Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Scintigraphie au gallium

La scintigraphie au gallium est un examen d'imagerie en médecine nucléaire qui emploie un radio-isotoperadio-isotopeSubstance ou élément qui émet des radiations. (produit radiopharmaceutique) appelé citrate de gallium (67 Ga) pour trouver s’il y a une infection ou une inflammation dans des régions du corps. Une caméra spéciale prend des clichés des tissus du corps. Les régions où il y a de l'inflammation ou bien où les cellules se divisent rapidement apparaissent particulièrement bien puisqu'elles absorbent plus de gallium que le tissu normal.

Pourquoi on fait une scintigraphie au gallium

Comme la tomographie par émission de positrons (TEP) est employée plus fréquemment pour évaluer les cancers, on n'a pas très souvent recours à la scintigraphie au gallium. Cependant, on peut faire une scintigraphie au gallium si la TEP n’est pas accessible. On peut faire une scintigraphie au gallium pour :

  • trouver dans quelles régions du corps il y a de l'infection ou de l'inflammation quand une personne fait de la fièvre et qu'on ne peut pas l'expliquer
  • détecter une infection ou une inflammation dans un poumon ou le médiastin (région de la cavité thoracique située entre les poumons), en particulier chez les personnes dont le système immunitaire ne fonctionne pas très bien (immunosuppression)
  • évaluer et surveiller certaines infections ou maladies inflammatoires comme la tuberculose
  • diagnostiquer et stadifier certains cancers :
    • lymphome
    • cancer du poumon
    • ostéosarcome
    • sarcome d’Ewing
    • sarcome des tissus mous
    • rhabdomyosarcome
  • évaluer jusqu’à quel point le traitement du cancer est efficace

Comment se déroule une scintigraphie au gallium

La scintigraphie au gallium est généralement effectuée au service de médecine nucléaire d’un hôpital, en consultation externe.

  • Il est important qu’une femme mentionne au personnel du service de médecine nucléaire qu’elle allaite son enfant, qu’elle est enceinte ou croit l’être, avant même de passer l’examen.
  • On pourrait demander à la personne de porter des vêtements sans fermetures éclair, ceinture ou boutons en métal. On pourrait aussi lui demander de mettre une chemise d’hôpital en cours d’examen et d’enlever ses lunettes et ses bijoux ou tout objet qui pourrait nuire à la scintigraphie.
  • Il est possible qu’on fasse un lavement avant la scintigraphie pour empêcher les selles de nuire à l'examen :
    • on peut administrer un laxatif la veille
    • on peut faire un lavement de 1 à 2 heures avant
      • Le lavement peut être désagréable, mais il n'est pas douloureux.
  • Vérifiez auprès du personnel du service de médecine nucléaire s'il y a d’autres directives particulières à suivre avant la scintigraphie.

La scintigraphie au gallium se fait en 2 étapes : on injecte d’abord le gallium, puis on examine la personne à l’aide d’une caméra qui détecte le gallium.

Administration du gallium

On injecte une petite quantité de gallium dans une veine de la main ou du bras.

  • Le gallium circule dans le sang et est ainsi réparti dans tout le corps.
  • L’administration du gallium dure environ 15 minutes habituellement.

Scintigraphie au gallium

La scintigraphie au gallium se déroule à des moments spécifiques, en général 24, 48 ou 72 heures après l'injection. L’examen même dure habituellement de 1 heure à 1 heure trente.

  • La personne est allongée sur une table étroite et doit demeurer vraiment immobile.
    • Une sangle de sécurité pourrait la retenir sur la table.
    • Elle peut respirer normalement lors de l’examen.
    • On pourrait lui demander de prendre différentes positions pendant qu’on prend des clichés.
  • Une grosse caméra s'approche de la personne et prend des clichés.
    • La caméra n'émet aucune radiation.
    • On peut faire plusieurs gros plans de certaines parties du corps ou prendre des images du corps en entier.

Après l’examen, le gallium perd rapidement sa radioactivité. Il est évacué du corps par l’urine ou les selles (matières fécales). De quelques heures à quelques jours peuvent être nécessaires pour qu’il soit complètement éliminé du corps.

  • Boire des liquides après l’intervention aide à éliminer le produit radiopharmaceutique du corps.
  • Il est possible qu’on doive suivre des directives particulières après avoir uriné, comme tirer la chasse d’eau deux fois et se laver les mains à fond.

