Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Mesure du débit de filtration glomérulaire (DFG)

Pour mesurer le débit de filtration glomérulaire (DFG), on emploie des matières ou des traceurs radioactifs (produits radiopharmaceutiques) et un ordinateur afin de savoir jusqu’à quel point les reins fonctionnent. Les glomérules sont de minuscules filtres dans les reins qui éliminent les déchets du sang. Le DFG est la quantité de sang filtrée par minute.

Pourquoi on mesure le DFG

On peut mesurer le DFG pour savoir comment fonctionnent les reins avant, pendant ou après une chimiothérapie.

Comment on mesure le DFG

On mesure habituellement le DFG au service de médecine nucléaire d’un hôpital, en consultation externe. En général, aucune préparation spéciale n’est nécessaire.

  • Il est important qu’une femme mentionne au personnel du service de médecine nucléaire qu’elle allaite son enfant, qu’elle est enceinte ou croit l’être, avant même de passer l’examen.
  • On pourrait demander à la personne de porter des vêtements sans fermetures éclair, ceinture ou boutons en métal. On pourrait aussi lui demander de mettre une chemise d’hôpital en cours d’examen et d’enlever ses lunettes et ses bijoux ou tout objet qui pourrait nuire au test.

La mesure du DFG se déroule en 2 étapes : on injecte d’abord un produit radiopharmaceutique à la personne (on prend parfois des clichés à ce moment-là), puis elle revient plus tard pour des prélèvements sanguins.

Administration du produit radiopharmaceutique

On injecte le produit radiopharmaceutique dans une veine de la main ou du bras. C’est habituellement du technétium 99m (99 mTc).

  • On prend parfois des clichés tout de suite après l’injection.
  • L’administration du produit radiopharmaceutique dure habituellement 15 minutes.

Prélèvements sanguins

On fait un prélèvement sanguin à intervalles précis, comme 2 heures, 3 heures puis 4 heures après l'injection du produit radiopharmaceutique. Un ordinateur analyse les prélèvements pour qu’on sache quelle est la quantité de 99 mTc dans le sang.

Après l’examen, la matière radioactive perd rapidement son effet. Elle est évacuée du corps par l’urine ou les selles (matières fécales). Selon le type de produit radiopharmaceutique employé, de quelques heures à quelques jours peuvent être nécessaires pour qu’il soit complètement éliminé du corps.

  • Boire des liquides après l’intervention aide à éliminer le produit radiopharmaceutique du corps.
  • Il est possible qu’on doive suivre des directives particulières après avoir uriné, comme tirer la chasse d’eau deux fois et se laver les mains à fond.

Effets secondaires possibles

La dose de rayons X ou de matière radioactive administrée en imagerie en médecine nucléaire peut grandement varier. La dose dépend du type d’intervention pratiqué et de la partie du corps examinée. En général, la dose du produit radiopharmaceutique employé est faible et la personne est exposée à une petite dose de radiation lors de l’examen. Les risques possibles pour la santé engendrés par l’exposition à la radiation sont faibles comparativement aux bienfaits qu’elle peut offrir. On ne connaît aucun effet néfaste à long terme à une exposition à une si faible dose de radiation.

Les effets secondaires suivants comptent parmi ceux qui peuvent se produire :

  • saignement, sensibilité ou enflure susceptible de se manifester au point d’injection
  • réactions allergiques au produit radiopharmaceutique, ce qui est extrêmement rare

Ce que signifient les résultats

La mesure du DFG peut détecter des troubles de la fonction rénale.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Le fait qu'un enfant soit préparé à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d'anxiété, accroître sa collaboration et l'aider à développer des habiletés d'adaptation. Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le préparer en lui expliquant ce qui se passera lors de l’examen, dont ce qu'il verra, ressentira et entendra.

  • Expliquez à l’enfant que lorsque le produit radiopharmaceutique lui sera administré il ressentira :
    • une piqûre vive lors de l’insertion de l’aiguille
    • une légère pression ou un petit tiraillement lors de l’injection du produit radiopharmaceutique

Il est possible que la personne qui prend soin de l’enfant reçoive des directives particulières à suivre au cours des 6 à 24 heures qui suivent l’examen.

  • Si la personne qui prend habituellement soin de l’enfant est enceinte, quelqu’un d’autre devrait s’en occuper la plupart du temps.
  • Portez des gants imperméables et jetables lorsque vous manipulez l’urine, les selles ou le vomi de l’enfant, entre autres quand vous le changez de couche.
  • Changez les draps ou les vêtements qui sont tachés de vomi, d’urine ou de selles.
    • Portez des gants imperméables et jetables lorsque vous manipulez ces draps ou ces vêtements.
    • Ces draps et ces vêtements peuvent être lavés avec la lessive habituelle.
  • Tirez la chasse d’eau tout de suite après que l’enfant soit allé aux toilettes.
  • Mettez les couches sales dans la poubelle dehors.

La préparation que vous pouvez fournir à un enfant qui passera ce test dépend de son âge et de son expérience. Consultez la section suivante pour obtenir davantage de renseignements spécifiques à chaque groupe d'âge sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Dr Ming-Sound Tsao Nous comprenons mieux les rouages du cancer du poumon, et cela fait toute une différence.

Lisez l’histoire de Dr Ming-Sound Tsao

Accès aux services offerts dans votre communauté

Illustration de maisons côte à côte

Le répertoire de services à la communauté de la Société canadienne du cancer aide les personnes atteintes de cancer et leurs familles à trouver les services et programmes disponibles dans leur communauté.

Apprenez-en plus