec un cathéter veineux central tunnellisé qu’avec un cathéter central inséré par voie périphérique (CCIP).
  • les veines périphériques ne sont pas suffisamment larges pour un CCIP
  • on ne peut plus avoir recours aux petites veines pour administrer des liquides ou des médicaments

Bienfaits du cathéter veineux central tunnellisé

Il y a de nombreux avantages à utiliser un cathéter veineux central tunnellisé plutôt que la voie intraveineuse habituelle. Le bienfait le plus important est la réduction du nombre de piqûres. Cependant, il est important de ne pas dire à un enfant que parce qu’il a un cathéter veineux central tunnellisé, on n’aura plus jamais besoin de le piquer puisqu’il est possible qu’on doive encore le faire pour prélever du sang aux fins d’analyses.

Le cathéter veineux central tunnellisé :

  • peut rester dans la veine sur une longue période
  • est bien fixé dans la veine
  • réduit l’inconfort puisqu’on peut administrer plus facilement le traitement IV
  • empêche la sensation de « brûlure » parfois ressentie lors de l'administration de médicaments par d'autres méthodes IV

Mode d'insertion du cathéter veineux central tunnellisé

On met le cathéter veineux central tunnellisé en place dans une salle d'opération lorsque la personne est sous anesthésie générale :

  • Le médecin fait 2 petites coupures (incisions) dans la peau, l'une au-dessus de la veine dans laquelle le cathéter est inséré et l'autre à l’endroit où le cathéter ressort sur la peau.
  • L'extrémité du cathéter est glissée dans la grosse veine située près du cœur jusqu'à ce qu'elle soit dans l'oreillette droite ou tout près.
  • Le reste du cathéter est glissé juste sous la peau dans une sorte de tunnel et ressort sur le thorax ou l'abdomen. Un segment du cathéter d'une longueur de 15 à 25 cm (6 à 10 po) demeure à l'extérieur du corps.
  • Le médecin fait quelques points de suture sur la peau près du cathéter pour le maintenir en place.
  • L’incision au-dessus de la veine est refermée à l’aide de quelques points de suture ou de bouts de ruban adhésif.
  • On applique un pansement sur ces deux incisions.
  • On fait une radiographie pulmonaire pour confirmer que l'extrémité du cathéter est bien placée.

Après l'insertion du cathéter veineux central tunnellisé

Le cathéter comporte un petit manchon juste derrière l’endroit où il ressort sur la peau. Il est possible qu’on sente une petite bosse sous la peau. Les tissus du corps se cicatriseront dans ce manchon en près de 3 semaines, ce qui permettra de maintenir le cathéter en place.

La région peut être sensible pendant 1 ou 2 jours après l'insertion du cathéter, mais l'endolorissement éprouvé devrait disparaître en quelques jours.

Utilisation du cathéter veineux central tunnellisé

Lorsque la personne a besoin d'un traitement IV, un tube à perfusion IV est fixé à l'extrémité extérieure du cathéter. Le liquide ou le médicament circule dans le tube à perfusion IV jusqu'au cathéter, puis dans le courant sanguin. Une fois le traitement terminé, on enlève le tube à perfusion IV et on met un nouveau capuchon à l'extrémité du cathéter.

Complications possibles

Le cathéter veineux central tunnellisé peut causer les complications suivantes :

  • infection de la peau au point d'émergence ou infection du sang
    • Même avec les meilleurs soins qui soient, les infections sont courantes avec le cathéter veineux central tunnellisé.
    • Les personnes dont le nombre de cellules sanguines demeure bas pendant de longues périodes sont susceptibles d'attraper des infections.
    • La partie externe du cathéter nécessite des rinçages abondants et fréquents, ce qui accroît le risque que des bactéries entrent dans le cathéter.
    • La plupart des infections sont causées par les propres bactéries de la personne.
    • Pour aider à éviter les infections :
      • maintenir le point d'émergence cutané propre et sec
      • se laver les mains chaque fois qu'on rince le cathéter ou qu'on change le pansement
      • appeler le médecin si on observe de la rougeur, de la sensibilité ou une fuite de liquide au point d'émergence cutané
    • Certaines infections peuvent être traitées par antibiotiques sans qu'on ait à retirer le cathéter, mais on doit parfois l’enlever.
  • formation de caillots sanguins dans le cathéter ou une veine
    • Même avec d'excellents soins quotidiens, une obstruction ou des caillots sanguins peuvent se former dans certains cathéters veineux centraux tunnellisés.
    • Si un caillot sanguin obstrue le cathéter, on peut rincer le cathéter abondamment avec un médicament pour essayer de dissoudre le caillot.
    • Il faut parfois retirer le cathéter.
    • La présence d'un caillot sanguin dans la veine à l’endroit où se trouve l'extrémité du cathéter peut bloquer la circulation du sang dans cette veine et causer de la douleur et de l'enflure au cou, au visage, au thorax ou au bras.
    • Le recours à une intervention radiologique, appelée linogramme ou échographie Doppler, peut aider le médecin à confirmer la présence d'un caillot.
  • bris de la partie du cathéter à l'extérieur du corps
    • Il arrive que la partie externe du cathéter se rompe, mais c'est très rare.
    • On peut habituellement réparer le bris sans retirer le cathéter.
  • glissement du manchon du cathéter à l'extérieur du corps
    • On enlève presque toujours le cathéter.
  • déplacement de l'extrémité du cathéter insérée dans la veine
    • On doit enlever le cathéter.

Pendant l’utilisation du cathéter veineux central tunnellisé

Lorsqu’une personne reçoit une solution IV par un cathéter :

  • L'extrémité du cathéter est fixée à un tube en plastique qui passe dans un petit appareil (pompe IV), qui pompe la solution dans la veine.
  • Il n’est pas nécessaire que la personne reste allongée sur le lit. On peut tenir un enfant dans ses bras ou bien il peut être hors du lit.
  • La partie externe du cathéter est enroulée sur elle-même au-dessus du pansement et couverte par du ruban adhésif afin d’empêcher qu’on tire ou qu’on pousse sur le cathéter.
  • Il faut faire attention de ne pas tirer sur le tube à perfusion IV.
  • Il faut avertir immédiatement l'infirmière si une partie quelconque du cathéter se détache du ruban adhésif pour qu’elle la fixe à nouveau.

Soins à apporter au cathéter veineux central tunnellisé

Un cathéter veineux central tunnellisé requiert des soins particuliers pour prévenir l'infection et la formation de caillots sanguins. L'endroit où le cathéter émerge du corps doit être nettoyé souvent (tous les 2 jours) et on doit y appliquer un nouveau pansement stérile qu'on recouvrira de ruban adhésif. Il faut vérifier fréquemment s'il n'y a pas de rougeur, d'enflure ou d'écoulement à cet endroit.

On expliquera à l’adulte ou à l’enfant plus âgé comment prendre soin du cathéter à la maison, dont la manière de :

  • changer le pansement au point d'émergence cutané du cathéter (habituellement 3 fois par semaine)
  • rincer abondamment le cathéter avec de l'héparine, un médicament qui empêche la formation de caillots sanguins dans le cathéter
  • changer le capuchon (habituellement une fois par semaine)
  • prévenir et reconnaître les problèmes liés au cathéter

La personne peut mener la plupart de ses activités habituelles pendant que le cathéter est en place. Elle peut prendre une douche ou un bain si du plastique ou un ruban adhésif imperméable recouvre le pansement. On déconseille fortement la natation.

Retrait du cathéter veineux central tunnellisé

On enlève le cathéter lorsque le traitement IV n'est plus nécessaire ou si le cathéter cause des problèmes. Pour ce faire, on engourdit la peau par anesthésie locale ou on administre un sédatif ou une anesthésie générale. Si on enlève le cathéter en raison de complications et que le traitement IV est encore nécessaire, le médecin peut habituellement insérer un autre cathéter ailleurs. Parfois, l’équipe soignante attend quelques jours avant d'en installer un autre afin de traiter une infection.

Quand appeler le médecin

Il faut appeler le médecin si :

  • on observe de la rougeur, de la sensibilité, de l'enflure ou un écoulement au point d'émergence cutané du cathéter ou tout près
  • la personne fait de la fièvre, ressent de la douleur ou présente des symptômes pseudo-grippaux
  • le cathéter s'est déplacé
  • on observe de l’enflure au point d'émergence cutané du cathéter, ou tout près, ou si la personne ressent des picotements ou de la douleur à cet endroit
  • la personne est incapable de rincer abondamment le cathéter avec de l'héparine
  • le cathéter se brise

Histoires

Ray Ellis in fireman gear J’ai perdu pas mal de frères à cause du cancer. Parce que j’inhale de la fumée et que je m’expose à des substances chimiques, je vis pratiquement chaque jour dans la crainte du cancer.

Lisez l'histoire de Ray

Transport vers les centres de traitement du cancer

Illustration d’une automobile

Depuis plus de 50 ans, le programme de transport de la Société canadienne du cancer aide les patients à canaliser leurs énergies dans leur combat contre le cancer sans avoir à se préoccuper de trouver un moyen de se rendre à leurs traitements.

Apprenez-en plus