Effets secondaires possibles

La dose de rayons X ou de matière radioactive administrée en imagerie en médecine nucléaire peut grandement varier. La dose dépend du type d’intervention pratiqué et de la partie du corps examinée. En général, la dose du produit radiopharmaceutique employé est faible et la personne est exposée à une petite dose de radiation lors de l’examen. Les risques possibles pour la santé engendrés par l’exposition à la radiation sont faibles comparativement aux bienfaits qu’elle peut offrir. On ne connaît aucun effet néfaste à long terme à une exposition à une si faible dose de radiation.

Les effets secondaires suivants comptent parmi ceux qui peuvent se produire :

  • saignement, sensibilité ou enflure susceptible de se manifester au point d’injection
  • réactions allergiques au produit radiopharmaceutique, ce qui est extrêmement rare

Ce que signifient les résultats

La caméra spéciale détecte les régions où le gallium s'accumule normalement, soit les os, le foie, la rate, le côlon et le tissu du sein. Si d'autres régions du corps ont absorbé du gallium, cela peut indiquer la présence :

  • d'une infection active ou d'une inflammation
  • de certains types de cancer
  • d'autres troubles médicaux

Ce ne sont pas tous les cancers qui apparaissent à la scintigraphie au gallium. On doit souvent faire d'autres examens pour déterminer si une région qui a absorbé davantage de gallium est non cancéreuse (bénigne) ou cancéreuse (maligne). Une transfusion sanguine, une chimiothérapie ou une radiothérapie administrée récemment pourrait affecter la répartition du gallium dans le corps.

Ce qui se passe si on détecte un changement ou une anomalie

Le médecin décide si des examens, des interventions, un suivi ou des traitements supplémentaires sont nécessaires.

Considérations particulières pour les enfants

Le fait qu'un enfant soit préparé à un examen ou à une intervention peut réduire son niveau d'anxiété, accroître sa collaboration et l'aider à développer des habiletés d'adaptation. Les parents ou la personne qui prend soin de l’enfant peuvent aider à le préparer en lui expliquant ce qui se passera lors de l’examen, dont ce qu'il verra, ressentira et entendra.

  • Vérifiez auprès du médecin si la nourriture ou les liquides sont restreints avant la scintigraphie au gallium.
  • Expliquez à l’enfant que lorsque le gallium lui sera administré il ressentira :
    • une piqûre vive lors de l’insertion de l’aiguille
    • une légère pression ou un petit tiraillement lors de l’injection du gallium
  • L’enfant doit rester immobile sur la table pendant tout l’examen, ce qui risque d’être désagréable.
    • Certains enfants pourraient avoir besoin d’un sédatif pour rester immobile pendant tout l’examen.
    • Certains enfants aiment tenir une couverture ou un jouet spécial dans leurs mains pendant l’examen.
    • Les enfants pourraient écouter de la musique ou une histoire lors de l'examen.
    • Le parent ou la personne qui prend soin de l'enfant peut rester avec lui et l'aider à demeurer vraiment immobile.
  • Rassurez l’enfant en lui disant que ce qu’il voit et ce qu’il entend est normal.
    • Il peut entendre des clics lors de l’examen.
    • La caméra peut toucher la peau mais cela ne fait pas mal.
    • Certains enfants se sentent enfermés lorsque l'appareil passe au-dessus de leur corps. Dites-leur que l’examen ne dure pas très longtemps.

Il est possible que la personne qui prend soin de l’enfant reçoive des directives particulières à suivre au cours des 6 à 24 heures qui suivent l’examen.

  • Si la personne qui prend habituellement soin de l’enfant est enceinte, quelqu’un d’autre devrait s’en occuper la plupart du temps.
  • Portez des gants imperméables et jetables lorsque vous manipulez l’urine, les selles ou le vomi de l’enfant, entre autres quand vous le changez de couche.
  • Changez les draps ou les vêtements qui sont tachés de vomi, d’urine ou de selles.
    • Portez des gants imperméables et jetables lorsque vous manipulez ces draps ou ces vêtements.
    • Ces draps et ces vêtements peuvent être lavés avec la lessive habituelle.
  • Tirez la chasse d’eau tout de suite après que l’enfant soit allé aux toilettes.
  • Mettez les couches sales dans la poubelle dehors.

La préparation que vous pouvez fournir à un enfant qui passera une scintigraphie au gallium dépend de son âge et de son expérience. Consultez la section suivante pour obtenir davantage de renseignements spécifiques à chaque groupe d'âge sur la façon d’aider un enfant à faire face aux tests et au traitement.

Histoires

Lisa Hamel Je suis la preuve qu’il est possible de mener une vie normale après le cancer.

Lisez l’histoire de Lisa

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus