Vous êtes ici:

Test de dépistage du virus du papillome humain (VPH)

Le groupe formé par les virus du papillome humain (VPH) comprend plus de 100 types différents de virus apparentés. Certains types de VPH peuvent provoquer des changements anormaux dans les cellules du col de l’utérus. Ces types de VPH risquent aussi de causer des changements anormaux dans les cellules de la cavité buccale (bouche), du pharynx (gorge), du vagin, de la vulve, du pénis et de l’anus. Le test de dépistage du VPH est une intervention qui permet de faire un petit prélèvement de cellules et de les analyser afin de savoir si leur ADN est celui d’un type de VPH à risque élevé.

La recherche démontre que le test de dépistage du VPH est des plus utiles pour le dépistage du cancer du col de l’utérus. Mais les infections au VPH sont très fréquentes – il n’y a pas de traitement et elles disparaissent habituellement d’elles-mêmes. C’est pourquoi on n’a habituellement pas recours au test de dépistage du VPH dans les programmes provinciaux ou territoriaux de dépistage du cancer du col de l’utérus.

Apprenez-en davantage sur le virus du papillome humain (VPH).

Pourquoi on fait un test de dépistage du VPH

Certaines recherches démontrent qu’associer le test de dépistage du VPH au test Pap peut allonger la période entre chaque test de dépistage du cancer du col de l’utérus. Le test de dépistage du VPH comme outil de dépistage du cancer du col de l'utérus est plus utile chez les femmes âgées de 30 ans ou plus.

Le test de dépistage du VPH peut aussi être utile pour établir le suivi des femmes dont certains résultats de test Pap sont anormaux. On peut y avoir recours chez les femmes qui :

  • ont des cellules malpighiennes atypiques – de signification indéterminée (ASC-US) et qui ont 30 ans ou plus;
  • ont une lésion malpighienne intra-épithéliale de bas grade (LSIL) et qui ont 50 ans ou plus;
  • ont été traitées pour une lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade (HSIL).

Apprenez-en davantage sur les résultats anormaux du test Pap.

Qui pourrait bénéficier du test de dépistage du VPH

On peut avoir recours au test de dépistage du VPH pour aider à identifier les femmes qui ont besoin d’autres tests de suivi ou traitements.

On peut aussi associer le test de dépistage du VPH au test Pap pour dépister le cancer du col de l’utérus chez les femmes âgées de 30 ans ou plus. Le test de dépistage du VPH aide à identifier les femmes porteuses d’un type de VPH à risque élevé. Ces femmes sont plus susceptibles d’avoir des anomalies ou des changements précancéreux dans le col de l’utérus qui pourraient évoluer en cancer.

Qui ne devrait pas passer de test de dépistage du VPH

On n’a actuellement pas recours au test de dépistage du VPH comme outil principal de dépistage du cancer du col de l’utérus au Canada, mais des cas individuels peuvent en bénéficier. Cependant, les catégories de femmes qui suivent ne bénéficieront pas du test de dépistage du VPH.

Femmes de moins de 30 ans

L’infection au VPH est très courante parmi les femmes âgées de moins de 30 ans. On n’a pas recours au test de dépistage du VPH chez les femmes de ce groupe d’âge puisque la plupart des infections au VPH n’engendrent pas d’état précancéreux ni de cancer du col de l’utérus. Les femmes âgées de moins de 30 ans sont également plus susceptibles de se débarrasser de l’infection au VPH en quelques années.

La meilleure façon de dépister un état précancéreux ou un cancer du col de l’utérus chez les femmes de moins de 30 ans est de passer un test Pap. Les femmes de ce groupe d’âge peuvent passer un test de dépistage du VPH dans le cadre du suivi après le traitement d’une HSIL.

Femmes qui ont subi une hystérectomie totale

Les femmes qui ont subi une hystérectomie totale n’ont plus de col de l’utérus. Si une femme n’a pas déjà été atteinte d’un état précancéreux ou d’un cancer du col de l’utérus, elle ne tirera aucun bienfait du test de dépistage du VPH puisqu’elle ne risque plus d’avoir le cancer du col de l’utérus.

Comment se déroule le test de dépistage du VPH

On peut vérifier la présence du VPH dans le prélèvement effectué lors du test Pap si votre médecin fait un test Pap en milieu liquide. Il est également possible de faire le test de dépistage du VPH sur un prélèvement effectué autrement. Cette intervention est la même que celle qu’on pratique pour le test Pap. Elle ne dure que quelques minutes et peut causer un léger inconfort, une certaine pression ou des crampes, mais ce n’est habituellement pas douloureux.

Pour faire le test de dépistage du VPH, le médecin ou l’infirmière introduit doucement dans le vagin un spéculum. C’est un instrument fait de métal ou de plastique transparent. Il sépare les parois du vagin afin que le médecin puisse voir la partie supérieure du vagin et le col de l’utérus.

Le médecin ou l’infirmière utilise alors un petit bâtonnet, ou spatule, pour gratter délicatement la surface de la partie inférieure du col dans le but d’en prélever des cellules. Dans certains cas, on se sert d’une brosse spéciale, appelée cytobrosse ou balai endocervical, pour prélever des cellules dans la partie interne du col utérin, qui mène à l’utérus.

Après avoir prélevé les cellules, le médecin ou l’infirmière les met dans un contenant. On traite les cellules avec une solution spéciale appelée solution de fixation qui conserve l’apparence des cellules. On utilise la même solution pour le test Pap en milieu liquide. On envoie le prélèvement au laboratoire où on l’analyse afin de savoir si son ADN est celui d’un type de VPH à risque élevé.

Vous pouvez avoir de légers saignements vaginaux pendant 1 ou 2 jours après un test de dépistage du VPH.

Ce que signifient les résultats

Le résultat du test de dépistage du VPH sera négatif ou positif.

Si le résultat du test de dépistage du VPH est négatif, cela signifie que vous n’êtes pas porteuse d’un type de VPH qui est lié à un changement précancéreux ou à un cancer du col de l’utérus.

Si le résultat du test de dépistage du VPH est positif, cela signifie que vous êtes porteuse d’un type de VPH qui est lié à un changement précancéreux ou à un cancer du col de l’utérus. Cela ne veut pas dire que votre col de l’utérus présente un changement précancéreux ou que vous êtes atteinte d’un cancer du col de l’utérus, mais vous pourriez devoir passer d’autres tests.

Ce qui se passe si le résultat du test de dépistage du VPH est positif

Votre médecin décide si vous devez passer d’autres examens, comme une colposcopie ou une biopsie, ou avoir un suivi.

acide désoxyribonucléique (ADN)

Molécules à l’intérieur de la cellule qui ont la capacité de programmer l’information génétique. L’ADN détermine la structure, la fonction et le comportement d’une cellule.

colposcopie

Intervention qui consiste à utiliser un colposcope (instrument muni d’une source lumineuse et d’une lentille grossissante) pour examiner la vulve, le vagin et le col de l’utérus.

On peut prélever des cellules ou du tissu pour les examiner au microscope.

biopsie

Prélèvement de cellules ou de fragments de tissu qui seront examinés au microscope.

Les différents types de biopsie incluent la biopsie incisionnelle, la biopsie excisionnelle et la biopsie à l’aiguille. On a parfois recours à des techniques d’imagerie pour guider l’aiguille pendant la biopsie, par exemple la biopsie échoguidée et la biopsie guidée par tomodensitométrie

Histoires

La Dre Trang Hoang, chercheuse La Dre Trang Hoang cible les cellules leucémiques résistantes chez les enfants.

Plus de details

Ne manquez pas la Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire

La Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire est un événement annuel GRATUIT qui vous met en lien avec des experts en reconstruction mammaire renommés afin de répondre à toutes vos questions.

Plus de 30 événements à travers le Canada!

Apprenez-en plus