Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Chambre sous-cutanée

Une chambre sous-cutanée est constituée d'une petite boîte ronde en métal (porte), recouverte d'une membrane en caoutchouc (septum), et d'un tube flexible (cathéter). On l'insère complètement sous la peau, du côté droit du thorax. Le cathéter fixé à la chambre de métal passe sous la peau jusqu'à une grosse veine située près de la clavicule, puis dans l'oreillette droite du cœur ou tout près. On l’appelle aussi chambre d'injection veineuse implantable ou Port-a-Cath.

On peut administrer directement dans la circulation sanguine des médicaments et des traitements intraveineux (IV) par la chambre. L’infirmière insère une aiguille spéciale à travers la peau et la membrane en caoutchouc de la chambre pour prélever du sang ou administrer des médicaments ou des liquides par perfusion.

Quand avoir recours à une chambre sous-cutanée

On a recours à une chambre sous-cutanée lorsque :

  • une personne a besoin d'un accès intraveineux (IV) pour recevoir des liquides ou des médicaments pendant une longue période
  • on ne peut plus avoir recours aux petites veines pour administrer des liquides ou des médicaments

Bienfaits de la chambre sous-cutanée

Il y a de nombreux avantages à utiliser une chambre sous-cutanée plutôt que la voie intraveineuse habituelle. Le bienfait le plus important est la réduction du nombre de piqûres. Cependant, il est important de ne pas dire à un enfant que parce qu’il a une chambre sous-cutanée, on n’aura plus jamais besoin de le piquer puisqu’il est possible qu’on doive encore le faire pour prélever du sang aux fins d’analyses.

La chambre sous-cutanée :

  • peut rester dans la veine sur une longue période
  • réduit l'inconfort puisqu'on peut administrer plus facilement le traitement IV
    • On peut appliquer des crèmes anesthésiques sur la peau pour l'engourdir avant de faire une ponction dans la chambre avec l'aiguille spéciale.
  • ne nécessite pas l'application d'un pansement une fois que la peau s'est cicatrisée et que l'aiguille n'est plus en place
  • empêche la sensation de « brûlure » parfois ressentie lors de l'administration de médicaments par d'autres méthodes IV
  • ne restreint pas les activités
    • La personne peut prendre son bain, faire de l'exercice, nager et jouer une fois que l'incision s'est cicatrisée et que l'aiguille n'est plus en place.
  • n'exige aucun soin à la maison

Mode d'insertion d'une chambre sous-cutanée

Le médecin met la chambre sous-cutanée en place dans une salle d'opération lorsque la personne est sous anesthésie générale. On a parfois recours à l'anesthésie locale chez l’adulte et l’enfant plus âgé.

  • Le médecin fait 2 petites coupures (incisions) dans la peau, l'une au thorax pour y insérer la porte et l'autre près de la clavicule où le cathéter entrera dans une veine située dans la partie inférieure du cou.
  • Le cathéter est placé dans une grosse veine du cou et on le fait glisser jusqu'à l'oreillette droite du cœur, ou tout près.
  • L'autre extrémité du cathéter est glissée sous la peau dans une sorte de tunnel et fixée à la porte.
  • On injecte du liquide dans la porte pour s'assurer qu'elle fonctionne correctement.
  • On place ensuite la porte sous la peau du thorax et on la fixe par des points de suture au muscle sous-jacent.
  • Le médecin referme les deux incisions par des points de suture.
  • Une fois les incisions guéries, on peut apercevoir la forme de la porte sous la peau.
  • On fait une radiographie pour confirmer que l'extrémité du cathéter est bien placée.

Après l'insertion de la chambre sous-cutanée

On peut utiliser la chambre sous-cutanée dès que le chirurgien l'autorise, souvent le jour même ou le matin suivant. Il se peut que la peau soit sensible autour de l’incision pendant 1 ou 2 jours après l'insertion de la chambre. Les tissus du corps se cicatriseront dans la chambre en près de 3 semaines, ce qui permettra de la maintenir en place.

Utilisation de la chambre sous-cutanée

Puisque la chambre se trouve sous la peau, on doit y accéder à l’aide d’une aiguille spéciale (aiguille de Huber). Lorsqu’il faut faire un traitement IV :

  • On nettoie à fond la peau avec un antiseptique. On insère ensuite l’aiguille à travers la peau et la membrane en caoutchouc qui recouvre la porte.
    • Puisque l'aiguille traverse la peau, la personne ressent une légère piqûre.
    • On peut appliquer localement une crème anesthésique une heure avant pour engourdir la région, ou bien vaporiser du chloroéthane sur la peau juste avant la piqûre.
  • On fixe l'aiguille à un petit bout de tube qui pend le long du thorax.
  • Un petit pansement recouvre l'aiguille pour la protéger.
  • Le liquide ou le médicament circule de l'aiguille à la chambre, puis du cathéter jusque dans le sang.
  • Une fois le traitement terminé, on retire l'aiguille.

Complications possibles

La chambre sous-cutanée peut causer les complications suivantes :

  • infection de la peau au point d'émergence ou infection du sang
    • Certaines infections peuvent être traitées par antibiotiques sans qu’on ait à retirer la chambre sous-cutanée, mais on doit parfois l'enlever.
  • formation de caillots sanguins dans le cathéter ou une veine
    • On peut rincer le cathéter abondamment avec un médicament pour essayer de dissoudre le caillot.
    • Il faut parfois retirer la chambre sous-cutanée.
  • déplacement de la chambre sous-cutanée causant une irritation de la veine
    • Il faut parfois retirer la chambre sous-cutanée.
  • glissement de l'aiguille vers l’extérieur de la chambre
    • Le liquide IV s’écoule sous la peau plutôt que dans la veine.
    • On ne peut utiliser la chambre sous-cutanée avant que l'enflure ne se soit atténuée.

Pendant l’utilisation de la chambre sous-cutanée

Lorsque la personne reçoit une solution IV par chambre sous-cutanée :

  • L'extrémité de l'aiguille est fixée à un tube en plastique qui passe dans un petit appareil (pompe IV), qui pompe la solution dans la veine.
  • Il n’est pas nécessaire qu’un adulte reste allongé sur le lit. On peut tenir un enfant dans ses bras ou bien il peut être hors du lit.
  • La partie externe de l'aiguille est bien fixée au thorax avec du ruban adhésif afin d'empêcher qu’on tire ou qu’on pousse sur l’aiguille.
  • Il faut faire attention de ne pas tirer sur le tube à perfusion IV.
  • Il faut avertir immédiatement l'infirmière si une partie quelconque de l'aiguille se détache du ruban adhésif ou si le tube se débranche.
  • La chambre sous-cutanée est rincée abondamment une fois le traitement terminé.
    • On utilise un médicament appelé héparine pour prévenir la formation de caillots sanguins dans le cathéter.
    • Après une injection dans la chambre et avant le retrait de l'aiguille, une infirmière rince abondamment la chambre avec une petite quantité d'héparine.
    • La chambre sous-cutanée doit être rincée abondamment après chaque traitement et au moins une fois toutes les 4 semaines.

Soins à apporter à la chambre sous-cutanée

Puisque la chambre sous-cutanée se trouve complètement sous la peau, elle nécessite très peu de soins.

  • La peau au point d'injection doit être nettoyée normalement.
  • Il n'est pas nécessaire d'appliquer un pansement lorsque l'aiguille n'est pas en place.
  • Il faut vérifier chaque jour s'il n'y a pas de rougeur, d'enflure ou d'autres signes d'infection dans la région.

Retrait de la chambre sous-cutanée

On enlève la chambre sous-cutanée lorsque le traitement IV n'est plus nécessaire. On le fait en salle d'opération sous anesthésie générale et habituellement en consultation externe.

Quand appeler le médecin

Il faut appeler le médecin si :

  • on observe de la rougeur, de la sensibilité, des ecchymoses ou un écoulement au point d'injection ou tout près
  • la personne fait de la fièvre, ressent de la douleur ou présente des symptômes pseudo-grippaux
  • la chambre se déplace
  • on observe de l’enflure au point d'injection ou tout près, ou si la personne ressent des picotements ou de la douleur à cet endroit

Histoires

Parker Murchison Ce que j’aime le plus du camp Goodtime, c’est la compagnie d’autres enfants qui ont survécu au cancer. Ils comprennent ce que tu vis et peuvent t’aider à traverser les moments difficiles.

Lisez l’histoire de Parker

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus