Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Ponction lombaire (PL)

Lors d'une ponction lombaire (PL), on enlève une petite quantité de liquide céphalorachidien (LCR) dans l'espace entourant la colonne vertébrale afin de l'examiner au microscope. Le LCR est le liquide qui est autour du cerveau et de la moelle épinière. La ponction lombaire est aussi appelée rachicentèse ou prélèvement de liquide céphalorachidien (LCR).

Pourquoi on fait une PL

On fait une PL pour :

  • examiner le LCR
  • mesurer la pression du LCR dans l'espace qui entoure la moelle épinière
  • enlever du LCR afin de réduire la pression dans l'espace qui entoure la moelle épinière
  • vérifier la présence des éléments suivants :
    • infection ou inflammation (comme une méningite)
    • saignement (hémorragie) dans la région qui entoure le cerveau ou la moelle épinière
    • certaines maladies du cerveau et de la moelle épinière, comme la sclérose en plaques
    • lésion du système nerveux central (SNC)
  • vérifier la présence d'un cancer du cerveau et de la moelle épinière
  • vérifier la présence d'un cancer qui peut affecter le SNC, comme une leucémie ou un lymphome
  • injecter un anesthésique, des médicaments ou un produit de contraste dans le LCR
    • On peut administrer un anesthésique pour insensibiliser la moelle épinière (anesthésie rachidienne).
    • On peut administrer des agents chimiothérapeutiques pour traiter une leucémie ou d'autres types de cancer du SNC (chimiothérapie intrathécale).
    • On peut injecter un produit de contraste pour rendre la moelle épinière et le LCR plus clairs sur la radiographie.
  • savoir si le traitement du cancer est efficace

Comment se déroule une PL

La PL peut être faite à la clinique ou à l'hôpital, avec ou sans hospitalisation. L'intervention complète dure habituellement de 15 à 30 minutes (le prélèvement de LCR ne prend lui-même généralement que quelques minutes).

  • Un professionnel de la santé aide la personne à se mettre dans la bonne position et à la maintenir tout au long de l’intervention.
    • Habituellement, la personne se couche sur le côté, les genoux repliés sur le thorax et le menton rentré vers l'intérieur, comme pour former la lettre C.
    • On peut aussi être assis sur le bord d'une chaise ou d'un lit et se pencher vers l'avant sur des oreillers et le dos faisant face au médecin.
    • Ces positions aident à élargir les espaces entre les vertèbres (os de la colonne vertébrale) afin qu'on puisse insérer l'aiguille plus facilement.
  • On nettoie la peau du dos à l'aide d'une solution antiseptique et on met un drap stérile autour de la région, ne laissant qu'une petite surface de peau apparaître.
  • On injecte un anesthésique local dans la peau au-dessus de la colonne inférieure pour engourdir la région. La personne peut éprouver une brûlure lorsque l'anesthésiant est injecté.
  • Il est important de rester le plus immobile possible pendant l'intervention, qu'on soit allongé ou assis.
  • On insère dans la peau une aiguille à ponction, qui est longue et mince, et on la fait glisser entre deux vertèbres jusqu'à ce qu'elle parvienne dans l'espace qui contient le LCR.
    • L’aiguille est habituellement insérée entre la 3e et la 4e ou la 4e et la 5e vertèbre lombaire.
    • L'aiguille n'entre pas dans la moelle épinière puisque l'intervention est pratiquée dans le bas du dos, sous le niveau jusqu'où la moelle épinière se prolonge.
  • Lorsque l'aiguille à ponction est insérée, la personne éprouve une certaine pression ou une brûlure.
    • Il arrive rarement que des picotements se fassent sentir le long d'une des jambes si l'aiguille touche un nerf. Ce n'est alors que temporaire.
  • On prélève un peu de LCR qu'on envoie au laboratoire afin qu'il soit examiné.
  • On retire ensuite l'aiguille et on nettoie la région avant d’y poser un petit bandage.

 

  • Pour réduire la possibilité qu’un mal de tête se manifeste après l’intervention :
    • la personne reste souvent allongée sur le dos dans un lit ou la tête légèrement surélevée pendant environ 1 à 2 heures
    • elle devrait aussi boire davantage de liquide
  • On incite la personne à se reposer plusieurs heures après l’intervention.

Effets secondaires possibles

Il arrive peu souvent que des problèmes graves se manifestent à la suite d'une ponction lombaire. Les effets secondaires suivants peuvent se produire :

  • mal de tête
  • mal de dos
    • Il est possible d’avoir un peu mal au dos pendant 1 à 2 jours après une PL.
  • fuite de LCR
    • L’un des symptômes de la fuite de LCR est un mal de tête qui persiste après 1 à 2 jours.
    • Le médecin peut avoir recours à un pansement sanguin (blood patch) pour sceller la fuite : on injecte le sang de la personne même dans la région de la fuite afin de la boucher.
  • irritation d’un nerf
    • Elle peut causer temporairement un engourdissement et des picotements.
    • Elle guérit habituellement d’elle-même.
  • infection du site
    • La région peut être rouge et chaude.
  • saignement dans le canal rachidien
  • effets de l'anesthésie générale
    • nausées
    • maux de tête
    • mal de gorge
    • étourdissements

Appelez le médecin si :

  • la personne a un mal de tête intense qui dure depuis plus de 24 heures
  • vous observez des signes d’infection, comme la fièvre et les frissons
  • il y a de la rougeur, de l’enflure, de la douleur, un saignement ou un écoulement dans la région où l’aiguille a été insérée
  • la personne éprouve des picotements ou un engourdissement dans le bas du dos ou les jambes
  • la personne a de la difficulté à uriner

Ce que signifient les résultats

On évalue en laboratoire les éléments suivants du LCR :

  • apparence générale
    • Si le LCR est normal, il est clair et incolore.
    • Si le LCR est trouble, il peut y avoir une infection.
    • La présence de sang dans le LCR peut indiquer un saignement dans le cerveau ou la moelle épinière ou tout autour.
  • nombre de cellules sanguines
    • Si le LCR est normal, il ne contient pas de globules rouges (GR), mais il pourrait contenir un très petit nombre de globules blancs (GB).
    • Si le nombre de GB est élevé, il peut y avoir une infection.
    • La présence de GR dans le LCR peut indiquer un saignement ou une hémorragie.
  • protéines
    • Une grande quantité de protéines peut laisser croire à une infection, un saignement ou une maladie.
  • glucose
    • Un faible taux de glucose (sucre) peut indiquer une infection.
  • cellules cancéreuses
    • La présence de cellules cancéreuses dans le LCR peut indiquer une tumeur primitive ou métastatique au cerveau, une leucémie ou un lymphome.

La culture et la coloration du LCR aident à identifier le type de bactérie ou d'autre micro-organisme qui pourrait causer une infection.

Des résultats anormaux peuvent être signe que le cerveau, la moelle épinière ou les tissus voisins sont blessés ou malades.

Si la pression du LCR est élevée, cela peut causer certains symptômes neurologiques. Une hausse de la pression du LCR pourrait être attribuable à une enflure ou à un saignement dans le cerveau, à une infection ou à d'autres problèmes.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Le fait qu'un enfant soit préparé à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d'anxiété, accroître sa collaboration et l'aider à développer des habiletés d'adaptation. Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le préparer en lui expliquant ce qui se passera, dont ce qu'il verra, ressentira et entendra.

  • Il est possible que les parents puissent demeurer dans la même pièce que l’enfant lors de la PL.
  • Rester longtemps immobile ou dans la même position peut être stressant pour un enfant.
    • Répéter la position avant la PL peut aider l’enfant à sentir qu’il maîtrise et comprend mieux ce qu’il doit faire.
  • Selon l’âge de l’enfant, on pourrait lui administrer un sédatif. Si c’est le cas :
    • il peut lui être interdit de boire ou de manger plusieurs heures avant l'examen
    • on pourrait lui installer une ligne IV
    • on surveille ses signes vitaux (fréquence cardiaque, pression artérielle, température et taux d’oxygène dans le sang) tout au cours de l’intervention
  • On pourrait appliquer une crème qui engourdit la région où l’aiguille sera insérée.
    • Si la crème doit être appliquée d’avance à la maison, le médecin ou l’infirmière montrera au parent comment le faire.

La préparation que vous pouvez fournir à un enfant qui subira une telle intervention dépend de son âge et de son expérience. Consultez la section suivante pour obtenir davantage de renseignements spécifiques à chaque groupe d'âge sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Tyler Cook La recherche a sauvé ma vie et celle de ma sœur. Sans ces travaux, le cancer de l’estomac aurait décimé la majeure partie de notre famille.

Lisez l’histoire de Tyler

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus